Le deal à ne pas rater :
Clé de licence Windows 10 PRO à 2,99 € (version téléchargeable)
2.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeMer 14 Aoû - 12:27



Ryo

Maeda
Il y a quelques jours, Ryo Maeda fut enrôlé dans une quête non-officielle par sa camarade Aïko Nara. Les soupçons de la jeune genins étaient fondé sur la personne de Tamura, il y avait des choses louches qui se tramaient à Konoha et le rendez-vous trouvez par les ninjas allait bientôt avoir lieu. Il fallait faire avancer les choses dans ce village, il fallait le blanchir de ce genre de trafic illégal. De plus, notre héros n'avait pas oublié cette fameuse auberge, il fallait faire fermer à tout prix ce lieu de perdition ... Les conditions de travail de ces femmes étaient tout bonnement inacceptable pour un village de la qualité de Konoha, elles méritaient d'avoir une seconde chance et l'idée de réussir là ou son grand-père avait échouer motivait encore plus le jeune homme. Ce n'était pas pour prouver sa supériorité envers lui, mais plus pour rectifier son échec.

Quoi qu'il en soit, nous retrouvons notre héros dans son appartement, le rendez-vous était fixer à dans quelques heures, Ryo ne cessait de fixer son horloge, il était plus motivé que jamais. D'une certaine façon, il avait hâte de retrouver ce Tamura, la dernière fois au bar, il n'avait pas pu l'affronter de façon honnête et l'idée même de pouvoir frapper cette immonde masse suffisait à faire sourire le fils de diplomate. Les secondes se transformaient en minutes, les minutes en heures, l'impatience du garçon se faisait ressentir, il avait les deux mains posé sous son menton pendant qu'il tapait du pied frénétiquement sur le sol en fixant son horloge. Il était perdu dans ses pensées, il ne savait pas ce qu'il allait se passer ce soir, peut-être, aurait-il fallu en parler à ses supérieurs ? Non , il était trop tard pour se poser ce genre de question. Il était un ninja et par conséquent, il était habilité à effectuer ce genre de mission non-officielle.

Soudain, le bruit d'un vase qui s'éclata sur le sol fit sortir Ryo de ses songes, à peine, il tourna la tête vers le bruit qu'il vit débouler à grande enjambé le petit loup qu'il avait adopté hier après sa mission. L'animal était en pleine chasse d'une vulgaire mouche, il courait, sautait partout dans l'appartement juste pour pouvoir manger l'insecte. Ryo se mit à soupirer, puis il alla nettoyer les dégâts causés par son nouvel ami. Leurs relations ne faisaient que commencer, pour le moment l'animal n'écoutait pas vraiment notre héros, mais au moins il était propre et faisait ses besoins toujours au même endroit. Quelques secondes plus tard, le ninja de Konoha attrapa son animal pour venir le caresser et tenter de le calmer, les caresses sur le doux pelage blanc du loup avait aussi le don d'apaiser Ryo.

Ryo Maeda – Seiya, ce soir, je suis pas là ... Si tu pouvais éviter de détruire mon appartement je dois avouer que ça serait sympa.

Le jeune homme souleva l'animal pour que sa tête fasse face à notre héros.

Ryo Maeda – Si tu es sage, promis toi et moi on ira faire une grande balade en forêt, tu pourras te défouler et grimper tout en haut des arbres.

Ryo déposa un bisou sur le crâne de son animal avant de le laisser retourner jouer dans l'appartement. Tout était déjà prévu avec Aïko, ils s'étaient donné rendez-vous sur une petite bute qui surplombais le lieu fixer sur le papier trouvé à l'auberge. L'endroit était parfait pour espionner quiconque venait dans les parages. Après un long moment d'attente, il était enfin temps de partir. Ryo était prêt, il regarda son appartement une dernière fois afin de s'assurer que son animal était bien là. Seiya, dormait paisiblement en boule sur le lit, cette image fit sourire le garçon qui quitta son logement rapidement et sans un bruit. Après avoir couru de toit en toit, le garçon fini par se trouver a l'endroit du rendez-vous secret. Il se cacha comme il en était convenu avec Aïko, il était le premier, mais nul doute que sa partenaire n'allait pas tarder à le rejoindre.

*Enfin ... J'ai hâte de savoir quel genre de secret tu nous caches Tamura ... Tu vas voir, j'vais te faire bouffer tes insultes sur Aïko. Après tout, y'a que moi qui ai le droit de l'insulter la demi-portion *
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500


Dernière édition par Maeda Ryo le Mer 14 Aoû - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeMer 14 Aoû - 20:30


Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
>> Suivant

Une fissure. Une toile d’araignée. Une poutre fendillée. Elle connaissait par cœur ce plafond à présent. Chaque trou, chaque irrégularité avait été inspectée au moins dix fois depuis la veille : en vérité elle n’avait pas su trouvé le sommeil. Le ventre bouclé dans une impatience morbide, la jeune Nara n’avait fermé les yeux qu’une heure ou deux, lorsque son propre corps n’avait plus su rester éveillé. Et là encore, la nuit n’avait guère été reposante ; réveillée en sursaut par quelques mauvais rêves, ses draps étaient jetés à terre et son corps humide sous la transpiration de ses chimères. Plus paniquée et inquiète qu’à l’heure de s’endormir, elle s’était mille fois maudite d’avoir sombré ainsi. A présent se bousculaient non seulement les questions sans réponse – amies fidèles de ses insomnies -, mais aussi les images angoissantes de son cauchemar dont elle ne se souvenait plus. Il ne restait que quelques réminiscences étranges, des monstres, tels des fantômes, se mouvant çà et là à travers une épaisse forêt qu’elle ne reconnaissait pas. Et même si son imagination l’avait surement dupée, elle ne pouvait se résoudre à oublier ces songes – comme s’ils pouvaient être prémonitoires. Elle ne possédait pas de tels dons mais si jamais elle ne se trompait pas ? Et si tout cela pouvait arriver ?

« Tu n’as pas dit un mot depuis hier ».
La petite leva sa frimousse. Son bol était encore plein et pourtant son contenu avait déjà refroidit. Elle avait joué avec pendant plus d’une demi-heure sans jamais porter le bouillon à ses lèvres. Le regard noir inquisiteur de Chisei ne la perturba pas pour autant. Ils avaient l’habitude de jouer à ces jeux, l’un tentant de deviner ce que pensait l’autre dans un silence pesant. Leurs parents s’étaient fait à l’idée, eux-aussi. D’un geste lent, elle repoussa le contenant en haussant les épaules. « C’est parce que je n’ai rien à dire ». Un mensonge, un vrai, un beau. Et s’il ne releva pas, il était clair que l’aîné de la fratrie n’était pas dupe. Il la connaissait trop bien pour ça.
« Peut-être que tu le devrais. Ça épargnerait bien des souffrances inutiles à ta nourriture ».
Il eut un bref sourire. De ceux dont il avait le secret, où se mêlait douceur et protection. Il avait donc remarqué qu’elle n’avait rien avalé non plus depuis l’avant-veille ? Pas étonnant, en vérité. « Elle devait le mériter ».
Et à cette réflexion, il éclata de rire avant de se lever en débarrassant sa place. Lorsqu’il fut à sa hauteur, elle sentit une main lourde mais réconfortante se poser sur son épaule. « Quoi qu’il en soit, ne rien faire n’a jamais réglé le moindre soucis ». Ses lippes fines s’entrouvrirent. Elle avait failli craquer, tout lui dire, oublier la promesse qu’elle s’était faite, et les répercussions que cette mission pourrait avoir sur elle et son camarade. Oui, elle avait envie qu’il sache, elle avait besoin de se confier à lui, comme elle l’avait toujours fait. Mais elle s’arrêta net. Elle ne pouvait pas faire ça, pas maintenant. Elle lui raconterait tout quand ce serait fini. Aïko ne pouvait plus qu’attendre patiemment que passe les heures et qu’arrive enfin le moment.

Et alors qu’elle se mettait en route, des dizaines d’interrogations se jetaient sur les parois invisibles de son esprit. Ryo avait-il réussi à trouver le repos ? Qu’allait-il se passer à présent ? Et s’ils se trompaient ? Si tout ceci n’avait pas de sens ? Rien ne garantissait qu’ils trouveraient quelque chose aujourd’hui. Et après avoir fouillé les affaires de M. Tamura, c’était leur seule et unique piste. Si celle-ci ne menait à rien, s’avoueraient-ils vaincus ? La jeune Nara avait le cœur qui battait si fort qu’il était presque possible de l’entendre. Elle ne savait pas si elle serait capable d’abandonner le moment opportun. Elle n’avait jamais eu à faire ça, à se tromper, à croire en soi. Et comme toute nouvelle chose, elle avançait dans le noir, tâtonnant comme l’aveugle, espérant parvenir un jour au bout du tunnel. Serait-ce pour aujourd’hui ? Probablement pas. Elle devait rester lucide, claire et maîtrisée. Le Maeda n’était pas ceux à réfléchir, alors elle le ferait pour deux. Ils n’étaient que genins, et cette fausse mission pouvait s’avérer plus dangereuse. Aussi intrépides étaient-ils, ils n’avaient certainement pas les compétences requises.

Devant elle se dessina bientôt la silhouette familière. Abaissé, caché par d’épais branchages, son compagnon attendait patiemment en surveillant les environs. Il l’avait sans doute déjà repéré, et si tel était le cas il n’avait même pas daigné tourner la tête. Il pouvait se montrer bien peu poli parfois, mais elle s’en accommoderait bien ici ; sans lui elle ne pourrait sûrement pas poursuivre sa mission. En plus, elle doutait pouvoir le dissuader de partir à présent. Pas après la nuit de l’avant-veille. C’était elle qui était venue en pleine nuit. Même si elle le trouvait parfois un peu stupide, il n’avait pas hésité une seconde à la suivre. Sans poser de question. Juste parce que c’était elle. Et avec une grâce féline, elle s’installa à ses côtés en lui jetant un rapide coup d’œil. Le visage fermé, il semblait déterminé. Comme s’il avait attendu ce moment toute sa vie. Le nez de la Nara se plissa un peu alors que ses sourcils froncés barraient son front.
« Tu pues le chien Ryo ! ».


_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 6 Oct - 20:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeMer 14 Aoû - 21:41



Ryo

Maeda
L'ambiance était plutôt calme, le soleil était couché et le village paisible comme à son habitude. Cependant, malgré la plénitude apparente de Konoha, Ryo ne pouvait enlever de son esprit ce qu'il avait vu dans l'auberge. Il avait été réellement choqué de la part d'ombre de son village, lui qui était si sûr que le village caché de la feuille était un modèle pour les autres. Finalement, il ne valait pas mieux, mais malgré tout, il restait toujours une lueur d'espoir. Ryo était un Genin, par conséquent, il avait le pouvoir de changer les choses, le pouvoir de rendre ce village meilleur ! Cela commençait par cette mission non-officielle, en mettant un terme au trafic de Tamura, c'était l'occasion de mettre un premier coup d'arrêt à ce qui gangrenait Konoha. Un ninja ce doit d'agir pour lutter contre les inégalités, se battre du côté du juste, du côté du plus faible, appliqué une justice équitable et sans distinction de quelconque rang social. Aucune corruption, aucune intimidation, de la justice pure et dure ! Simple, basique, efficace.

Pendant que Ryo se perdait dans ses pensés, un léger bruit le fit tourner lentement la tête, Aïko était enfin arrivé, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne fut pas la plus agréable. La jeune fille ne perdit pas de temps pour se plaindre de l'odeur de notre héros, prétextant qu'il sentait le chien. C'était très insultant, Ryo soupira quelques secondes tandis que sa partenaire prit place à ses côtés, le fils du clan diplomate tourna lentement la tête vers son amie avant de prendre doucement la parole.

Ryo Maeda – Salut demi-portion, je vais bien merci de t'inquiéter ! Non, pas la peine de me remercier de prendre autant de risque pour toi. C'est normal, on est une équipe, on se doit d'être là l'un pour l'autre et de pas porter de juger hâtif sur une prétendue odeur corporelle de l'autre ! Pour ta gouverne petite peste en culotte courte, je ne pue pas le chien ! J'ai adopté un bébé loup après avoir accompli une mission ! Une petite boule de poils toute blanche répondant au doux nom de Seiya, alors je te prierais de bien vouloir arrêter de mentir sur ma prétendue odeur ! Je te signale que j'ai pris une douche et aussi, je suis sûr que quand tu poseras ton regard sur mon bébé loup, tu en seras totalement gaga ! Personne peut résister à mon Seiya !

Ryo continua de soupirer, Aiko n'avait pas l'air d'écouter un traître mot, puis il tourna la tête quelques instants avant de reprendre la parole une nouvelle fois.

Ryo Maeda – Bref, ça va toi ? T'as l'air fatigué ... T'es sûr que tu vas assurer ce soir ? Si tu veux, je peux gérer tout seul ...

Aiko haussa les épaules avant de répondre tranquillement.

Aiko Nara – J'ai peu dormi, mais ça va ... Je ne te laisserai pas seul !

Ryo Maeda – T'es sûr ? Non parce que bon ... T'es tellement fatigué que tes sens te trompent, regarde, tu crois que je pue le chien alors que c'est pas vrai ... En plus, c'est pas un chien, c'est un loup donc bon ...

Soudain Aiko tourna la tête brusquement vers Ryo

Aiko Nara – Un quoi ? !

Ryo Maeda – Putain mais je viens de te le dire, j'ai fait une mission hier et j'ai fini par adopter un bébé loup tout mignon tout blanc. Il s'appelle Seiya ! Je te jure, faudrait vraiment que tu arrêtes d'être dans les vapes comme ça, non seulement t'écoute pas les choses super intéressante que je te dis, mais en plus, tu me fais répéter ... Gaffe à toi, en mission, tu pourrais rater des détails important ...

Les deux ninjas étaient en avancent, personne ne semblait pointer le bout de son nez. La nuit allait être très longue, surtout avec un jeune homme comme Ryo qui à beaucoup de mal à rester gentiment sans bouger.

Ryo Maeda – J'aurais su, je pense que j'aurais pris à manger ... Sans déconner j'ai super faim, t'as rien pris toi ?

Aiko fouilla dans ses poches pour sortir une pâte de fruit. Ryo se mit à sourire tout en se retenant de rire à la vu de cette friandise.

Ryo Maeda – T'es trop mignonne, c'est le goûter que ta moman t'as donner en te faisant un petit bisou sur la joue avant que tu partes cartable à la main à travers la campagne ? Mouahaha

Étant d'un naturel très moqueur, Ryo ne pu finalement s'empêcher de rire légèrement ce qui ne fit guère le cas de sa partenaire qui frappa fortement l'épaule du jeune homme.

Ryo Maeda – Roh ça va, je déconne ... Détends toi demi-portion ... Garde ta petite pâte de fruit, tu vas avoir besoin d'énergie. T'as vraiment la tête d'une enfant privée de sommeil, c'est à la fois inquiétant et mignon. Ça me donne envie de tirer tes petites joues toutes choupie !

Ryo manquait lui aussi beaucoup de sommeil, mais ce manque agissait sur lui de façon différente, il était plus joueur, plus chiant que jamais. Il en devenait presque hyperactif ce qui était un comble dans cette situation. Les deux ninjas étaient diamétralement opposé, si différent et pourtant si complémentaire. Ils ne s'en rendaient peut-être pas encore compte, mais leurs destinées étaient liées, et même s'il ne voulait pas le reconnaître, Ryo avait beaucoup d'affection pour sa partenaire.
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeSam 24 Aoû - 17:21


Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
>> Suivant

Ses doigts se fermaient sur la friandise alors que ses mâchoires se serraient douloureusement. Il ne suffisait que d’un mot ; un mot de plus, envoyé à la volée par le minois arrogant, pour qu’elle ne lui saute à la gorge. Il lui faudrait peut-être deux secondes pour tirer le kunaï de sa ceinture. Cinq pour être totalement sur lui. En dix secondes ils toucheraient tous les deux le sol en tombant de leur perchoir. Si elle agissait avec assez de vélocité, le jeune genin n’aurait guère le temps de composer le moindre signe de ses mains. Aussi fragile était-elle, Aïko n’en demeurait pas moins une ninja. Et l’autre – son compagnon d’infortune -, avait sûrement tendance à l’oublier. A oublier qu’ils sortaient tous les deux de la même promotion. Qu’à quatorze ans, elle l’égalait lui, du haut de ses vingt ans. Elle n’était certes pas la meilleure – en presque rien d’ailleurs -, mais elle avait de l’intuition et un esprit d’analyse qui saurait mettre à mal l’empoté volcanique. Quand lui fonçait tête baissée, elle avait appris à réfléchir, à peser des attaques. Une seule erreur peut coûter une vie. Sa main close glissa sans douceur dans sa poche pour y ranger le bonbon. La Nara était fatiguée, irritée par le comportement suffisant de son équipier. Il lui payerait ces moqueries, un jour.

Elle resta silencieuse, détournant son attention pour ne pas s’emporter d’avantage. Là-haut perchés, une brise venait soulever quelques mèches indisciplinées. Les prunelles grises scrutaient au bas, et ses muscles semblaient se tendre à chaque bruissement. Aïko était indubitablement tendue, stressée par les enjeux d’une mission qu’on ne lui avait pas confiée, coupable d’avoir entraîné dans sa folie le Maeda. L’Abruti, comme tous les bienheureux, ne se souciait guère des possibilités. Il était là, un sourire flanqué sur le visage, le sang animé par une envie d’action. Et s’il mourrait ? Sa gorge semblait si serrée que la déglutition lui était douloureuse. C’était une éventualité plus qu’évidente. Aucun d’eux ne savaient à quoi s’attendre aujourd’hui, pas plus qu’ils n’étaient convenablement préparés. Les jeunes apprentis se devaient d’éviter l’affrontement au maximum. Une brève œillade à sa droite finit de la décourager complètement ; jamais Ryo n’accepterait de rester là, caché. A coup sûr, si l’occasion se présentait, il ferait ce qu’il faisait de mieux : être un parfait boulet.

Alors dans un geste qui ne souffrait d’aucune hésitation, elle attrapa son bras et l’obligea à lui faire face, plantant ses yeux imperturbables dans les siens. Elle allait parler, et il allait devoir l’écouter. S’il n’en faisait rien, alors elle se débrouillerait pour se débarrasser de lui un temps. Il ne pouvait pas les compromettre tous les deux. Chacun avait son rôle ici, et devait s’y tenir. Dans le monde ninja, il n’y avait jamais eu de place pour les héros ; ceux-là étaient morts depuis trop longtemps déjà. Vivre. Voilà ce qui importait réellement.
« Quoi qu’il se passe en bas Ryo, je t’interdis d’intervenir ». L’ordre était impérieux malgré sa voix fluette et placide. « Notre seul devoir est d’observer et de rapporter ce que vous verrons. Me suis-je bien fait comprendre ? ».
Elle l’entendait déjà, à se marrer, l’envoyer paître en prétextant qu’elle n’était rien. Mais au fond de lui, il saurait. Il saurait que cette fausse mission, si elle devait être menée, ce ne serait pas par lui. Qu’elle, malgré son jeune âge, avait cette boule au fond des tripes ; celle qui lui répétait que c’était une mauvaise idée depuis le début. Celle qui l’avait mené jusqu’à lui, la nuit dernière. La tension qui avait été nourrit par quelques suspicions légères ne l’avait pas quitté, comme un mauvais présage planant inéluctablement sur leurs têtes insouciantes.


_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 6 Oct - 20:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeDim 25 Aoû - 21:56



Ryo

Maeda
L'ambiance dans cette arbre devenait de plus en plus étrange, d'un coté, Ryo voulait détendre l'atmosphère pesante de la situation avec quelques blagues tandis que du côté de la jeune Nara, c'était tout l'inverse, elle était tendus, stressé et semblait craindre le pire. Cette attitude avait le don d'exaspérer le fils de diplomate, après tout, le danger faisait parti du métier. De nombreuse croyances disaient qu'il y avait quelque chose après la mort et qu'en réalité ce n'était que le début d'un long voyage. Bien évidemment, pour Ryo, tout ceci n'était que des conneries pour aider les plus faibles à accepter la fatalité de la vie. Dans l'esprit de notre héros, tout était clair, après la mort, c'était terminé, il n'y avait plus rien, juste des souvenirs laissé sur cette planète. C'est aussi pour ça que le jeune homme voulait marquer de son empreinte ce village, il ne voulait pas être oublié, il désirait avoir une reconnaissance éternelle, il voulait que son nom soit enfin inscrit dans les livres d'histoires et que dans des dizaines de générations, on se souvienne encore de lui.

Aïko, avait fini par attraper son partenaire afin de plonger son regard dans le sien, ce qui était drôle, c'est qu'en général ce genre d'action est suivit par un baisé fougueux, mais clairement l'ambiance n'était pas à des petites amourettes et il ne fallait pas oublier que la fille Nara était bien trop jeune pour le resplendissant jeune homme qu'était notre héros. À la place de ce baiser, Aïko commença à donner des ordres, interdiction d'intervenir, juste observer et rapporter toutes les informations utile à leurs supérieurs. Immédiatement, Ryo dégagea brusquement son bras tout en soupirant, il approcha sa main du visage de Nara puis il lui mit une pichenette sur son bandeau frontale.

Ryo Maeda – Hé, déjà t'as aucun ordre à me donner, ensuite je te rappel que ce que tu portes sur ton front c'est un symbole ... Tu sais ce qu'il signifie ? Il signifie que toi et moi, on a reçu un entraînement spécial qui nous permet de savoir nous défendre et nous battre en cas de soucis ! On a rien à craindre de petit trafiquant ! En plus de ça demi-portion, si on les attrape en flagrant délit les hauts placer sauront que les Guerriers Maeda sont de retour ! Alors crois-moi, si jamais il y a une opportunité à prendre ce soir, je vais pas me faire prier pour la saisir !

Il ne fallu qu'une fraction de seconde à Aïko pour tirer de sa ceinture un Kunai. Avant même d'avoir su expirer, l'arme se trouvait non loin de la gorge de notre héros. Bien sûr, elle n'irait pas au bout de son geste, mais il avait franchi une limite. Aïko était prête à entendre ses insultes, supporter ses railleries, mais jamais plus il ne devra mettre la main sur l'objet de métal, du moins pas sans son autorisation.

Aiko Nara – Rien à faire de ton clan ! Tu te crois invincible avec tes techniques ?! Surprise Ryo, nous sommes tous mortels ! Et toi, mourir, c'est tout ce qu'il t'arrivera si tu ne cesses pas de te comporter comme un gamin débile ! Tu sais quoi ? Tu peux garder ton arrogance avec les autres, mais avec moi ça prend pas. Tu caches ta médiocrité derrière tes brimades. Tu es mauvais ...

Les joues d'Aiko s'empourprèrent presque aussi vite que montait sa colère, pendant ce temps, Ryo appuya sa gorge contre le Kunai de sa partenaire toujours en arborant un large sourire.

Ryo Maeda – Tu peux parler toi ! Tu te crois meilleure parce que tu portes le nom des Nara ! Tu te la joues femme forte alors que t'es qu'une gamine effrayée, qui n'a aucune confiance en elle et qui est totalement dépendante de l'avis de son frangin à la con ! T'as pas la moindre idée de ce que c'est de vivre dans un clan mineur comme le mien, toi, ton nom, il est dans les livres d'histoire, mais celui de mes ancêtres, il a été effacé ! Pourquoi ?! Parce que ce village ne voulais pas assumé les missions qu'ils ont demander de faire à mon clan ! Inscrire le nom Maeda à jamais dans les livres, c'est tout ce qui me pousse à vivre alors tes leçons à la con tu peux te les garder pigé ?

En l'espace de quelques secondes, l'ambiance dans cet arbre venait d'exploser. Le stress, la peur, le manque de sommeil rendaient nos deux personnages très irritables. Ils étaient dans une véritable poudrière et tout deux ne demandait pas plus pour exploser. Ryo finit par reculer sa gorge de l'arme d'Aïko puis il lui tourna le dos ne voulant plus réellement lui adresser la parole. Dans une mission, l'entente entre ses membres est primordiale, la situation venait d'augmenter le niveau de dangerosité ...
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeLun 26 Aoû - 2:47


Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
>> Suivant

Il la défiait. Par son sourire, par ses yeux brillants qui n’exprimaient rien d’autre que le mépris, il la défiait de finir son geste. Et ses petits doigts s’étaient engourdis sur la garde, attendant l’heure. Non, elle n’en avait pas la force, pas le courage. Elle n’en avait pas non plus l’envie. Elle regrettait déjà d’avoir fait cela, de lui avoir crié ces choses qu’elle ne pensait pas. En fait si, elle les pensait toutes. Mais aussi calme pouvait être la jeune Nara, elle n’aimait pas faire le mal volontairement. Si ses paroles avaient pu d’une quelconque façon toucher le cœur de son partenaire, elle s’en voulait bien assez. Il n’avait pas mérité sa colère sourde, pas plus que sa menace. C’était elle le problème. Cela avait toujours été elle, depuis le début. Mais la fierté l’empêchait de bouger, de rengainer, de s’excuser. Elle ne le ferait probablement jamais. Là, perchée, l’air lui manquait. Bien que la légère brise venait caressait sa peau, elle se sentait asphyxiée. Incapable d’inspirer de nouveau. Privée d’air. La colère battait encore à ses tempes, mais son visage était revenu à la même placidité qu’on lui connaissait. Bientôt, sa respiration retrouva son calme et, enfin, elle trouva la force de respirer quand il lui tourna le dos.

Les mots qu’il avait eu été durs et injustes. Profondément injuste. Il ne savait rien sur rien d’elle, de ce qu’elle éprouvait, de sa vie. Comment osait-il la juger si sèchement ? Il n’avait jamais échangé rien de plus que quelques banalités et déjà se pensait-il assez proche pour prétendre la connaître ? La vérité, c’est qu’il n’y avait sur cette terre qu’une seule personne pouvait se targuer de cela. Une personne qu’il venait de mettre à mal par des simples paroles jetées qui faisaient pourtant l’effet d’un poignard sur son cœur. La haine bouillante se tapissait, froide et certaine, dans ses muscles et ses tendons. Elle regardait son dos, ses cheveux à peine dérangés par le vent. Il pouvait bien faire le fier, prétendre que l’âge lui avait inculqué quelques rudiments il n’en était rien ; il n’était rien d’autre qu’un enfant apeuré, avec des rêves trop grands. Elle pestait en silence, ses dents douloureusement closes. Et bien que sans y penser sa main rangea le kunaï à sa place, ses doigts orphelins étaient en mal d’action. Oui, elle désirait le frapper, là, maintenant et de toute ses maigres forces.

Mais cela n’aurait servi à rien. « Et comme le crétin que tu es, tu n’as jamais pensé à ce que c’était d’être née avec un nom ». Cette fois-ci, loin de la violence des cris, elle avait murmuré froidement. Chaque syllabe était articulée, donnant de la force à son discours alors que ses mirettes restaient figées sur ce dos qui ne se retournait pas – pas encore. « De devoir vivre avec le poids d’ancêtres que je n’ai jamais connu. De n’avoir d’autre choix que celui de réussir pour ne décevoir personne ? ». Ses petits poings se serraient et de desserraient sous la rage étouffée. « Tu ne vois que le nom et la gloire en ignorant la souffrance que cela cause. Sais-tu seulement ce que c’est que de vivre en regardant les espoirs de tes proches, et leur déception ? ». Une larme d’aigreur roula sur sa joue sans qu’aucun sanglot ne vienne pourtant brouiller son discours. « Personne ne me regarde parce que je suis Aïko. On ne voit que mon nom, que la grandeur d’un clan. Sais-tu ce que c’est d’être un fantôme, Ryo Maeda ? ». Le visage baigné d’une pluie silencieuse, les perles salines s’en allaient tracer des sillons avant de s’écrouler sur la branche.
Bien sûr qu’il n’en savait rien.


_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 6 Oct - 20:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeLun 26 Aoû - 3:40



Ryo

Maeda
L'ambiance était délétère, les deux ninjas avaient entamé une discutions qui avait un potentiel à double tranchant, soit les deux Genins allaient se rapprocher, soit ils n'allaient plus jamais pouvoir travailler ensemble. Chaque mot qui allait être employé ce soir allaient devoir être choisi avec minutie, malheureusement, de part son caractère impulsif, Ryo avait tendance à balancer brute de décoffrage ses pensées, au moins on ne pouvait lui dire qu'il n'était pas honnête bien au contraire. Il n'avait jamais eu peur de ses convictions, rien ni personne ne pourrait lui faire dire une chose qu'il ne pense pas. De son coté, la jeune Nara commença à parler de la difficulté de naître et grandir dans un clan renommé, chaque mot, chaque propos faisait doucement sourire notre héros, il ne pouvait s'empêcher de serrer sa mâchoire tellement ce qu'elle disait l'énervait. Toujours en gardant son dos tourné à la jeune fille, Maeda repris la parole d'une voix sarcastique.

Ryo Maeda – C'est vrai, c'est dur de grandir avec tout autour de toi. C'est chiant d'avoir accès aux meilleurs enseignements, d'avoir des opportunités plus facilement, de voir l'admiration dans le regard des autres juste à la simple évocation de ton petit nom. T'as raison Aïko, c'est triste ta vie ... Tu parles de fantôme, mais regardes toi ... T'as pas de caractère, tu oses pas t'affirmer et après, tu viens pleurer que personne te remarque ... T'es pitoyable, franchement, tu veux que je te dise ... Tu me gonfles. Tu crois que je suis arrogant et prétentieux, mais à ta manière tu l'es tout autant que moi !

Ryo se tourna lentement sur le dos, il était couché sur cette branche énorme de l'arbre, il admirait les feuillages de l'arbre dansé au rythme du vent. Puis il reprit la parole, dans sa voix, on pouvait sentir toute cette colère qui montait petit à petit.

Ryo Maeda – Viens pas me parler du poids des ancêtres, tu sais pas ce que c'est de grandir en étant bercé par des récits épiques sur tes ancêtres, de fiers et robuste Guerrière, qui ont été effacé des livres d'histoires ! Tu ne sais pas ce que c'est de voir ton clan changer de direction, de renier ce qu'ils étaient ! T'as pas la moindre idée de la honte que tu peux ressentir quand tu vois ta famille rentré dans les rangs, devenir de gentils diplomates bien sage, tu sais pas ce que c'est de voir ton père cracher au visage de tout tes descendant ! Mes ancêtres se sont battus, ils ont toujours accompli leurs missions et pour quelle récompense ? Aucune ... Ils ne sont pas dans les livres, ils ne sont même plus louer dans notre clan, t'as pas la moindre idée de ce que c'est de voir tout ton clan oublier petit à petit leurs histoires ! Tu sais rien de ce que c'est de voir mourir cette flamme dans les yeux de ta famille !

Marquant une pause quelques secondes, le jeune homme reprit la parole toujours plus énervée.

Ryo Maeda – Tu crois que tu es la seule à avoir la pression de la réussite ? Mon père m'a presque banni de mon clan quand je suis rentré à l'académie, si j'échoue ce que j'entreprends il sera là à me dire que j'ai perdu mon temps, t'as pas la moindre idée de ce que je vie ! T'es juste une petite peste totalement imbu de sa personne, tu ne penses qu'a toi, qu'a ton clan, tu vis dans ton petit confort et tu viens pleurer dans mes jambes à moi ... RYO MAEDA ! Membre d'un clan dont tout le monde se fout ! Membre d'un clan qui n'a aucune faculté particulière, membre d'un clan qu'on a utilisé comme chair à canon en première ligne de toutes les batailles ... Toi et tes problèmes de riche, vous me faites marrer ...

Le jeune homme tourna la tête vers sa partenaire, il regarda son visage rempli de larme. Il aurait pu calmer le jeu, mais sa rage était trop grande, il ne pouvait se contenir.

Ryo Maeda – Pleurer va pas t'aider à grandir, t'as raison je ne suis qu'un crétin et je vais sûrement mourir au combat mais au moins j'aurais fait honneur à mes ancêtres et je serais fier d'entre mort sur un champ de bataille parce que c'est comme ça que devrait mourir tout guerrier ! Je vais entrer dans la légende, je vais marquer au fer rouge le nom des Maeda dans les livres !

Refusant de laisser parler sa partenaire, Ryo repris la parole une nouvelle fois, mais cette fois si sa voix fut plus calme et posé.

Ryo Maeda – Je prend des risques pour ta gueule, je pensais que tu valais mieux que ça mais tu sais quoi ? C'est pas grave, quand on auras fini tout ça ... Je changerais de team, on a rien à faire ensemble, on pourra jamais bosser correctement tout les deux ... D'ailleurs, t'as cas partir maintenant, on est pas là pour pleurer, retourne dans chialer dans les bras de ton grand-frère, il te fera un bisou et te bercera comme le petit bébé que tu es et tu verras que demain rien ne sera changer ... Tu pleures, mais au fond de toi, tu es heureuse comme ça sinon tu aurais tout fais pour changer ...
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeMar 27 Aoû - 23:16


Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
>> Suivant

« Quel honneur à mourir comme un crétin, sans gloire et pour rien »
Ses billes grises s’étaient plantés avec force dans celles de son compagnon. Et son visage rougit par ces larmes sans sanglots. Elle le fixait sans gêne, sans honte, n’exprimant qu’un profond dégoût. Ses lèvres avaient bougé presque imperceptiblement, et les mots s’étaient envolés dans un souffle. La colère sourde l’empêchait de réfléchir sereinement, ses petits poings s’asphyxiant à en blanchir les jointures. Son discours était aussi creux que ses réflexions ; en vérité il était l’expression même de l’idiot. Les Stupides étaient toujours bien prompts à l’ouvrir mais jamais pour briller. Alors, habituellement, elle préférait le silence. « On ne peut rendre intelligents les ahuris, seulement les instruire ». Elle comprenait enfin ce qu’avait voulu lui dire son père, ce jour-là. Quoi qu’elle pourrait bien dire, le Maeda s’en défendrait corps et âme ; le petit semblait persuadé de ce qu’il avançait alors soit. Elle ne parviendrait pas à l’en convaincre. Plutôt, il était mieux de l’éduquer. Il demeurerait débile, mais au moins il sera savant – assez pour entrevoir l’absurdité de son propos.
Mais elle en était incapable, trop blessé par l’afflux de sentiments trop maintes fois contenus. « Tu parles d’une fierté. Ah, qu’ils vont être fiers tes ancêtres ! Pour sûr, avec un pareil exploit, on racontera ta légende partout : Ryo Maeda, le genin stupide. J’espère que le titre te plait ? ». Elle était incisive, acide.

Il ne fallut pas longtemps à Aïko pour comprendre l’énervement du garçon. « Arrête de dire que je suis stupide ». Tous les deux, se faisant face, parvenaient de plus en plus difficilement à se contenir. Et la jeune Nara aurait bien volontiers esquissé un rire – ou ne serait-ce qu’un sourire acerbe -, mais rien ne lui vint. Trop touchée, trop obnibulée par des paroles envoyées à la hâte, elle ne parvenait à se sortir de cette spirale infernale. La descente aux enfers de ses propres démons lui semblait interminable.

« Jte dis qu’j’ai entendu quelqu’chose ! »

Dans un bon félin, elle sauta sur son ami, lui intimant du regard de ne pas faire de bruit. Son maigre poids maintenait son corps contre la branche, et bien que la position n’était ni idéale, ni confortable, elle croisa les doigts. L’ombre du feuillage vacilla légèrement en même temps que tinta la brise dans les arbres. Là, au-dessous, se tenait l’épais Tamura qui scrutait les cimes avec attention. Ainsi accollé, l’ombre les protégeait. Mais pour combien de temps ? Une goutte de sueur s’écrasa sur le torse de son compagnon, alors qu’elle mettait toute son énergie à les dissimuler. Elle se rappelait douloureusement de ses longues heures passées à s’entraîner. Seule la stupéfaction à l’arrivée de la deuxième silhouette déforma ses traits tirés.

« Tu n’essayes pas de m’entourlouper une nouvelle fois, Tamura ? ». M. Kobayashi, appuyé sur sa canne.


_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 6 Oct - 20:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeMer 28 Aoû - 0:25



Ryo

Maeda
Les propos de la partenaire de notre héros étaient souvent les mêmes, il avait en elle une certaine forme d'arrogance. Elle avait tendance à juger trop rapidement Ryo, pour elle, il n'était qu'un gamin stupide, arrogant, sans réelle profondeur d'âme ou d'esprit. C'était très insultant et blessant pour le garçon, il avait des défauts, mais il n'était pas aussi irréfléchi qu'il voulait bien le montrer. S'il avait réussit à garder la tête froide, il aurait sans doute dit à Aiko que s'il pouvait foncer tete baissé ce n'était pas par manque d'intéligence mais c'est uniquement parce qu'il savait qu'elle était derrière lui prete à le soutenir et à faire en sorte que tout ce passe bien. Aveuglés par la colère, les mots ne voulaient pas sortir, il ne voulait pas améliorer la situation, il ne voulait pas dire à Aïko qu'il lui faisait confiance et qu'il avait une fois aveugle en les compétences de la Nara.

Beaucoup de disputes pourraient être écourtées en utilisant sa tête plutôt que son cœur, mais ils étaient tout deux impulsif à leurs manières, ils avaient leur fierté et leurs rêves. Ils marchaient dans la même direction, ils avaient le même but, mais pourtant, ils s'efforçaient de prendre un chemin différent. Leurs ambitions étaient les mêmes, leurs difficultés étaient les mêmes, leurs blessures et fragilités étaient les mêmes. Tout deux avaient grandi dans l'ombre de quelqu'un, tout deux voulaient rendre honneur à leurs noms et tout deux voulaient ce montré digne de leurs clans. Ils avaient bien plus en commun qu'ils ne pouvaient penser et pourtant, ils étaient maintenant focalisés sur leurs petites différences. Un grain de sable a suffi pour détruire l'harmonie fragile qui régnait au sein de cette équipe.

Notre héros en avait marre de toujours entendre Aïko lui rappeler à quel point elle le trouvait stupide, dans le fond comment lui en vouloir ? Ryo ne montrait pas ses capacités intellectuelles, il ne montrait pas ses talents de réflexions et il se devait d'accepter les conséquences de son comportement. Alors que la tension entre les deux ninjas ne faisait que monter, Aïko se colla contre notre héros, Ryo fut coller contre l'arbre avec ce partenaire, cette dernière colla sa main sur la bouche du garçon qui la fixait toujours avec une expression de rage. Il y avait du mouvement en bas, le rendez-vous allait enfin avoir lieu. Quelques secondes à peines après qu'Aïko se soit coller à son partenaire, des voix venaient briser le silence et le calme nocturne. C'était celle de Tamura, notre héros l'avait bien reconnu, il était enfin là ... Le fils de diplomate fini par repousser Aïko en la fixant dans les yeux avant de lui chuchoter ...

Ryo Maeda – T'emballe pas princesse, ce que tu as senti c'était juste un Kunai ...

Puis il s'avança le long de la branche sans aucun bruit pour commencer à observer les deux marchands. Le premier était bien évidemment l'homme rencontré dans l'auberge et l'autre ressemblait étrangement à la description de Kabayashi, que lui avait faite Aïko à la sortir de leur première mission non-officielle. Contrairement au vieil homme à la canne, Tamura semblait méfiant, limite parano, il fallait bien reconnaître cependant que tout ceci était largement justifier après l'histoire de l'auberge ... L'armoire à glace avait fini droguée et totalement inconscient sur sa table, il savait que quelque chose clochait et il ne cessait de regarder tout autour de lui afin de trouver, voir, entendre le moindre élément suspect. Heureusement pour nos deux héros, ils étaient entraînés à ce genre de situation, se déplacer sans faire un bruit était une base même de l'art Ninja.

Du haut de son perchoir, Ryo tourna la tête pour fixer Aïko, le jeune homme était surpris de voir Kabayashi ici, quelque chose clochait, ce n'était pas normal, mais étrangement, la phrase du vieil homme souleva plus de question à notre héros que sa réelle présence ici.

*Je comprend pas ... D'après ce que dit Kobayashi, on comprend que c'est Tamura qui a fixé le rendez-vous ... Alors ce mot dans l'auberge... Ça voudrait dire ... Il doit y avoir une troisième personne qui va venir ... Si ça se trouve, Kobayashi est en danger ... Où alors tout est prévu et ils ont un troisième partenaire ... Va falloir attendre et se faire discret pour voir ce qui va se passer ... *

Ryo ne faisait plus du tout attention à Aiko, il était totalement à fond dans sa mission. Dans un sens, il semblerait que la Nara ait eu gain de cause auprès de son partenaire, il agissait comme un vrai ninja sans sauter sur la première occasion de se battre.
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeSam 14 Sep - 19:22


Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
>> Suivant

Il lui tournait le dos. Et son désintéressement au profit de la situation lui retira un poids de la poitrine. Leur dispute avait remué bien trop de chose, et le ton serait probablement encore monté si les deux voyous n’étaient pas arrivés. Qui sait ce qu’il se serait passé ensuite. Les cris, les coups. La violence. Et peut-être à tort la jeune Nara pensait que la douleur physique surplomberait celle du cœur. Elle se mentait. Il n’y avait plus affligeante vérité que celle-ci : il lui avait fait mal, bien plus qu’il ne s’en douterait jamais. Elle avait beau se battre de toute ses forces pour garder la tête haute, essuyant du revers de la main quelques langueurs salines qui dévalaient encore ses joues rosies, il avait planté un épieu profondément dans sa chair. Une meurtrissure qu’elle aurait bien du mal à lui pardonner. Puis, il avait raison ; elle pouvait bien leurrer le monde entier, elle n’était qu’un amas fragile de tissus, à peine en vie. Elle se détestait assez pour cela, pour toutes ces choses qu’elle ne voulait plus être. Elle ne pouvait blâmer personne pour sa médiocrité. Ni son nom, ni son clan n’y était pour quelque chose. Alors, comme une pénitence, elle portait la croix de l’infamie, s’écroulant sous une vérité amère : Nara Aïko était détestable.

Et si ses yeux n’arrivaient à quitter le dos de son compagnon, en bas, les deux hommes avaient fini par abandonner leur chasse aux sorcières. Elle s’en serait sûrement sentit d’autant plus soulagée si elle parvenait à suivre ce qu’il se passait. Mais plutôt, elle restait là, les bras ballant, l’esprit obnubilé par quelques considérations bien peu utiles. Elle réfléchissait toujours de trop. M. Tamura, quant à lui, se gratta l’arrière du crâne dans un demi-sourire gêner. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre combien son interlocuteur le mettait mal à l’aise. C’était d’ailleurs quelques chose d’assez curieux : un grand et costaud gaillard moitié tremblant devant un petit vieillard appuyé sur une canne. D’aucun n’aurait cru l’armoire à glace capable d’une quelconque forme de respect – surtout après l’avoir retrouvé dans le taudis, royaume du jeu et du stupre. Une curieuse scène donc, qui aurait tôt fait de tirer un sourire aux plus hardis.

« Non, monsieur. Mais je vous l’ai dit la derni… »
« Assez, assez Tamura ». La voix chevrotante laissait sans mal filtrer l’amusement. « Allons, cela fait des mois que nous travaillons ensemble, ne pouvons-nous pas nous faire un peu confiance ? »

« Si, bien entendu monsieur. Si vous avez obtenu la confiance de notre… »

« Tais-toi ». L’ordre avait été dit sans détour, coupant la phrase en son centre. Cette fois-ci, plus aucune trace d’amusement, mais une tension palpable. Les paroles hasardeuses du malheureux auraient eu tôt fait d’alerter la jeune Aïko si cette dernière avait été capable d’écouter. Mais plutôt, plongée dans les méandres du Néant, elle s’était isolée du monde dans lequel ils étaient. Et il n’en fallut guère plus à Tamura pour se camper sur ses jambes fermement, glissant une main à son dos pour tirer dans un tintement délicat un kunaï. Le rire du vieil homme habilla un instant la forêt, cachant juste assez le grognement vexé du négoce. Les paupières closes, le visage serein, il posa une main ferme sur l’épaule large du voyageur. « Allons mon ami. Ne vous emportez pas ». Glissant sa canne sur son avant-bras, il cacha de sa main libre un rouleau dans celle du guerrier. « Veuillez remettre ceci à notre… ami commun. Et dîtes-lui bien qu’il s’agit sûrement de la dernière fois ».
 


_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 6 Oct - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeVen 27 Sep - 21:36



Ryo

Maeda
Maitre Ryo, sur son arbre perché, tenait dans sa main un Kunai. Il venait de le dégainer lentement, sans un bruit, prêt à bondir sur sa proie au moindre mouvement dangereux. Dans les premiers instants, il avait émis l'hypothèse que le vieil homme pouvait être en danger, cependant, après quelques paroles des deux marchands la situation se compliqua de manière significative. Le flou venait pointer le bout de son nez, il y avait bien une troisième personne et Tamura n'était qu'un vulgaire homme de main tout au plus tandis que monsieur Kobayashi semblait être la tête pensante de cette histoire. À la découverte de ses nouveaux éléments, notre héros se mit à lever un sourcil tout en ne perdant pas un seul instant des yeux la scène. Voir cette armoire à glace devenir aussi tendre et docile face à un homme des plus fragile avait de quoi décontenancer, mais ce n'était pas rare de voir que l'ancienneté faisait le poids face à la jeunesse.

Les anciens étaient respectés, craint, admirer et dans un sens Ryo comprenait facilement cela, notamment au fait qu'il éprouvait un immense respect envers son grand-père. La situation était étrange, que pouvait bien contenir ce rouleau ? Pourquoi tant de discrétion de la part de ses deux personnes ? Pourquoi avoir fait semblant de se faire remarquer par la garde du village pour se faire arrêter ? Après tout, s'ils avaient une aussi bonne entente, jamais ils auraient pris le risque d'éveiller le moindre soupçon sur eux. Tout était étrange, rien ne voulait ce simplifié et il semblerait que la jeune Nara ait réellement eu du flair sur cette affaire. Elle l'avait jugé trop simple, trop expéditive, mais maintenant que les choses devenait de plus en plus mystérieuse, il allait falloir faire le point et vite ... Deux solutions se présentaient pour les genins, la première était de simplement rapporter ses nouvelles informations à leurs supérieurs de manière à ce qu'ils prennent les chosent en mains et la deuxième solution étaient de continuer leurs investigations. Leur enquête les avait emmenés dans un endroit qu'on qualifiera d'exotique et ils avaient pris de gros risques, dans la tête de notre héros, il était dommage de s'arrêter là. Ils étaient des ninjas, ils étaient préparés à réagir à toute éventualité par conséquent, le choix de Ryo était tout fait ... Option deux ...

* Voyons voir, si je veux connaître le fin mot de cette histoire va falloir continuer cette filature ... Kobayashi ne risque pas de quitter le village et maintenant qu'on le sait impliqué dans tout ça, il va falloir garder un œil sur lui ... D'un autre coté, il a fait sa part de travail en donnant ce parchemin à Tamura ... Le plus simple sera de suivre l’armoire à glace pour voir à qui est destiné ce rouleau, ensuite, en fonction de la situation, j'interviens, je les arrêtes et une fois le rapport fait à mes supérieurs, on retourne arrêter Kobayashi et après ça peut-être qu'ils me feront enfin confiance pour des missions de plus grande importance ... Par contre, je risque d'en chier en solo, j'vais avoir besoin de la gamine ... Fait chier, j'ai pas vraiment le choix, va falloir que je supporte ses airs supérieurs encore un moment ... *

Quelques secondes après avoir effectué l'échange, les deux marchands se séparèrent, tout deux partirent dans une direction opposée. Une fois éloigné, Ryo rangea son Kunai avant de se retourner vers Aiko.

Ryo Maeda – Allez-on traîne pas, on va suivre l’armoire à glace, faut qu'on découvre c'est qui le troisième gars et ce qu'il y a sur ce rouleau. J'vais faire comme si ce qu'on s'était dit n'avait jamais eu lieu et quand on aurait fini avec tout ça, on pourra ce dire au revoir comme ça, tu pourras te retrouver de nouveau toute seule à te morfondre sur ta terrible et triste vie pendant que ton frangin caressera tes cheveux en te disant que tu dois t'ouvrir sur le monde et qu'il sera toujours là pour toi et toutes ses conneries-là ...

Sans même attendre une réponse ou une réaction de la jeune Nara, notre héros parti suivre discrètement Tamura sans que ce dernier ne s'en rende compte. D'une certaine façon, Ryo se foutait éperdument si Aiko allait le suivre ou non. Quoi qui pouvait se passer maintenant, il allait agir uniquement pour lui, sans se soucier de quoi que ce soit. Il allait maintenant agir selon son instinct et ses méthodes ! La nuit allait être longue pour le jeune génin ...

* Que la fête commence ... *
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeLun 30 Sep - 0:11


Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
>> Suivant

Les doigts d’Aïko serraient l’écorce de l’arbre. Les sourcils froncés, le regard figé, elle n’omettait aucun détail de la scène qui se déroulait en contrebas. Ses intuitions étaient bonnes, elle en avait la certitude à présent, et bien malgré elle, sa poitrine se gonfla d’orgueil. N’était-ce pas là tout ce qu’on lui avait un jour enseigné ? Cachant à demi son sourire, elle aurait volontiers fait remarqué au Maeda à quel point elle était capable – au contraire de ses insinuations. Ah ça ! Il s’en mordrait les doigts, et la jeune Nara ne se priverait aucunement de quelques remarques acerbes. Il l’avait bien trop blessé pour qu’il en soit autrement de toute façon ; en vérité, elle ne savait même s’ils seraient capables de collaborer plus longtemps. Les mots avaient été incisifs. Puis malgré son humeur souvent égale, elle demeurait assez fière pour ne point lui laisser l’avantage. Jamais plus l’on ne la traiterait de la sorte, pas ici, pas chez elle, dans son village. Il pouvait bien fanfaronner, il n’était pas mieux engagé qu’elle. En plus de cela, il était bien moins jeune : sa vie, il en avait déjà tracé un bout loin des considérations ninjas. Une cuillère d’argent dans la bouche, elle était presque sûre que tout cela n’était qu’une forme à peine masquée de rébellion. Quelle dure vie quand même.

Son rictus s’agrandit à ses réflexions bêtes et méchantes. Perdue dans ses pensées, elle n’en fut pas moins surprise lorsqu’une fois les deux protagonistes disparus, son compagnon d’infortune se leva. Honnêtement, elle aurait cent fois préféré qu’il demeure de dos ; son minois l’insupportait tant qu’il n’avait même pas encore bougé les lèvres qu’elle avait envie de lui éclater le nez. Perdant le sourire, tirée de son imagination par l’inimité ambiante, elle se renfrogna et ne chercha même pas à répliquer à sa tirade. Et bien soit ! S’il voulait demeurer aussi petit, elle n’irait pas contre. Elle n’aurait d’égard autre que le mépris, la défiance et le dégoût. Elle qui avait un jour cru pouvoir compter sur lui, elle s’était trompé. Et si l’orgueil se gonfla aussi vite qu’il était apparu, une douleur amère persista dans son cœur. Aïko était profondément déçue, et triste. Elle avait voulu y croire, de toute ses forces. De ces choses-là, dites sur le toit, de la confiance qu’il avait silencieusement placé en elle. Tout cela s’effondrait dans une pluie d’incertitude.

En d’autres temps, les larmes lui auraient sûrement piqué les yeux. Mais la situation ne le permettait. Il ne le méritait pas non plus. Le coup de poignard était trop violent pour cela. Alors, dans un mutisme absolu, elle se releva et le regarda s’éloigner un instant. Le suivra-t-elle ? Le souffle calme, elle lissa ses cheveux secoués par quelques brises. Elle n’avait plus d’emprise sur le garçon. Il était impulsif, irréfléchi et elle demeurait intimement convaincue qu’il finirait par foncer tête bêche. Malgré tout, elle se sentait entièrement responsable. N’était-ce pas elle qui avait frappé à sa porte au milieu de la nuit ? Elle l’avait entraîné là-dedans à ses dépens : si d’aventure il lui arrivait malheur, elle s’en voudrait toute sa vie. Alors, à regrets, elle s’élança à sa suite.

Il ne fallut guère trop longtemps pour rattraper Tamura. Il marchait d’un pas vif, l’œil alerte, visiblement plus tendu encore qu’à son arrivée. Il ne faisait aucun doute à présent que ce que contenait le rouleau le mettait d’autant plus sur les nerfs. Mais que contenait-il ? La Nara était bien moins distraite par ses peines que les minutes précédentes. Le visage clos, le front barré par le souci, elle s’avança à la hauteur de Ryo. « La transaction. Il est sur le qui-vive. On ne devrait pas s’approcher autant ». Elle l’avait lancé à voix-basse, juste assez fort pour qu’il puisse l’entendre. Il tourna un regard blasé, agita sa main et ne trouva rien de mieux à répliquer que : « Blablabla ». Alors, sans attendre, elle stoppa net sa course. Rougissant de colère et de frustration, elle joint ses mains, composant son mudra. Il ne fallut que quelques secondes pour que son ombre s’étire jusqu’à atteindre celle de son comparse, qui n’avait même pas pris la peine de ralentir. Ses cuisses tremblèrent mais elle tint bon. L’effort que cela lui demanda était grand mais cela n’avait aucune espèce d’importance : s’il ne souhaitait pas l’écouter et bien elle l’obligerait quand même ! Elle ne voulait ni qu’il meurt, ni mourir elle-même et cette tête de lard ne les compromettraient pas ! Sa rage et sa détermination devenait une force. Les mirettes tempétueuses collées sur la silhouette immobile de son partenaire, elle fulminait.
[/font]

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 6 Oct - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeLun 30 Sep - 22:22



Ryo

Maeda
Bien qu'ennuyé par sa partenaire, notre héros était heureux de participer à cette enquête. Il allait y avoir de l'action et cette simple idée suffisait à lui faire arborer un large sourire sur son visage. Ryo ne vivait que pour ça, la gloire, la reconnaissance, le désire profond de rendre fier son clan, ses ancêtres et prouver à son père que les Guerriers Maeda n'étaient pas tous disparu. Cette ambition, cet amour, qui l'animait, pouvait le rendre bien irritable envers les autres qui le côtoyaient, mais dans le fond, Ryo n'était pas un mauvais garçon, il avait juste des rêves trop grand en tête et pas assez de recul pour réfléchir aux conséquences de son impulsivité. Quoi qu'il en soit, après avoir pris de nouveau un malin plaisir à provoqué Aïko après que cette dernière lui fait remarquer judicieusement qu'il était dangereux de coller aussi près Tamura, sachant qu'il était sur ses gardes, la jeune Nara n'eu d'autre choix que d'utiliser sa technique de manipulation des ombres pour prendre dans sa toile par surprise son partenaire. Ne pouvant plus bouger, Ryo fit face de nouveau à son ami, toujours en gardant son sourire, Maeda prit le premier la parole.

Ryo Maeda – Ouais t'as raison Aïko, bien la stratégie ... Laissons Tamura disparaître dans la nature ! Brillante idée Nara. Pas de doute, ton clan va être fier de toi, en plus de ça, tu gaspille le peu de chakra que tu as sur un allier. Pratique, si jamais les choses venait à devenir périlleuse, tu seras encore d'une grande utilité ! T'es sûr que tu es pas adopté ? Ton clan est plutôt réputé pour l'intelligence de leurs membres, mais là ... Franchement, tu peux mieux faire.

Ne pouvant toujours pas bouger, Ryo soupira quelques secondes avant de reprendre la parole.

Ryo Maeda – Tu sais quoi demi-portion ? J'en ai franchement marre, on se connaît depuis peu et très clairement je m'étais toujours dit que lorsque je serais en équipe ça serait génial ! Tu vois le genre ? Une équipe soudée, unis, qui gravite autour d'un Sensei puissant qui aurait à cœur de nous faire grandir, qui nous ferrait progresser ! Il nous apprendrait tout ce qu'il sait, il nous transmettrait sa sagesse avec bienveillance et toujours dans le but d'assurer la survie du village. Je m'étais toujours dit que mes partenaires serait tout pour moi, ma famille, mon sang, prêt à tous les sacrifices pour eux parce que c'est comme ça qu'on avance ! Je me disais qu'en étant en équipe, je prendrais exemple sur mes coéquipiers, sur notre professeur pour ensuite en devenir un et former à mon tour des jeunes ninjas ...

Le garçon se mit à rire doucement avant de reprendre.

Ryo Maeda – Mais franchement ... Depuis que je te connais, tu m'as dégoutté d'être en équipe, plus je t'entends pleurer sur ton sort, plus je te regarde toute larmoyante, en train de trembler des jambes parce que tu as peur de tout ... Depuis que je te connais, tu m'as dégoutté d'être en équipe, plus je t'entends pleurer sur ton sort, plus je te regarde toute larmoyante, en train de trembler des jambes parce que tu as peur de tout ... Je suis persuader que ton frangin passe son temps à te dire qu'il faut que tu fasses de ton mieux, qu'il est fier de toi, qu'il a confiance mais toi trop parano que tu es tu te fous une pression tellement démesuré que tu en es devenu invivable ! Tu veux que je te dise Aïko ? Va te faire foutre ! Toi ! Ton Clan ! Ton frère ! Tes responsabilités ! Ta vie ! Allez tous vous faire foutre ! J'avancerais seul, je progresserais seul ! D'ailleurs ... Ce soir où t'es venu me chercher, j'aurais jamais dû ouvrir, j'aurais dû te laisser dans ta merde ! Mais t'as de la chance, je termine toujours ce que j'ai commencé, maintenant que je suis là, je vais continuer, mais à ma manière et si tu es pas contente avec ça ... Ça sera la même !

L'ambiance n'avait jamais été aussi pesante, le manque de sommeil avait prit le pas sur la raison de nos deux jeunes ninjas. La confiance, l'amitié, l'amour sont des choses fragiles qu'un rien peut briser, les cernes sous les yeux, Ryo fixait Aiko d'un regard sombre. C'était terminé, la ninja pouvait très facilement comprendre que Maeda était sur le point de craquer, de sombrer dans une rage qui pourrait mettre un terme à leur mission. Nul doute qu'elle allait devoir trouver les mots justes pour ne pas envenimer encore plus la situation ...
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeJeu 3 Oct - 23:54


Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
>> Suivant

Derrière les mèches noires qui lui chatouillaient le visage, elle l’observait. Non, elle le dévisageait. Et chaque sourcillement, chaque centimètre était recouvert de son mépris et de son dégoût. Elle ne l’aimait plus, du moins il semblait l’incarnation de toutes ses erreurs. Comment avait-elle pu être si bête d’y croire, un tant soit peu ? Et maintenant, par ses muscles trop tendus, par ses entrailles nouées, elle le sentait. Elle payait le prix de son innocence, d’avoir un jour fait confiance à quelqu’un d’autre. Pour sûr, elle n’avait point espérée de miracle ; il était ainsi et elle n’y pouvait rien. Mais elle l’imaginait différemment – peut-être un peu idéal. Loin, bien loin en tout cas des mots acerbes qu’il déversait sans logique, dans une mare toxique qu’elle peinait à rejeter. Car oui, bien qu’elle tentait de faire son deuil, il la blessait. Et pourtant cette fois-ci aucune larme ne vint troubler l’étrange placidité de son visage. Elle demeurait là, concentrée, sans rien dire. Comme si ces efforts n’avaient jamais servi à rien. Aïko retournait dans un monde silencieux qu’elle maîtrisait, dans une solitude devenue compagne. Les mirettes ternies par la déception, ses lèvres se décollèrent enfin.

« Bien. Libre à toi d’aller seul, mais je ne te laisserai pas mettre toute cette mission en l’air tu m’entends ? ». Elle avait articulé sur un ton égal, sans force, résignée sûrement. « Si cela ne te convient pas, rentre au village. Personne n’en saura rien. Tu reprendras ta vie, et moi la mienne ». Ses chevilles s’ankylosaient sous l’immobilisme et chaque fibre musculaire se rappelait à elle douloureusement. « Garde tes discours pour qui voudra les entendre, ils ne sont d’aucune utilité ici ».  Elle sentait à son front la plaque d’argent. Elle était là pour ça, pour son village. Elle voulait devenir ninja, et qu’importait les menaces et les sacrifices. Les gens lui tourneraient parfois le dos, c’était ainsi. Elle n’allait pas se rendre malade pour quelqu’un qu’elle connaissait si peu. La Nara avait nourri des fantasmes, puis s’était pris le revers de la médaille ; ces choses-là arrivaient chaque jour. Cela faisait simplement partit de la vie.

« Dommage, j’aimais bien ses discours ».
La voix fit sursauter la jeune fille, qui lâcha son emprise aussitôt. Les yeux écarquillés, elle ne parvint à discerner la monstrueuse forme que bien trop tard. Déjà il s’élançait sur elle. L’élan, la vitesse et la surprise eurent raison de ses aptitudes. Son frêle corps percuté de plein fouet, elle se retrouva propulsée contre le tronc avec violence. Sa peau se lacéra sur l’écorce, et sa vue se troubla. S’était-elle cognée ? Un goût de ferraille envahit sa bouche, un mélange visqueux et chaud qu’elle ne reconnut pas de suite. L’épaisse masse se rapprochait d’elle en faisant fi de son compagnon. Tamura l’attrapa au col et la souleva sans mal. Elle n’était qu’une brindille dans ses larges mains. « Je savais que t’allais mettre ton nez de fouineuse dans des affaires qui te regardait pas, Gamine. Dommage ».
Le temps s’égrainait avec lenteur affolante. Sa mâchoire engourdie se mobilisa dans une fraction de seconde qui lui parut une éternité. Elle ne voyait même plus l’ignoble tronche du négoce. Ses yeux gris cherchaient par-delà son épaule sans rien apercevoir d’autre que le brouillard. « Va…t’en Ryo ».


_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 6 Oct - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeSam 5 Oct - 22:07



Ryo

Maeda
Courant dans le vaste domaine du clan, le jeune Ryo s'amusait à traquer le chat de la famille qui se cachait dans un tas de bois, le soleil était déjà couché, les quelques lueurs qui permettaient de distinguer ses pas n'étaient du qu'uniquement à la chaleur des flammes sur les torches qui longeait le chemin. Soudain, à travers ce calme nocturne, une voix grave intérompa cet instant, notre héros tourna la tête, tout sourire, il couru vers la direction du bruit. Il sauta dans les bras de Matsumoto qui lui caressa sa petite tête avant de lui prendre la main et de l'emmener dans sa chambre. Une fois dans son lit, Ryo tourna la tête vers son grand-père.

Ryo Maeda – Grand-père ? Pourquoi tu dis rien à papa qui change tout dans notre clan ?

Le vieil homme se mit à sourire avant de ricaner quelques instants tout en se grattant sa barbe.

Matsumoto Maeda – Hum, voyons voir, comment je pourrais t'expliquer ça de façon à ce que tu comprennes du haut de tes huit ans ... Notre clan a un lourd passé, ton père pense que la force n'est plus un gage de survie. Il pense que pour assurer l'avenir du clan, il faut discuter, il faut tout faire pour éviter les conflits. Dans un sens, il est comme nos ancêtres, simplement, il ne se bat pas de la même manière. Je lui ai donné le pouvoir du clan, nous devons lui faire confiance, mon fils est prêt à assumer son nouveau rôle, tu dois lui faire confiance Ryo ...

Ryo Maeda – Mais moi grand-père ... Je veux pas parler, je veux me battre ! Comme toi, comme les guerriers Maeda d'avant !

Matsumoto Maeda – Tu sais, de part ma très longue existence, j'ai appris que les hommes étaient de nature belliqueuse ... Leurs soifs de combat sont intarissables, ton père à peur pour toi, il a peur pour sa famille et pour le village. Il refuse de voir ses enfants mourir au combat comme il a pu voir par le passer certains membres de notre clan tombé sur le champ de bataille. Il agit pour le bien de tous, mais toi, tu n'es pas obligé de suivre ce chemin ... Un jour, tu seras libre de tes choix, tu pourras avancer là où ton cœur te dira d'aller. Quand ce jour arrivera, tu comprendras qu'une tête bien pleine est souvent plus utile que des bras musclés ... Rappel toi toujours de ça Ryo ... Il est hors de question que mon petit-fils préféré trépasse à cause de son manque de jugeote. N'oublie jamais Ryo, réfléchis, pense, anticipe ... Ensuite ... Fonce !

En une fraction de seconde, notre héros se rappela de cet instant avec son grand-père, la situation venait de prendre un tournant dramatique, Tamura avait surgit de nul part, il avait déversé toute sa rage pour s'élancer sur la jeune Nara, qui par surprise, ne pu esquiver quoi que ce soit. L'armoire à glace s'en prenait à la partenaire de notre héros, pourtant, malgré tout ce qu'ils s'étaient dit, Aiko ne pensait qu'à la protection de Maeda, lui demandant de partir au plus vite. Le jeune homme de son coté prit une fraction de seconde pour secouer sa tête avant de fixer Aïko. Notre héros fonça alors vers Tamura, ce dernier relâcha la gamine pour esquiver le coup porté par le Genin, mais il fut grandement surpris de voir que le poing du ninja fini par percuter de plein fouet le visage de la fille Nara, cette dernière fut propulser contre un arbre une nouvelle fois.

Ryo Maeda – M'en aller ? Et rater l'occasion de voir ta tronche de princesse au rabais se faire démolir ? Et puis quoi encore ?! T'as pas compris Aïko ? J'en ai marre de toi, j'en ai marre de te voir pleurer, marre de tes airs supérieurs ! De Ton arrogance ! Regarde-toi, t'es pitoyable ... Je te l'ai dit, maintenant j'avance tout seul, j'en ai marre de toi, de ce village qui ne respect pas mon clan, qui ne me donne que des missions à la con ! J'arrête tout ça ... C'est terminé ...

Joignant les gestes à la parole, Ryo retira son bandeau du village qu'il se servait comme ceinture avant de le jeter sur Aiko. Il finit par faire face à Tamura avant de s'approcher normalement.

Ryo Maeda – J'aurais mis du temps à ouvrir les yeux ... Je ne veux plus de règles, toi et ton pote vous avez l'air d'avoir tout compris comment ce monde fonctionnais ... Laisse-moi te suivre, je pourrais t'être utile ...
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeSam 5 Oct - 22:53


Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
>> Suivant

La douleur était sourde. Puissante. Hors de son propre contrôle. Complètement sonnée, son corps ne lui répondait plus vraiment. Chacun de ses membres semblait endolori, terriblement mutilé. Pour autant, là n’était pas la source de son mal le plus intense. C’était ces mots, envoyés avec dureté, qui s’étaient fichés comme une centaine de poignard dans son cœur. C’était entendre cette voix les prononcer avec assurance. Il n’avait pas tremblé, il n’avait pas hésité. Et sur sa cuisse secouée par quelques spasmes reposait à présent un objet dont le poids ne trompait guère son origine. Elle aurait voulu se lever, l’affronter pleinement, planter ses yeux gris dans les siens et lui dire, lui répéter encore et encore : « Eh ! Parce que tu crois que c’est ce qu’aurait voulu ton grand-père ? » puis « Eh ! Que fais-tu de la gloire de ton clan ? ». Mais ses lèvres refusaient de bouger, chaque ligament pris dans une gangue – immobiles. Elle se contenta alors de hurler dans son esprit, de s’époumoner tant et plus, comme si elle s’épuisait pour un être qui n’en valait pas la peine. Que croyait-il faire là ? Qu’espérait-il finalement de lui-même ? Avait-elle été si aveugle pour ne pas se rendre compte de son mal-être ?

« Allez, ouvre les yeux ! ». Mais elle n’y parvint pas plus. Elle demeurait dans ce Noir, dans le Néant de ses pensées. Oh elle les entendait, là, face à son corps étalé. Aïko sentait leurs yeux posés sur ce petit macchabé. Sa respiration semblait noyée, oxydée par le goût de fer qui lui revenait par quelques relents dans la bouche. C’était donc ainsi qu’elle mourrait. De la main d’un homme qu’elle aurait aimé apprécié. En vérité, d’un homme à qui elle avait accordé sa confiance. Elle avait si tort, si tort de s’ouvrir au monde. Ses parents, ses frères lui avaient mentit. Cela ne rendait pas plus fort, bien au contraire. Elle était bien le symbole de ses propres échecs. La jeune Nara se haïssait. Elle ne pouvait en vouloir à son ancien compagnon, tout était de sa faute. Tout ceci n’aurait pas eu lieu sans elle. Puis le rire gras de Tamura lui vint comme une immondice de plus. Comme si la fange dans laquelle elle baignait n’était point suffisante.

« Bah di’donc p’tit tu l’as pas loupé ! ». Et le gros gaillard s’esclaffa de plus belle. « J’ai bien cru qu’c’était moi qui m’la prendrait celle-là ». Même si elle ne le voyait pas, derrière l’hilarité se dissimulait toujours de la méfiance. Le revirement lui semblait peut-être trop facile. « Mais j’crois pas qu’un p’tit gars de ton genre me sois utile ».
« Rappelle –toi au bar. J’ai réussi à te droguer, te faire perdre connaissance, voler la clef de ta chambre et pris des infos sur ton rendez-vous ici… Je suis entrainé pour tout ça, je peux être ton ombre, assurer vos arrières à tous ».
« Ah j’me disais bien que ta p’tite tête de merdeux m’revenait pas ! ». Il perdit le sourire et le ton de sa voix devint plus menaçant. « Qu’est-ce qui m’dit que tu joues pas encore le p’tit malin avec moi hein ? T’as cru que c’est parce que tu jettes un bout d’chiffon que t’es plus de ton village ? Va falloir être plus convainquant qu’ça ».

La dernière phrase lui aurait volontiers tiré un frisson si elle en avait été capable. Elle savait pertinemment où il voulait en venir. C’était donc fait d’elle. Peu importait la manière, elle ne pourrait survivre si son ami suivait la voie qu’il venait d’annoncer. Impuissante, elle ne pouvait qu’attendre une fin qui peinait à arriver. Elle aurait voulu le regarder, une dernière fois. Qu’il la voit, une dernière fois, afin qu’à jamais ne reste dans son esprit ces yeux d’orages posés avec pitié.
[/font]

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 6 Oct - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeSam 5 Oct - 23:42



Ryo

Maeda
Personne n'aurait pu prévoir ce qu'il allait se produire ce soir, la nuit, était tombé depuis de nombreuse heures, tout Konoha dormait tandis que devant ses grandes portes se trouvait notre petit groupe. Tamura avait raison de se méfier, après tout, Ryo l'avait déjà manipulé alors un simple coup de poing n'était pas suffisant pour le convaincre de la bonne volonté de notre héros. Il venait de le mettre à l'épreuve, sans prononcer les mots, Ryo savait où l'armoire à glace voulait en venir. S'il voulait gagner sa confiance, il devait mettre un terme à la vie de son ancienne partenaire, un nouveau départ, une nouvelle vie ... Tamura demandait un sacrifice, un meurtre, un moyen de pression si le fils de diplomate n'était pas docile ... Ryo tourna la tête vers le corps inerte de la Nara, elle ne bougeait plus, elle était choquée, perdue dans ses pensées, elle était faible, une proie facile ...

Ryo Maeda – T'as raison Tamura, ce bout de chiffon n'a aucune autre valeur que celle qu'on veut bien lui porter ... Tout comme un nom, un clan, un village ... Il est temps de mettre un terme à mon allégeance envers Konoha ...

Le jeune homme se mit à avancer lentement, ses pas étaient sûrs, l'ambiance était devenue glacial. Tamura continuait de fixer le jeune homme, Ryo avait le regard fixe sur le corps d'Aïko. Il ne faisait aucun doute que dans sa petite tête s'était le chaos le plus total. Un bruit de métal vient interrompre le silence de la scène, le genin sorti un kunai de sa poche, il n'était maintenant qu'as quelques mètres de son ancienne amie. Les secondes semblaient être une éternité tandis que les battement du cœur de notre héros ne faisait que s'accélérer. Il finit par relever Aïko en lui tirant les cheveux, cette dernière poussa un léger cri de douleur, très vite, Maeda attrapa son cou pour la plaquer contre l'arbre, il commença à serrer tout en la fixant droit dans les yeux.

Ryo Maeda – Regarde toi Aïko, tu dois te sentir totalement débile ... Tu vas crever là comme une merde, par la main de celui que tu es venu chercher pour t'aider ... Plutôt ironique non ? Enfin bref ... Je suis pas un croyant, mais quand tu verras mon grand-père au paradis, pense à lui transmettre mes amitiés.

Après un rapide clin d'œil que Tamura ne pu voir, Ryo planta son kunai dans le petit corps de sa partenaire. Bien évidemment, ils avaient été entraînés pour feindre la mort et tout bon ninja se devait de connaître le corps humain sur le bout des doigts. C'est ainsi que Ryo s'arrangea pour causer une blessure beaucoup impressionnante au regard qu'autre chose, il y avait beaucoup de sang qui coulait tandis que le corps d'Aiko tomba sur le sol. Notre héros fini par se retourner vers Tamura tout en brandissant son arme couvert d'hémoglobine.

Ryo Maeda – C'est suffisant comme preuve ? Si tu veux m'on avis, on n'a pas de temps à perdre. Les rondes sont fréquentes et je suis presque sûr qu'une patrouille devrait pas tarder ... La découverte du corps d'Aiko va les énerver et il risque de boucler le périmètre en quelques minutes ...

Ryo continuait de marcher droit devant lui pour finir à quelques centimètres de Tamura. Il essuya le sang du Kunai sur la chemise de l'armoire à glace puis il reprit la parole calmement.

Ryo Maeda – Alors ... On va où ?

La situation était étrange, dans un sens, Ryo venait peut-être de sauver la vie de sa partenaire, elle ne bougeait plus. Sa blessure n'était pas grave, si elle se bandait la plaie rapidement, c'est pour ça que le jeune homme avait insisté sur la nécessité de quitter les lieux rapidement. Il voulait laisser le temps à Nara de se soigner pour mieux les suivre après.
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeDim 6 Oct - 13:55


Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
>> Suivant

Il n’y avait plus rien. Rien que le vide sous ses pieds engourdis, que des larmes qui refusent de couler. Asséchée, comme si plus rien n’avait de sens. La peine au fond de son cœur la brûlait. Chaque respiration devenait un calvaire. L’air était bouillant – peut être trop -, abimant ses poumons qui refusaient d’abandonner. Et son cœur, lui, ne voulait s’arrêter de battre. Pourtant la douleur était encore plus aigüe, ses ventricules s’ennoyant pour finalement continuer à vivre. Car voilà bien une vérité immuable ici ; la petite à l’agonie refusait de mourir. « Pas comme ça », pensait-elle. Et puis, après quelques secondes, se résignait à la fatalité. « C’est toujours mieux si c’est un ami, pas vrai ? ». Mais ses pensées demeuraient sourdes, ses questions sans réponse. Là, sentant ses chairs se déliter peu à peu, elle essayait de voir. Elle voulait ardemment le fixer sans haine, sans désespoir. Elle avait accepté son sort, mais lui, l’avait-il réellement fait ? Il n’était pas trop tard pour son compagnon, pas trop tard pour excuser son geste, pour que sa mort future ne demeure pas vaine. Elle savait qu’au fond de son irascible personnalité se cachait un garçon plein de rêves. Alors, dans une prière muette, elle lui demanda de ne pas oublier cet enfant-là.

Son corps dégingandé sous la poigne dure ne tenta même pas de s’en extraire. Elle l’entendait parfaitement, mais ses blessures l’avaient rendu incapable de s’opposer à lui – à eux. Puis il recommença à cracher son dégoût. A lui transpercer l’âme d’un million d’aiguilles empoisonnées. Jusqu’à ce qu’il prononce une phrase. Cette phrase. Alors son palpitant eut un raté, et l’espoir rejaillit comme une fontaine éteinte. Ses plaies se résorbèrent, la joie l’envahie sans qu’elle ne puisse l’exprimer. De toute manière, elle ne le devait pas. Il lui avait fait entendre ce qu’elle avait voulu entendre plus tôt. Ryo l’avait assuré ne pas avoir perdu la flamme. « Pour Konoha ». Son petit être décharné ne bougea pas plus, mais elle parvint - non sans un effort qui lui parut colossal – à ouvrir les yeux. Elle ne distinguait qu’une forme floue au travers la pénombre de la nuit. Pour autant, il y avait quelque chose de rassurant. Presque réconfortant. La jeune Nara aurait voulu lui dire : « Ne t’inquiète pas, fais ce qui doit être fait ». Car elle se doutait que derrière l’apparente sérénité, il devait être paniqué. Comment pouvait-on lui en vouloir ? Elle-même n’aurait sûrement pas su réagir. Il prouvait, par ces gestes, qu’il avait tout d’un véritable ninja.

Lorsque la lame s’enfonça entre ses côtes, la douleur fût si vive qu’elle manqua de défaillir. Le kunaï avait tranché les chairs avec une facilité déconcertante. Le bout ses doigts effleura le bas du haut de son comparse sans réussir à s’en saisir, avant que ses bras ne retombent, ballant, le long de corps. Il la rejeta sans douceur alors qu’elle sentait ses propres habits s’imbiber de son sang. Cela était étrangement chaud. Elle était bien là finalement. La nuit offrait un linceul réconfortant ; elle voulait rester sur cet arbre jusqu’au lendemain. Jusqu’à jamais. « NON ! ». Sa voix interne hurla si fort que sa tête parut exploser. Non, elle ne pouvait pas. Elle ne devait pas. Le Maeda avait fait un sacrifice pour la sauver – elle. C’était à son tour d’agir. Il était temps qu’elle lui prouve qu’elle était capable. Qu’elle montre à tous qu’elle pouvait le faire, et que peu importait son nom ou les rancœurs. Les cœurs des deux genins battaient plus que pour leur seul idéal ; pour ce village qu’ils chérissaient tant.

« Ouais ça va, ça va p’tit merdeux. J’accepte de t’prendre à l’essai mais à la première action louche, j’te bute ok ? ». L’imposant Tamura ne sembla pas se formaliser de sa réponse, et enchaîna sur le même ton : « Suis-moi et ferme-là ». Rapidement, les bruits de pas s’éloignèrent avec rapidité et le calme revint dans la forêt. La brise caressa le corps laissé pour mort et, douloureusement, il finit par se mouvoir. Et même si elle était seule à présent, Aïko avait l’étrange sensation que quelqu’un l’observait. Plus prudente, cette fois-ci elle extirpa de son assise son arme. De la sueur dévalait son front et pour autant, elle avait froid. Le flot sanguin ne cessait de couler. Elle devait agir, et vite. Alors, non sans tordre son visage de douleur, elle ôta son maillot troué et moite. Sa peau nue frissonna. L’air était frais, mais la sensation demeurait agréable. Ses dents déchirèrent un morceau puis, délicatement, ses mains vinrent comprimer la plaie. Deux centimètres plus haut et s’en était finie d’elle. Elle était heureuse qu’il ait suivi aussi assidument ses cours d’anatomie.

L’hémorragie était contenue à présent. Toujours un peu blême du sang qu’elle avait perdu, elle se sentait déjà moins sonnée qu’avant. Certes, elle n’était pas en pleine possession de ses moyens, mais au moins elle vivait. Ses yeux furetèrent à la recherche de quelque chose pour maintenir le pansement compressif. Elle se saisit finalement du bandeau de son collègue, abandonné à ses côtés. Il lui en voudrait sûrement, mais c’était la seule chose à sa portée qui pourrait faire l’affaire. Dans le silence de la soirée, elle noua l’insigne sur son torse, avant de lentement se relever. Ses jambes vacillaient mais elle était déterminée : elle devait les retrouver au plus vite.


_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 6 Oct - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 27

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitimeDim 6 Oct - 14:40



Ryo

Maeda
Beaucoup de questions se chamboulait dans la petite tête de notre héros, il ne voulait pas le montrer mais il était térriblement inquiet pour la santé d'Aiko, même s'il avait reçu les entrainements pour et suivit de la façon des plus sérieuse possible les différents cours à l'académie, il venait de passer à la pratique sur un terrain hostil, il n'avait pas droit à l'erreur, pas de seconde chance possible et personne ne sera là pour soigner Aiko si jamais la lame avait été planté trop haut dans son petit corps. Le cœur du garçon battait la chamade, sa respiration s'accélerait, mais pourtant, il utilisait toute sa tête pour se calmer, il devait faire bonne figure face à Tamura. Ce dernier avait été convaincu par la prestation du jeune Maeda, il accepta de le prendre à l'essai tout en le menaçant de le tuer à la première action louche.

*Me tuer ? À qui tu crois parler gros tas ... Dès que j'ai ce qu'il faut, crois moi, je t'arrête toi et tout ton réseau ... *

Tamura avait cependant accepté de suivre les conseils avisés du jeune homme, la crainte de tomber sur une patrouille était grande et par conséquent l'armoire à glace ne voulait pas s'éterniser ici, ce qui était normal, après tout, à quelques mètres se trouvait le corps presque sans vie d'une jeune ninja du village ... Rapidement, les deux partirent, ne sachant pas où il allait se retrouver, Ryo suivit sans marquer son chemin. D'une certaine façon, il avait décidé d'agir seul, son plan était simple, il ne voulait pas que sa partenaire prenne plus de risque ce soir. Il ne lui fallut qu'une simple charge pour la mettre à mal, ce Tamura avait une force plutôt impressionnante, même si elle avait reçu le même entraînement que notre héros, Aïko n'avait que quatorze ans et sa corpulence ne lui permettait pas d'encaisser aussi bien que Ryo. Elle ne le savait pas, mais dans un sens, Maeda venait de la protéger du mieux qu'il pouvait. Plus tôt dans la soirée, il lui avait dit qu'à partir de maintenant, il allait agir à sa manière et son premier objectif dans son plan était de neutraliser la Nara de manière à ce qu'elle soit sauve.

La blessure infligée n'allait pas la tuer, du moins, c'est ce que Ryo espérait du plus profond de son cœur, il suivait maintenant Tamura qui se montrait méfiant envers son nouvel allié ce qui était tout à fait normal. En situation de ce type, les ninjas avaient reçu des entraînements pour marque son chemin de manière à ce qu'ils soit plus facilement pisté, mais Ryo en avait décidé autrement, il refusait d'aider Aïko à les retrouver, elle était faible, blessé et on ne savait pas encore sur quoi on allait tomber en suivant Tamura. Elle allait certainement lui en vouloir, mais s'était mieux ainsi, elle n'était pas prête pour ce monde, elle avait été trop bercée et cajoler dans sa vie, elle était faible ... Du moins, c'est ce que se disait notre héros à cet instant. Bien sûr, il y avait toujours cette rage envers Nara à ce moment, sa colère obscurcissait son jugement et en agissant de façon égoïste comme ça il essayait de se convaincre qu'il faisait ça pour son bien, mais la réalité était qu'il ne faisait ça que pour lui, il oubliait le travail d'équipe pour agir en solo.

Ryo Maeda – Hey Tamumu, on va où au juste ? D'ailleurs, c'est quoi ton parchemin que le vieux t'a donné ?

Tamura – T'as pas b'soin de le savoir p'tit merdeux. J'te dirais juste ce qu't'as b'soin de savoir.

Tout en soupirant et en continuant de suivre l'armoire à glace, Ryo reprit la parole.

Ryo Maeda – Tu sais ce que j'aime chez toi Tamumu ? ... C'est ta diplomatie ... T'es pas très bavard comme garçon, tu sais. D'ailleurs, ça me fait penser, j'ai jamais compris pourquoi toi et le vieux vous vous êtes fait arrêter ? C'est complètement débile si vous continuez de bosser ensemble.

Tamura stoppa sa marche pour faire face à Ryo tout en le fixant d'un regard mi-blasé mi-mauvais.

Tamura – Et toi, jamais tu la fermes ta grande gueule ?

Ryo Maeda – Bah tu sais quoi ?! Au risque de te surprendre, tu n'es pas le premier à me dire ça. AhAh on dirait que j'ai touché un point sensible là pas vrai ? Même un gros tas de muscle dans ton genre sais que ce que vous avez fait, c'est complètement con. D'ailleurs, ton vieux-là, pourquoi tu t'écrases devant lui comme ça ? Il a des dossiers sur toi ? Genre des photos compromettantes ? Dis-moi tout Tamumu, ta vie m'intéresse !

Exaspérer un adversaire tel était le don que notre héros avait reçu à sa naissance. Son grand-père s'amusait souvent à dire que son petit-fils était la réincarnation d'un ancien dieu du nom d'Ogma, dieu de l'éloquence qui terrassait ses adversaires par la parole.
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko   Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Chamaillerie et marchandage - Partie 3 - Ryo & AIko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Origin :: Monde Ninja :: Hi no Kuni :: Portes de Konoha-