Le Deal du moment : -53%
Chargeur rapide sans Fil Universel 10 W – ...
Voir le deal
15.99 €

Partagez
 

 Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeSam 27 Juil - 23:37


Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
Suivant >>

Le ciel était dégagé, laissant apparaître par-delà les branches une myriade d’étoiles. Ici, tout était parfaitement calme et serein. Le vent venait chatouiller les feuilles, qui dans un bruissement s’en amusait dans le silence de la nuit. La lune affichait son plus beau quartier sans que ses doigts ne puisse la frôler. L’inaccessible astre luisait, intouchable dans son royaume céleste alors que le corps attaché à la terre humide sous son dos lui semblait bien lourd. Ses yeux s’ouvraient et se fermaient dans un rythme chaotique, tentant en vain de faire taire les questions qui se bousculaient dans sa tête. La condensation sur l’herbe ne parvenait à rafraîchir son esprit, emporté ailleurs – bien plus loin que les comètes stellaires. Et les arbres riaient, ils riaient encore de son désarroi sans qu’elle ne puisse les convaincre, sans qu’elle ne puisse rien y faire. Ils se moquaient d’elle pour sûr, avec leurs branches malignes se secouant dans des assauts frileux. Sa peau se hérissa, et bientôt sa vue se troubla, noyée dans des larmes involontaires. L’impuissance qu’elle ressentait lui donnait la nausée. Comment pouvait-elle rester là, à contempler un ciel qui ne lui répondrait pas ? Elle avait les mains liées.

« Dure journée ? ». La voix douce la fit sursauter. Dans la pénombre se détachait la silhouette qu’elle connaissait par cœur. Du revers de la main, dans un geste précipité, elle écrasa quelques perles salines qui dégoulinaient encore sur ses joues. Il avait toujours su, oui toujours. Et sans un mot, il s’installa près d’elle avec un sourire chaleureux, levant à son tour le nez pour observer la voûte étoilée.
« Non, ce n’est rien Chisei… ».
Son mensonge ne trompa guère son aîné. Il la connaissait trop bien. « Tu viens toujours ici lorsque ça ne va pas ». Il jeta une bref œillade à la jeunette, sûrement pour s’enquérir de son état. Leurs parents avaient dû l’avertir de sa première mission, et ne l’ayant pas trouvée en rentrant, le ninja s’était certainement mis à sa recherche. En vérité ça n’avait pas dû lui prendre bien longtemps. Le bois avait toujours été son refuge secret. « Je ne te forcerai pas à m’en parler si tu ne le veux pas, mais sache que je serais toujours là si tu en as besoin ».
La voix chaude lui souleva le cœur. Il avait toujours été si prévenant avec elle. Bien plus que le reste de sa fratrie. Etait-ce parce que c’était la dernière de la famille ? En tout cas leur lien était si particulier et si fort à la fois que jamais elle ne douterait de lui, jamais. « C’est juste que… ». Il ne broncha pas, laissant la brise abîmer le maigre mutisme. « Tu sais, je me sens si désemparée ». Et sitôt la faute avouée, elle rapprocha ses genoux en y collant sa poitrine, les enserrant dans des bras inutiles, cachant son visage au monde. Elle avait honte et elle était en colère contre elle-même. N’était-elle capable de rien ?
« Nous le sommes tous Aïko ». Et faute de réponse de sa cadette, il poursuivit : « Tu n’as jamais aimé le désordre. Même petite c’est toi qui rangeait la maison ! ». Il éclata dans un rire nostalgique qui réchauffa un peu la Nara. « Tu apprendras en grandissant que parfois, certaines choses n’ont de place nulle part ».
Et lorsqu’elle tourna la tête, elle ne vit que son sourire dans les ténèbres de la nuit. Et vaille que vaille, elle lui rendit faiblement, enlevant encore une fois les sillons humides de son visage. Elle ne devait pas pleurer, pas pour cela. « Comment fais-tu alors quand tu sais au fond de toi qu’il y a une réponse à tout ça, qu’il y a forcément quelque chose d’autre mais que tout ne repose que sur ce sentiment ? ».
« Tu parles de ta mission ? ». Elle hocha la tête, et lui effaça peu à peu son sourire. Elle devina malgré la pénombre que son visage s’était marqué d’un air plus dur, plus soucieux. De ceux qu’elle ne lui connaissait que peu. La jeune kunoichi regretta rapidement ses paroles mais ce qui était fait ne pouvait être défait. Un frisson lui parcourut l’échine. « Aïko, je n’ai pas à connaître la teneur de celle-ci mais si tu as le moindre doute il faut en parler ».
« Je ne pense pas que cela soit vraiment imp… »
Elle n’eut même pas le loisir de finir. « N’oublie jamais que chaque mission est importante et que de tes choix dépend l’intégrité de notre village. S’il y a quoi que ce soit qui te fasse aujourd’hui douter, ne prend pas ce sentiment à la légère et assure toi que tu ne sois pas passé à côté de quelque chose d’essentiel ». Il était sérieux. Voilà combien de temps qu’il n’avait pas paru aussi préoccupé avec elle ? Et ses paroles tournaient en boucle dans sa tête. Ne pas passer à côté de quelque chose. S’assurer d’avoir rendu le bon jugement. Elle ne pouvait pas se permettre de faire d’erreurs. L’intégrité de Konoha était en jeu.

Et bien qu’elle manqua de s’écrouler sous les vertiges de ses propres pensées, elle masqua tout cela avec soin. Elle avait toujours eu cette faculté étrange de ne jamais rien laissé paraître. Peut-être parce qu’elle n’avait jamais voulu décevoir les siens ? Et même Chisei s’y trompa cette fois, lorsqu’elle assura d’une voix claire que ce n’était rien, et qu’elle avait juste eu peur de mal faire. Pourtant au fond d’elle bouillait l’envie de décoller sur le champ, de faire ce qu’il lui avait conseillé de faire. Elle eut bien du mal à rester immobile, là, assise à présent dans une fausse contemplation jusqu’à ce qu’il daigne la laisser seule pour rentrer se reposer. Et bien qu’il eut fait mine de ne rien voir, elle était persuadée qu’il savait pertinemment qu’elle lui avait mentit. Et s’il décidait de la suivre à présent ? Dès lors qu’il découvrirait la supercherie, il n’agirait plus en frère mais en ninja et se devra d’en référer aux autorités. Lorsqu’elle quitta l’enceinte du clan, elle savait qu’elle risquait gros. Et qu’avec elle, elle emporterait certainement celui qu’elle était venue cherché au beau milieu de la nuit.

Elle parcourait les toits de la ville aussi vite que ses jambes la portaient. Tout était parfaitement calme à cette heure-ci. Bon sang, comment allait-elle s’expliquer à présent ? Elle avait veillé à faire des détours, au cas où on l’aurait suivi. Et puis en vérité elle n’avait pas vraiment réfléchit à pourquoi le prendre avec elle. Parce qu’ils étaient de la même équipe, et que ce serait sûrement le seul qui accepterait de la suivre dans cette folle histoire. Oui mais au milieu de la nuit, comme ça ? Accélérant le mouvement, elle ne laissa plus le doute l’assaillir. Trop tard pour faire demi-tour à présent. Et lorsqu’elle aperçut enfin son appartement, elle bondit jusqu’à sa porte. Au troisième étage de ce petit immeuble du centre-ville, toutes les pièces semblaient éteintes. Pour sûr, les gens dormaient ! N’écoutant plus que son courage, elle soupira avant de frapper au battant avec détermination. Elle continuerait jusqu’à ce qu’il ouvre, et s’il n’ouvrait pas, elle enfoncerait cette fichue porte.
« Ryo ouvre ! ».

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 15 Sep - 18:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 28

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeDim 28 Juil - 14:27



Ryo

Maeda
Le soleil allait bientôt ce coucher, nous retrouvons notre héros en train de faire soigner ses blessures au visage à l'hôpital de Konoha. Ce dernier avait reçu de la part d'un chat furieux plusieurs coups de griffe bien placés, comme à son habitude, Ryo soupirait pendant qu'on lui appliquait un onguent cicatrisant. Le jeune homme avait bien remarqué le petit rire moqueur de sa Sensei qui avait beaucoup de mal à garder son sérieux quant à la gravité des blessures de son élève. Un garçon fier comme Ryo, se retrouvant maltraité par un chat, il y avait de quoi rire. Peut de temps après, le Genin remercia Maya Murakami pour les soins prodigué, grâce à ses talents, les griffures avaient totalement disparut et bien évidemment, il n'y aura aucune cicatrice sur le beau visage du jeune homme.

Une fois sorti de l'hôpital, le jeune homme regarda le ciel, c'était un temps agréable ... Cela faisait maintenant un moment que notre héros n'avait pas été voir son grand-père. Il n'était que très peu attacher au reste de sa famille et de son clan de part les nouvelles ambitions affichées depuis que Matsumoto Maeda avait laissé le pouvoir à son fils, cependant il était resté tout de même très dépendant de son grand-père. Il voulait le rendre fier, il voulait que ce dernier reconnaisse en lui un véritable Guerrier Maeda. Bien que notre héros ne le savait pas, Matsumoto savait déjà que le destin de son petit-fils était de reprendre le flambeau des ancêtres. Il en était le dernier représentant maintenant, Ryo dans un sens avait un devoir de mémoire envers ses anciens ... De la haut, nul doute, qu'ils l'observaient tous ...

Ryo sautait de toit en toit les mains dans les poches, il retourna rapidement dans le domaine familiale, après avoir salué rapidement son père et le reste de sa famille, il partit s'installer dans la petite maison de son grand-père. Ce dernier l'attendait assis, devant lui, une table sur laquelle était poser deux verres et une bouteille de saké bien chaud. Matsumoto savait que son petit-fils était un amateur de boisson alcoolisé, de plus la première fois qu'il avait bu de l'alcool s'était avec son grand-père.

Ryo Maeda – Salut grand-père, je suis content de te revoir ... Comment tu te sens ?

Matsumoto commença à servir les verres tandis que son petit-fils s'installa en face de lui. Le grand-père de notre héros prit une petite gorgé après avoir trinqué avec son invité puis il prit la parole d'une voix très calme.

Matsumoto Maeda – Mon petit-fils ... Quel plaisir de te revoir, ne te fais pas de soucis pour moi, ce n'est pas parce que tu vois des rides sur mon visage que je suis en mauvaise santé et puis je dois avouer que depuis que tu es parti vivre en ville ... Le clan à regagné une certaine ... Tranquillité qui semble faire du bien à tout le monde ...

Immédiatement, les deux se mirent à rire aux éclats. Leur relation était vraiment unique, ils étaient tout deux très proches, il suffisait de les regarder pour comprendre que le Genin avait une admiration et un respect sans fin envers son aîné et que ce dernier avait beaucoup d'amour pour son petit-fils.

Matsumoto Maeda – Alors dis-moi, raconte moi tes aventures ... Depuis le temps, tu as dû vivre beaucoup de choses non ? Rencontré de nouvelles têtes ... Je veux tout savoir de tes aventures, après tout moi je t'ai bien raconté toutes ces histoires sur nos valeureux guerriers Maeda ...

Ryo termina son verre d'une traite, il s'avait qu'il allait devoir lui dire la vérité concernant ses débuts mitigés au sein de l'ordre de Konoha, il ne voulait pas décevoir son grand-père, mais lui mentir était tout bonnement impensable pour le garçon. Tandis que Matsumoto remplit de nouveau les verres, Ryo reprit la parole.

Ryo Maeda – Alors ... Euh ... Mes aventures ... Disons que je m'attendais à avoir plus d'action. J'enchaîne les missions toutes plus stupide les unes que les autres, j'ai fait plus de travail de secrétaire que de ninja ... Ils m'ont envoyé sécher des feuilles et classer des dossiers ... T'imagine ça grand-père ? C'est ridicule, ils ont mis tellement de temps à me trouver une équipe aussi ... Ils nous ont mis ensemble alors que je ne les connais à peine ... Je comprend pas l'organisation du village ... Et ...

Matsumoto fixa son petit-fils avant de lui couper la parole.

Matsumoto Maeda – La patience n'a jamais été ton point fort pas vrai ? Depuis que tu es tout petit, tu as toujours voulu avoir tout ... Tout de suite, tu dois apprendre à écouter, apprendre à attendre et surtout, tu dois savoir que parfois des opportunité se créer et c'est grâce à ça que tu avanceras ... Je dois t'avouer que ton manque de patience est en parti de ma faute ... J'ai passé tellement d'années à te raconter chaque soir une histoire sur notre clan que tu as fini par croire que tout arriva vite ... Ne crois pas que nos ancêtres en sont arrivés à leurs niveaux en un claquement de doigts ... N'oublie jamais, que le temps sera seul juge de tes actes ! Agis pour le bien de tous, fais honneur à ton nom et laisse le temps faire son œuvre ...

Ryo baissa la tête, il termina son verre une nouvelle fois.

Ryo Maeda – J'aurais dû venir plus tôt ... Tu vois, à force d'enchaîner les missions de ce type ... J'ai ... J'ai merdé, je me suis présenté en retard et j'ai raté le départ d'une mission d'escorte ... En plus à cause de ça, j'ai du me taper une autre mission débile, j'ai du retrouver un chat perdu et en plus ce sale matou, quand je l'ai retrouver, il m'a sauter au visage et ma griffer partout ! J'arrive pas à croire que les premières goûtes de sang que je verse en mission son à cause d'un stupide chat ...

La réaction de Matsumoto ne se fit pas attendre, il éclata de rire devant le désarroi de son petit-fils, la situation était très drôle pour le vénérable Maeda. Lui, qui avait vu tout les efforts déployer par Ryo pour devenir meilleur, lui qui avait entendu tout les discours remplis de fierté, d'honneur et de bravoure ... Pendant que son grand-père ne pouvait plus s'arrêter de rire, le Genin enchaîna les verres, il se sentait humilié, mais au fond, il était heureux de partager ces moments-là avec lui.

Matsumoto Maeda – Excuse moi Ryo, il y avait longtemps que je n'avais pas ri comme ça ... Parle-moi de ton équipe, je suis curieux d'en savoir plus ...

Ryo Maeda – Tu sais, je ne connais pas beaucoup Maya Sensei et des genins avec moi il n'y a que Aiko Nara que je voyais rarement à l'académie. Elle était du genre à rester dans son coin, j'ai pas vraiment d'affinité avec, mais bon ... Je pourrais t'en dire plus lorsque je les connaîtrez mieux ...

La soirée continua encore un long moment, les verres s'enchaînait aussi vite que les rires. Ryo pouvait enfin décompresser un peu, après tout, il n'avait personne avec qui il pouvait se confier et personne d'autre que Matsumoto ne le comprenait mieux. Après un long moment, notre héros salua son grand-père et il repartit chez lui. Il était assez alcoolisé pour savoir que le verre de trop était le prochain. Il se devait de ne pas être malade, qui sait ce que la vie lui réserve ... Quoi qu'il en soit, une fois rentré chez lui, Ryo se laissa tombé sur son lit, épuisé après sa journée à chasser le chat et surtout épuisé d'avoir autant bu avec son grand-père, il s'endormit rapidement à poings fermé. Quelques heures après, son sommeil fut perturbé par une personne qui frappa à sa porte. Après quelques minutes primordiales pour émerger, Ryo traîna les pieds tel un zombie pour aller voir qui frappait. Il ouvrit la porte, ses yeux n'était pas encore réellement ouvert et tant bien que mal, il prit la parole.

Ryo Maeda – QUOIII !

Quelques secondes plus tard, il finit par ouvrir les yeux, personne, il pencha la tête dans le couloir du bâtiment de droite à gauche et toujours personne ... C'était sans doute un rêve, le Genin ferma la porte de son appartement et il se retourna et il tomba nez à nez avec Aiko. Notre héros recula net et se cogna la tête contre sa propre porte, surpris de voir cette fille chez lui à cette heure aussi tardive ... D'autant plus que l'appartement de Ryo était loin d'être ranger, il y avait beaucoup trop de bordel pour accueillir quelqu'un convenablement.

Ryo Maeda – Aiko?! Sérieux, t'as vu l'heure ?! T'arrives quoi demi-portion ?
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeDim 28 Juil - 17:33


Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
Suivant >>

La porte s’entrouvrit à peine que déjà elle se précipita à l’intérieur. Elle n’avait guère l’envie de rester sur le perron. Quelqu’un aurait pu la suivre jusqu’ici, et si tel était le cas, se réfugier dans l’enceinte close lui accorderait un peu de répit. Elle ne prit pas même la peine de saluer son compagnon, les yeux embués par un sommeil brisé. Elle aurait pu attendre le lendemain mais c’était plus fort qu’elle : une force intestine la pressait, comme si sa vie en dépendait. Aucune lumière n’était allumée dans l’appartement, et lorsqu’enfin des mirettes s’habituèrent à l’obscurité, elle eut bien du mal à ne pas froncer les sourcils. La maisonnée était sans dessus-dessous. Il se mêlait çà et là vêtements propres et sales, vaisselles et lectures, dans un amoncellement désordonné qui lui soulevait presque le cœur. En réalité, cela l’étonna peu du jeune Maeda. S’ils ne s’étaient jamais fréquentés réellement, elle l’imaginait tout à fait comme ceci ; un garçon impulsif et négligeant, qui vivait seul et se fichait pas mal du monde. Il avait toujours affiché cette mine hautaine, si bien que tout semblait lui glisser dessus. Mais elle s’en accommoderait bien, elle n’avait pas le choix.

Et puis s’il en avait été autrement, elle ne serait pas venue le chercher lui. En vérité la compagnie de Lazuli l’aurait certainement arrangé mais la teneur de ce qu’elle s’apprêtait à demander relevait de la folie. La kunoichi n’aurait jamais pris part à ses manigances et pire encore : si sa petite aventure s’était éternisé, Maya sensei en aurait été avertie à l’hôpital – tôt ou tard. Et la simple évocation de son maître, Aïko manqua de frissonner. Pour sûr, s’ils se faisaient prendre, ils allaient passer un sale quart d’heure ! Il n’y avait que ce garçon, la bouche pâteuse, qui saurait faire fi des répercussions. Lui qui se foutait de tout et qui ne rêva que de mission glorieuse, voilà qui saurait détourner son esprit étriqué des conséquences de ce qu’ils s’apprêtaient à faire. Et lorsqu’enfin il la remarqua, il ne manqua pas de se cogner contre le battant refermé. Il faisait un bien piètre ninja avec un sommeil si lourd. Cependant ce ne fût pas son insolence qui plissa le nez de la jeune Nara. A vrai dire, il puait l’alcool.

« Tu es saoul ? ». La question n’avait pas grande importance mais l’odeur qui émanait de son corps et de sa bouche l’incommodait. Qui plus est, boire n’était jamais une bonne chose : cela endormait les sens et ralentissait les réflexes, même après plusieurs heures. Même si cela ne la regardait pas, elle n’appréciait guère que son coéquipier s’adonne à ce genre de comportement qui, un jour, pourrait les mettre en danger. Il devait être en pleine possession de ses moyens, qu’importe la raison !

« Euh… ». Son front se barra davantage à mesure que sa désapprobation montait. Qu’il ne cherche pas d’excuses, elle était prête à lui coller un savon ! Sa voix encore rouillée par le court repos, il avait pourtant repris du poil de la bête. L’air un peu hagard, un sourire voilé sur les lèvres, il se gonfla d’un peu plus d’assurance : « Y’a quelques heures c’étaient une possibilité, mais maintenant je sais marcher droit, pas de soucis ».

Les mots avaient à peine franchit la prison de ses dents, qu’elle lui aurait volontiers fait ravalé son sourire goguenard. N’avait-il pas la moindre idée qu’un tel comportement pouvait nuire au village entier ? Il agissait comme un enfant gâté, comme si être ninja n’était rien de plus qu’une formalité. Elle qui était toujours placide se retrouvait à bouillir silencieusement. Elle soupira et planta finalement ses prunelles grises dans les yeux du jeune homme, l’air bien plus grave. Chaque problème en son temps. « Habille-toi, j’ai besoin que tu m’accompagnes ».

Un haussement d’épaule suffit. « D’accord ».

Elle était sidérée. Elle savait qu’il n’était pas bien malin et plutôt emporté, mais qu’il la suive sans broncher, ça, c’était une option qu’elle n’avait même pas envisagée. Ryo avait réussi à la surprendre. « Tu ne me demandes même pas pourquoi je viens te chercher chez toi au beau milieu de la nuit ?! ». Pour être tout à fait honnête, cela l’arrangeait bien mais éveillait une tonne de questions qui se bousculaient à une vitesse folle dans sa petite tête. Etait-ce une marque de confiance ?

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 15 Sep - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 28

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeDim 28 Juil - 19:07



Ryo

Maeda
L'hygiène de vie d'un ninja est censée être irréprochable, après tout, personne n'est capable de prévoir ce que le destin nous réserve et par conséquent il était très mal vu de boire beaucoup lorsque l'on est un membre des forces de l'ordre du village de Konoha. Cependant, parfois, certains événements font que la rigueur d'un ninja est amenée à être négligée, et ce soir, c'est ce qui était arrivé à notre héros. Revoir son grand-père était très important, Ryo en avait un besoin presque vital pour continuer de se battre chaque jour, pour continuer d'avoir la patience nécessaire à suivre l'évolution des choses. Quoi qu'il en soit, la jeune Aiko Nara n'était là que depuis quelques minutes et pourtant elle avait déjà cataloguer le jeune homme comme étant un fumiste de premier ordre ... Après tout, comment lui donner tord ? Ryo sentait encore l'alcool, il vivait dans un appartement qui était tout sauf propre ... On dit souvent qu'il suffit de voir l'habitation d'une personne pour comprendre son hygiène de vie, pour une première visite, il ne fait aucun doute que le Genin Maeda avait mis la barre très basse.

Cependant, Aiko alla à l'essentiel, elle demanda à notre héros de se préparer car ils allaient partir. Sans réellement réfléchir, le jeune homme répondit par l'affirmative ce qui surpris Aiko qui ne semblait pas comprendre pourquoi il lui avait été aussi simple de convaincre son partenaire de l'accompagner. Un simple "d'accord" suffit à faire avancer les choses, tandis que le garçon parti dans sa chambre se changer, il entendit sa camarade lui demander pourquoi il n'avait aucune question. Ryo retourna la voir dans le salon, torse nu,et tout en boutonnant sa chemise il fixa Aiko.

Ryo Maeda – Pourquoi faire ? Après tout, je suis sûr qu'en chemin, tu m'expliqueras tout ce que je dois savoir ...

Aiko semblait encore plus décontenancer, elle ne comprenait pas le fonctionnement de Ryo. Ce dernier, quant à lui, se dirigea vers la cuisine, il prit une bouteille d'eau qu'il avala rapidement. Il attrapa aussi un reste de sandwich qui engloutit rapidement. Le membre du clan Maeda finit par retourner dans le salon, toujours faisant face à Aiko, il fit quelque étirement puis se mit quelques petites claques sur le visage pour se réveiller.

Ryo Maeda – Tu sais, tu crois que je suis stupide, inconscient et impulsif ... T'as peut-être pas tord, mais ... Je suis aussi pragmatique. Tu veux savoir pourquoi je ne te pose pas de question ? C'est simple, tout m'indique qu'il y a urgence ... Tu es une membre du clan Nara, par conséquent, j'en conclu que ton cerveau marche parfaitement. Ensuite, à l'académie, tu étais toujours dans ton coin, tu te la jouais solo, mais là, tu viens me voir au beau milieu de la nuit ... C'est sûrement parce que tu ne peux pas faire autrement et que la situation l'exige. Plus important encore, pour moi tout du moins, même si c'est récent, on forme une équipe ... Et si je n'aide pas ma partenaire, alors qu'elle vient comme ça chez moi au beau milieu de la nuit, alors je n'ai rien à faire en groupe ... Je ne sais pas ce qui se passe, mais je sais que je dois faire confiance à ma partenaire !

Le visage de Ryo était devenu très sérieux, il ne plaisantait que rarement lorsque la situation était dramatique, et au vu du visage de la petite Aiko, il était évident que quelque chose de grave allait se produire. Le garçon passa à côté de la Genin puis il mit deux petites tapote sur sa tête.

Ryo Maeda – Aller, en retour demi-portion ! Ne perdons pas de temps.
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeDim 28 Juil - 21:27


Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
Suivant >>

Elle ne l’entendit même pas s’éclipser. Sa tête fourmillait de question alors que ses yeux se baladaient sur le sol jonché de cadavres en tout genre, et comme pour expier le mal, elle assembla quelques-unes des affaires. Ainsi occupée, elle n’avait pas le temps de trop réfléchir. Etait-ce vraiment une bonne idée ? Chisei avait été clair pourtant : si le moindre doute subsistait, son jugement pourrait conduire le village à sa perte. Elle ne voulait pas tâcher l’honneur de son clan. Elle ne le pouvait pas. Nara Aïko ne serait pas la première de sa lignée à compromettre Konoha, elle se l’était juré. Alors au diable les interdits et les conséquences. Ils n’allaient faire que leur devoir. Et alors qu’elle finissait de rassembler une pile de journaux en tout genre, sa main se porta inconsciemment à son front. Le métal était froid sous ses doigts. Quand est-ce que les préceptes pouvaient être bafoués ? Quelles raisons étaient suffisantes pour enfreindre les règles ? Accroupie là, dans la pénombre, elle ne parvenait à ramener de l’ordre dans son esprit. Tout semblait se succéder à une vitesse folle. Chaque question emmenait avec elle un arbre de possibilités gigantesque dont les branches lui paraissaient si inaccessibles.

Et lorsqu’il revint, elle s’était redressé mais bien trop soucieuse pour se rendre compte qu’il était à moitié nu. Ses yeux étaient ouverts mais ne voyaient rien. Que devait-elle faire à présent ? Qu’est-ce que ce bandeau signifiait réellement ? Finalement la voix de son compagnon la tira un peu de ses obsessions. Elle avait totalement oublié sa présence. Pourtant elle était venue exprès. Et si elle n’osa le formuler, elle était désolée –profondément navrée de mêler le Maeda à tout cela. Il n’avait rien demandé à personne et elle, elle ne venait quérir son aide uniquement parce qu’il était le seul à pouvoir accepter ce qu’elle s’apprêtait à faire. En vérité, lorsqu’elle s’était engouffrée chez lui elle avait su qu’elle ne lui laissait pas vraiment le choix. A présent, un nœud invisible autour du cou, il ne pouvait refuser sa requête. Du moins elle l’espérait. Les mirettes aveugles se baladaient sans but dans cette pièce soudainement trop vaste, comme si elle allait pouvoir trouver quelque chose pour dissiper ses doutes. Même la lampe poussiéreuse ne trouva pas grâce à ses yeux. Non, plus rien ici ne pouvait la sauver de ses peurs intestines et de la honte qu’elle éprouva à cet instant-ci.

Du moins jusqu’à ce qu’il n’ouvre la bouche à nouveau. Et ce qu’il dit lui transperça le cœur. Comment un être aussi simple pouvait-il se montrer plus sage qu’elle-même ? Elle s’était sûrement trompée sur son compte. Il lui faisait pleine confiance alors qu’Aïko n’en était même pas capable. Il n’avait pas hésité une seule seconde avant d’accepter de se joindre à elle, mais en aurait-elle fait autant ? Sûrement pas. Alors les remords la submergèrent de plus belle. Ils étaient une équipe à présent. Elle ne devait plus douter d’aucun des membres. Ils devaient avoir foi en eux-mêmes sinon comment pourrait-il offrir au village de la Feuille la moindre protection ? La main tapotant sa tête finit par la ramener complètement sur cette Terre qu’elle avait quittée depuis de longues minutes déjà. Si le geste lui déplût, elle n’osa aucun commentaire. Il était déjà assez brave de l’accompagner ainsi au beau milieu de la nuit, elle ne voulait pas en ajouter.

Ils s’élancèrent bien vite sur les toits. La petite Nara lançait des œillades aux alentours régulièrement. Elle craignait toujours d’avoir été suivie. Sans prendre la peine de tourner la tête vers lui, elle rompit le silence qui s’était installé depuis leur départ. « Tu connais des auberges près des portes de la ville toi ? ». C’était par là qu’ils devaient commencer. Mais jamais Konoha ne lui avait paru si grand que maintenant : des lieux de repos pour voyageurs, il y en avait beaucoup. La tâche qui s’annonçait lui semblait titanesque.

« Possible ouais ». Ils ralentirent la cadence lorsqu’il se gratta la tête. « Elle est pas vraiment réputée comme auberge. C’est plus… une sorte de grand casino clandestin et une maison close réunis ». Si la Nara n’afficha que son habituel visage placide, il dû se sentir obliger d’ajouter presque aussi vite : « Me demande pas comment je sais ça ».

« Je n’en avais pas l’intention ». Le ton sarcastique ne cachait guère la désapprobation de ses mœurs délirantes. Mais après tout, c’était son problème. « C’est le genre d’endroit qu’un négociant un peu louche pourrait fréquenter tu penses ? ».

« A ton avis, quoi de mieux qu’un casino pour faire des affaires pas forcément légales ? ».

Il marquait un point. Et presque aussitôt, elle s’arrêta. Ils ne pouvaient pas se rendre là-bas comme ça. Il leur fallait un plan solide, ou les choses tourneraient court bien vite. « On ne pourra pas entrer dans cette auberge comme ça. On risquerait de se compromettre avant même d’être arrivés ». Il n'était pas encore devant la bâtisse et bien qu'il lui fasse confiance, Ryo ne savait rien de ce qu'ils s'apprêtaient à faire, ni pourquoi. Pour le bien de tous, il devait être mis au courant et pourtant elle n'osait lui révéler la raison de tout cela...

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 15 Sep - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 28

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeDim 28 Juil - 22:51



Ryo

Maeda
L'aventure n'attend pas, il faut toujours saisir la moindre opportunité de faire quelque chose de sa vie ... C'était avec ce genre de phrase que Matsumoto endormais son petit-fils chaque soir, c'était aussi avec ce genre de parole qu'il remplissait les yeux d'étoiles cet enfant. Toujours rêveur, toujours désireux d'être au-dessus du lot ... Ryo avait grandi avec ce devoir d'excellence pour ses ancêtres, il buvait chaque mot prononcé par son grand-père envers qui il n'avait que du respect des plus profond. Il respectait et honorait la mémoire des anciens et c'est en se souvenant de tous ses préceptes qu'on lui avait inculqué que notre héros se retrouvais dans cette situation ce soir. Il sautait de toit en toit avec sa partenaire Aïko, tout en ne sachant toujours rien de ce qui allait arriver.

Tout en avançant dans les rues de Konoha, quelques questions commencèrent à fleurir dans la tête du Genin. Cependant, il n'eu le temps de les poser que la jeune fille demanda la localisation d'une auberge près des portes de la ville. Effectivement, il y en avait bien une ... Enfin, si l'on pouvait seulement appeler sa une auberge, la vérité était que depuis bien longtemps maintenant, cet endroit servait de casino clandestin, de maison close ... Toute sorte de trafics avait lieu dans cet endroit.

Ryo s'avait qu'en répondant à la petite Nara, elle allait une nouvelle fois le juger ... Il était vrai que le garçon connaissait bien cet endroit, mais ce n'était certainement pas pour les raisons que pouvait s'imaginer la demi-portion. La réalité était que le garçon connaissait ses lieux grâce à son grand-père ... Depuis des années Matsumoto avait tenté de faire fermer cet endroit, cependant, le gérant de ce tripot avait le bras long et les pots-de-vin généreux ... La politique est un idéal, les politiciens, eux ne sont que des hommes et femmes et comme le disait si bien le patron de ce lieu de débauche ... Tout le monde à un prix, personne n'est incorruptible, il est simplement plus cher ...

Le membre du clan Maeda garda pour lui cette histoire, il ne voulait pas dire à Aïko que son grand-père avait échoué, il ne voulait pas se l'avouer à lui-même, il était inconcevable d'associer échec et Matsumoto. Ryo n'était qu'un enfant qui idéalisais beaucoup trop son grand-père, il était son héros, son modèle, son exemple ... Il ne faisait pas d'erreur, il était parfait et il désirait devenir comme lui. Le Genin était déjà en train de se perdre dans son esprit quand Aïko lui demanda si c'était le genre d'endroit qu'appréciais les négociant un peu louche ... Ça semblait être pourtant une évidence, il fallait croire que la petite avait beaucoup de pression pour poser pareille question.

Petit à petit, les deux ninjas finirent par stopper leurs courses folles sur les toits de Konoha, Aïko semblait déterminer à rentrer dans cette auberge, il fallait élaborer un plan, ne pas se faire repérer ... L'attitude nerveuse de la Genin la trahissait, elle semblait avoir peur, elle appréhendait ce qui pourrait éventuellement se passer. De son coté, Ryo se laissa tomber par terre, il était maintenant coucher sur ce toit, seul avec Aïko, il fixait la lune, les deux mains derrière sa tête, puis d'une voix calme, il prit la parole.

Ryo Maeda – Détend toi, on a avancé vite, de plus, on est parti à l'opposé des maisons de Maya Sensei et de Lazuli ... J'en conclus donc que tu ne les as pas prévenu et que tu ne comptes pas faire appel à eu contrairement à moi ... Alors dis moi demi-portion ... Pourquoi cacher des choses à ton équipe ? Pourquoi venir me chercher moi et juste moi ? ...

La Genin fronça les sourcils avant de répondre visiblement soucieuse.

Aiko Nara – Parce qu'elles n'auraient jamais accepté de me suivre, et m'en auraient certainement empêché. Écoute Ryo, je suis désolée de t'avoir mêlée à tout ça, mais ... Si on agit, on risque gros. Tu comprends ?

La fillette marqua une pause, elle devait vouloir s'assurer que le garçon avait pleinement conscience des danger encourus. De son coté, Ryo tourna la tête vers son amie puis il reprit ...

Ryo Maeda – Mon grand-père m'a toujours conseillé de suivre mon instinct, selon lui, c'est à ça qu'on reconnaît les vrais ninjas ... Ils savent ce qu'ils doivent faire, ils savent ce qui est juste et peut importe les risques encouru, ils le font quand même parce que c'est impossible pour eux de refréner leurs intuitions. Pour toi, il se passe quelque chose de grave ? Je suis avec toi, si tu prends des risques alors on les prendra ensemble et puis c'est toujours plus amusant d'être sanctionné à deux que tout seul ...

Ryo se mit à rire légèrement puis il recommença à fixer la lune quelques instant avant de faire un bon pour se remettre sur ses pieds. Il s'étira puis fit craquer sa nuque avant de se retourner vers Aïko.

Ryo Maeda – Bon, dis moi tout, j'ai cru comprendre qu'on cherchait un type dans cette auberge. Pourquoi ? À quoi il ressemble ? Il est dangereux ? Mais plus important encore ... J'ai besoin de savoir et je veux que tu sois honnête avec moi ... Ce qu'on fait là ... C'est personnel ? Ou c'est bien plus que ça ?

Aïko soupira en jetant un coup d'œil à la ronde, s'assurant une fois encore que personne ne se cachât dans l'obscurité de la nuit.

Aïko Nara – J'ai un mauvais pressentiment ...

Faute avouée à moitié pardonné, elle espérait que Ryo ne fuirait pas et tenta d'afficher sa détermination.

Aïko Nara – J'avais pour mission d'interroger deux personnes qui s'étaient battues la nuit dernière. Un vieux marchand de Konoha et un négociant qui parcourt les pays pour lui ...

Étrangement, Aïko commença à baisser la voix, presque chuchotant de peur qu'on ne les entende pas. Cette attitude fit froncer les sourcils de Ryo ...

Aïko Nara – L'interrogatoire n'a rien donné, mais il y avait quelques choses de vraiment bizarre ... Mais faute de preuves, j'ai remis mon rapport aux Junins. Et depuis, je n'arrête pas d'y penser. Imagine que cette impression est fondée ? Que par ma faute, il arrive quelques choses à Konoha. Je ne me le pardonnerais jamais !

Aïko baissa la tête, ses mains se serrant compulsivement pour maintenant la rage qui la submergeait. Notre héros, lui était plus intriguer par sa partenaire que par son histoire.

Ryo Maeda – Ne t'en fais pas, on va voir ce qu'il en est ... Au meilleur des cas, ton impression aura été mauvaise et rien ne va se passer ... Et au pire ... Bah, au pire, on sera là pour assurer. On a été entraîné pour ce genre de situation, c'est pas l'inconnu qui va nous faire peur !

Ryo se pencha en avant et plaça son visage proche de celui d'Aïko, il se mit à lui murmurer à son oreille.

Ryo Maeda – Pour l'auberge, on pourra toujours s'infiltrer avec une technique de métamorphose. Tu te souviens ? Comme à l'académie ... Mais dis moi, t'as l'air un peu sur les nerfs, tu crois qu'on est suivis ? Par qui à ton avis ?
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeMar 30 Juil - 23:45


Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
Suivant >>

La honte était un sentiment étrange et fascinant. Il étreignait aussi bien l’âme que le corps, soulevant sous sa bouffée nauséeuse des tumultes moribonds. Alors passait la colère, froide et terrible, puis la tristesse. Celle de ne pas avoir fait, ou pas assez bien. Les regrets et l’amertume laissait un goût âpre alors que tout semblait inextricablement lié à une ignominie que l’on ne pouvait nommer. Jamais, non jamais Aïko Nara n’avait ressenti pareille chose. Elle devenait impuissante, incapable de rien. Et par ses yeux gris pourtant impeccablement calmes, elle voyait la déception de son père, les pleurs de sa mère, le visage clos de ses aïeux et toutes les silhouettes silencieuses qui portaient un regard pesant. Bourreau d’elle-même, elle s’en allait dans ses songes cauchemardesques, attendant le pire et priant au meilleur. Et la présence amicale n’y changea rien ; il n’était pas responsable de ses défaites, et sa pitié la faisait vomir. Voilà pourquoi elle n’avait jamais apprécié être avec les autres, se mêler à ceux qui ne comprenaient pas – qui ne comprenaient rien. Elle, perdue dans un nuage de flammes noires, s’immolait dans une quintessence silencieuse. Et si à la fois elle espérait se tromper, elle n’assumerait guère d’avoir paniqué ainsi. Quoi qu’il en soit, sa réputation était entachée à jamais comme celle de la ninja qui avait failli réussir.

Et plutôt, se raccrochant à un maigre radeau de réalité, elle écumait la torpeur nocturne afin d’y décerner l’invisible. Rien ne bougeait, sinon un matou aventureux qui les fixa quelques secondes avant de reprendre sa route. Qu’attendait-elle de voir là, dans la demi-lune ? Pas étonnant dès lors que son compagnon se pencha pour murmurer au creux de son oreille. Si impulsif qu’il pouvait l’être, il avait sûrement dû être alerté par le comportement de la paisible mais néanmoins réfléchie fillette. Seul un idiot n’aurait pas remarqué le trouble. Ryo Maeda était réconfortant, autant que faire ce peu, et pourtant quand ses lèvres bougeaient elle n’entendait que le mépris, que la pitié pour une gamine trop peu sûre d’elle. Oh bien sûr qu’elle ne se leurrait pas ! Les volcans de son esprit tournoyaient à si grande vitesse que tout n’était que confusion : la gentillesse devenait intéressement, l’entraide un fardeau. Alors, passant outre sa haine grandissante pour son propre être fébrile, elle soupira une fois de plus. Il n’était guère utile de s’agiter maintenant qu’il fallait concentration et intellect.

« En vérité, nous n’avons pas besoin de nous faire voir. Si on doit trouver des preuves, ce sera sûrement dans ses affaires. Lorsqu’il a été arrêté il n’avait rien sur lui. J’en déduis qu’il est assez prudent pour ne pas s’encombrer de choses compromettantes sur lui dans le cas où une situation similaire arriverait de nouveau ». Elle avait parlé distinctement, avec lenteur exagérée alors que tout son corps la suppliait de foncer en vitesse. Il était inutile de se précipiter. Puis elle pensa éluder la seconde question. Il ne comprendrait certainement pas ce qu’elle craignait, ça non. Mais il était son ami. Elle devait lui avouer tout sans détour pour que règne la confiance. Ils ne pouvaient se permettre de se méfier l’un de l’autre. « Je suis prudente Ryo. Si on nous trouvait à faire ce genre de choses, on aurait de gros gros problèmes… On pourrait être renvoyés à l’académie ou pire ». Elle n’osa même pas finir sa phrase. On pourrait tout aussi bien leur retirer leur bandeau à jamais. « Et le seul au courant à part toi, c’est mon grand frère. Je suis sûre d’avoir bien mentit mais il me connait… Je n’ai peut-être pas été assez convaincante. Et s’il décidait de nous suivre, il pourrait tout aussi bien nous arrêter ou nous dénoncer ». Pour l’honneur du clan.

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 15 Sep - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 28

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeMer 31 Juil - 0:31



Ryo

Maeda
Aïko était encore jeune, elle n'avait que quatorze ans et pourtant elle semblait vouloir se mettre une pression monstrueuse sur ses petites épaules. Elle avait suivi le parcourt de l'académie comme n'importe quel autre apprenti et pourtant elle n'agissait comme aucun enfant de son âge. Le poids d'un nom, le poids d'un clan ... Un héritage lourd à porter, un honneur pour certain, un fardeau pour d'autres. Aïko était beaucoup trop mûr dans sa tête, plus Ryo la regardait et plus il se demandait s'il lui arrivait de faire la fête, de rire, de profiter simplement de l'instant présent. On dit souvent, bien heureux les simples d'esprit, la jeune femme en était l'exemple parfait. Elle désirait coûte que coûte se montrer à la hauteur, elle voulait glorifier son nom, que ses paires soit fier d'elle. Elle voulait de la reconnaissance, elle voulait qu'on la trouve digne de son rang ... Elle était comme notre héros, ils se ressemblaient beaucoup, mais leurs caractères était diamétralement opposé.

Aïko avait peur, elle redoutait d'être renvoyé à l'académie ou virer des forces de l'ordres de Konoha. Il est vrai que ce scénario était possible, mais fort peu probable, il n'y avait aucune loi pour interdire des Genins officiels de mener une enquête, cependant, il y avait toujours un élément perturbateur ... Le frère de la Genin, il est vrai que s'ils étaient suivis et qu'un Nara venait à intervenir ni Aïko, ni Ryo ne pourrais y faire quoi que ce soit. Lorsque la demi-portion avoua à son partenaire qu'elle avait menti en espérant être assez convaincante pour tromper son grand-frère, notre héros se mit à soupirer. Il pencha sa tête en arrière avant de venir se mettre assis, les jambes croiser sur le toit.

Ryo Maeda – Aïko, Nara ou pas ... Je suis sûr que ton frère sait ce que tu fais. J'ai une petite-sœur, elle s'appelle Yukio et elle a à peine quelques années de moins que toi, mais ... Quand on est grand-frère, on sait quand des demis-portions essayent de mentir ... Tu peux utiliser tous les meilleurs subterfuges au monde ... Les yeux ne mentent jamais ... J'espère juste qu'il aura compris que tu tenais à prouver que tu étais capable de suivre ton instinct et qu'il ne fallait pas intervenir ... Enfin oublions ça, je suis sûr que quelque part, il nous observe et il juge nos actions.

Ryo se mit à gratter l'arrière de son crâne, il attrapa le bras de son amie pour la forcer à se mettre assise en face de lui. Cette dernière, surprise par le geste, se retrouva dans la même position que le garçon. Notre héros se mit à sourire puis il fixa Aïko dans les yeux.

Ryo Maeda – Avant qu'on aille plus loin il faut que je te dise un truc. Toi et moi, on n'est pas si différent, tu portes le poids de ton nom, tu veux être digne de ton clan tout comme moi. Par contre toi, tu as tendance à être beaucoup trop sérieuse, tu n'es qu'une enfant ! Que tu le veuilles ou non ça ne change pas le fait que tu n'as que 14 ans ! Donne-toi le temps d'apprendre, tu ne seras jamais parfaite, tu feras des erreurs, mais à la différence, c'est que maintenant ... Tu ne seras plus seule. Qu'on gagne ou qu'on perde, on sera ensemble, en équipe ! Personne ne va nous sanctionner pour avoir suivi notre intuition ! Personne ne nous renverra à l'académie parce que tu as voulu approfondir ton enquête.

Les deux genins étaient toujours assis l'un en face de l'autre, la situation était étrange. Comme si le temps avait suspendu son cours ...

Ryo Maeda – Bon, maintenant que c'est dit, on va pouvoir avancer ... T'as dit qu'il n'avait rien eu sur lui lorsqu'il avait été arrêté ... Si on avait le temps, l'idéal serait de faire une filature discrète ... En général dans ce genre d'endroit, un rien suffit à déclencher une bagarre générale ... Et vu que ce lieu est plutôt remplis de voleur en tout genre je suis persuadé que notre ami doit garder ses fameuses preuves contre lui ... Ce que je te propose, on change nos apparences, on rentre dans cette auberge séparément. Je déclenche une bagarre générale et pendant le chaos toi, tu en profites pour faire les poches de ce type ... Tu en penses quoi demi-portion ?
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeJeu 1 Aoû - 23:15


Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
Suivant >>

Assise sur ce toit, décontenancée par le geste de son partenaire, elle n’eut d’autre choix que de l’écouter. Ils n’avaient pas le temps de pour s’attarder sur ses états d’âme ; et pourtant il insista tant et tant qu’elle ne put y échapper. Les yeux du jeune homme s’éclairaient grâce aux pâles rayons lunaires tandis qu’il régnait un calme presque parfait. Là-haut, perchés sur leur promontoire de fortune, personne ne venait troubler leur tête à tête soudainement bien trop sérieux.  En vérité, Aïko avait d’avantage peur de s’ouvrir aux autres que d’affronter la vérité en face : il avait raison. Elle n’avait jamais été pleinement satisfaite d’elle-même, de ses progrès. Chaque fois qu’elle parvenait à son but, elle ne s’extasiait pas, mettant presque aussitôt la barre un peu plus haute. Et sans rendre compte, elle avait fini par poser sur ses frêles épaules une pression telle qu’aujourd’hui, elle était simplement submergée. Noyée par un flot de colère, d’amertume et de dégoût d’elle-même si fort, qu’elle espérait qu’en s’agitant plus vite, en agissant plus fort, elle ferait taire ses voix intestines qui la rongeait. En vain. Rien ne pouvait déloger la honte tapie dans son cœur, plantant ses griffes acérées dans la chair pantelante d’une gamine sans défense.

Ces questions sur le monde qui l’entourait, ces mécanismes d’introspection avait toujours fait partie d’elle. Et aujourd’hui elle voulait que cela cesse. Que le bourdonnement dans son crâne se taise à jamais, qu’enfin la paix revienne. Mais ce fourmillement d’idées contraires, d’observations tristes et chamboulée, c’était ce que l’on attendait d’elle. Ce que le nom de son clan voulait dire, ce comment on avait attribué tant de mérite et de respect aux anciens. La jeunette se devait de préserver la mémoire et l’honneur de ceux qui s’étaient battus jadis, qui s’étaient illustrés parmi les braves. Elle ne dérogerait pas à la règle, et pour cela elle ne devait plus être moyenne. Elle ne pouvait se permettre d’échouer. Ni maintenant ni jamais. Et il avait beau se complaire dans cette insolence, jamais elle ne suivrait sa voie. C’était celle des médiocres, de ceux qui ne voulaient pas, ceux qui avaient peur. Certes, Aïko Nara craignait par-dessus tout l’échec et l’opprobre, mais le Maeda lui n’avait pas même le courage d’affronter ses démons. Qu’il la prenne pour une gamine s’il le voulait ! Qu’il tente de se convaincre avoir appris mieux qu’elle ; elle s’en fichait.

Et peu à peu le regard de la petite se mua en détermination. Celle de ne jamais flancher, celle de vouloir coûte que coûte affronter sa crainte, de s’améliorer, de vivre pour ne pas décevoir. Finalement, elle ne souhaitait plus que trouver sa juste place. Peut-être était-ce un rêve idiot, celui d’une enfant trop gâtée par ses proches, mais c’était le sien. Elle n’avait que quatorze ans aux yeux de certains, mais c’était déjà trop d’années gâchées à l’oisiveté, abandonnés à quelques folies passagères qui l’avait détourné d’elle-même. Ses mirettes grises pouvaient bien voir sans regarder, et sa tête exploser sous mille questions à présent ; cela faisait partie de ce qu’elle était et de ce qu’elle désirait être pour tous. Alors balayant les derniers doutes, enfouissant remords et ressentiments au fond de son corps, elle mit toute son énergie dans la réflexion. Ils devaient agir, vite et bien. Ils n’auraient pas deux chances, c’était une chose certaine. Elle sourit faiblement à son acolyte. Savoir comment il connaissait les mœurs de ce tripot ne l’intéressait guère, mais elle ne pouvait s’empêcher de l’imaginer au-dedans. Pourquoi y serait-il allé ?

« Le mieux serait d’éviter de faire trop de vagues. Déclencher une bagarre pourrait alerter les autorités ou pire, nous mettre en mauvaise posture si jamais l’on venait à s’en prendre à nous directement ». Elle s’arrêta un instant pour réfléchir. Quelle était la meilleure solution ? « Tu as peut-être raison. Le meilleur moyen serait une filature. Ou mieux ! L’on pourrait éventuellement découvrir ce que cache ce négociant en se faisant passer pour des clients intéressés ? ». Elle secoua la tête. « Non laisse tomber c’est trop bête. Et si je m’infiltrais à l’étage, pour fouiller ses affaires, pendant que toi… Je sais pas. Tu l’occupes en lui faisant les poches ? ». La situation semblait inextricable.

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 15 Sep - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 28

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeVen 2 Aoû - 0:08



Ryo

Maeda
Les minutes passèrent sur ce toit, le calme de la nuit régnais en maître, l'ambiance en devenait presque paisible si la situation n'était pas aussi urgente. Les deux Genins échangeaient quelques mots comme s'il allait se passer quelque chose de grave dans cette auberge, Ryo se voulait rassurant, optimiste comme à son habitude. Rien n'est insurmontable lorsqu'on a l'esprit assez fort, le dicton favori de notre héros était "A Cœur vaillant, rien d'impossible" ... Cette petite maxime avait le dont de faire soulever des montagnes au membre du clan Maeda. De son coté, le regard de la jeune fille changea, elle sembla plus sûre, comme si tout ses doutes avaient disparus. Elle était prête, sûre d'elle, déterminée comme jamais. Ce regarde qu'elle avait fit sourire Ryo qui l'écouta attentivement.

La demi-portion avait raison, il était vrai que déclencher une bagarre générale pourrait avoir des conséquences ingérable, entre les forces de l'ordres, les blesser voir même les morts éventuels ... Il était préférable de ne pas appliquer le plan du garçon. Aïko émit l'idée de se faire passer pour des clients intéressés par les services de ce marchand. Cependant, très vite, la demoiselle rejeta sa propre idée pour finalement proposer une infiltration. Cette idée fit sourire Ryo, car au final, elle aurait bien pu agir sans lui. Aïko ne semblait pas savoir quoi faire de son partenaire, faire les poches ... Une action bien banale pour Ryo ...

Ryo Maeda – Se faire passé pour des clients, ça serait trop dangereux, notre couverture n'est pas assez fiable pour ça et puis on ne connaît pas assez bien ce gars pour ce permettre ce genre d'idée ... L'infiltration, c'est notre seule chance de parvenir à notre objectif. Pour ce qui est de lui faire les poches ... Je trouve ça un peu méchant de ta part à pensée que je sois douée à ça ... Tu me prends pour un voleur ? Un vaurien, c'est ça ?

Ryo se leva et tourna le dos à Aïko, il fit mine d'être vexé par les sous-entendus de sa partenaire. Cette dernière se leva, lorsqu'elle alla prendre la parole, le garçon se tourna vers elle pour la prendre dans ses bras.

Ryo Maeda – Non, ne dis rien Aïko ... Tes mots on déjà suffisamment blessé mon cœur. Tu crois que je suis ce genre de personne ? Voleur, menteur, escroc ? Tu penses que tu vaux mieux que moi parce que ton clan fait parti des chouchous du Hokage ? Non Aïko ... Ne dis rien ...

Le drama était des plus total, Aïko semblait ne pas comprendre ce qu'il se passait. Le jeune homme se recula en fixant son amie dans les yeux tout en arborant un large sourire.

Ryo Maeda – T'as raison, je suis doué à ça, tu sais ... Voler, mentir ... Parler ... Mon grand-père ma souvent dit que mon arme la plus redoutable n'était pas mes techniques Katon, mais ma grande gueule ... Endormir les gens avec du bla-bla pour ensuite ... Enfin, tu vois quoi ...

Ryo montra à Aïko quelques affaires personnelles qu'il venait de réussir à lui dérober. Tout en rigolant, il lui rendit puis il s'approcha de rebord du toit. Il tourna la tête doucement vers sa partenaire toujours en arborant un léger sourire.

Ryo Maeda – Bon, notre plan est prêt, on sait ce qu'on doit faire ... Prochain arrêt l'auberge de la dépravation ... J'ai hâte d'y être ... Ah et au fait ... Quand tu seras à l'étage ... Si tu entends des bruits étranges ... Surtout ... Ne cherche pas à comprendre ce qui les provoque d'accord ? Crois t'es beaucoup trop jeune pour ça ...
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeVen 2 Aoû - 21:25


Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
Suivant >>

Complètement décontenancée. Ryo était un bien mauvais acteur, et avec cette propension à trop en dire, il allait forcément causer des ennuis. Elle le regardait incrédule réciter son texte avec une emphase indigeste, incapable ne serait-ce que de tirer la moue pour montrer sa désapprobation. Il appuyait le trait, s’emportait dans une tirade qui n’avait aucun sens. Bon sang, quand est-ce que cela s’arrêterait ? Fort heureusement le garçon avait choisi la voie ninja plutôt que celle des planches ; elle lui souhaitait – et au monde également -, qu’il soit plus doué avec un kunaï que ce qu’il l’était avec la comédie. A vrai dire, Aïko se serait presque sentie gênée si cela avait duré plus longtemps. Elle voulut esquisser une phrase mais ses lèvres bougèrent à peine que déjà il lui intimait le silence pour reprendre de plus belle. L’avoir embarqué dans cette mission était-ce réellement une bonne idée ? S’il était incapable de mentir, de tricher avec conviction, l’infiltration risquait d’être compromise avant même d’avoir débuté. Et puis, comme une agonie sans fin, il poursuivit. Ajoutant du drame au drame, il allait de reproches en reproches sans que cela ne prenne plus de corps. Il était mauvais.

Et même lorsqu’il lui rendit ses affaires, cela ne la rassura pas pour autant. S’il devait faire son numéro pour arriver à son but, sans nul doute que des personnes moins patientes auraient tôt fait de lui boucler sa bouche une fois pour toute. Elle devait le prévenir, qu’il devienne plus convainquant ou ils allaient tous deux droit au carnage. Alors, avant qu’ils ne prennent la direction de l’auberge, elle le retint par le bras, planta ses yeux grisaille dans les siens. Il devait comprendre qu’à partir de maintenant, leur sécurité était en jeu. Si l’un d’eux flanchait, l’autre en subirait tout droit les conséquences.

« Ryo attend. Ne fais pas de vagues, je t’en prie. Respecte le plan, sois discret et surtout, s’il se passe quoi que ce soit, ne cherche pas à les affronter. A deux nous ne sommes pas de taille ». Sa voix était calme, posée et si incisive qu’elle ne laissait aucune place à la rébellion. En vérité ces conseils sonnaient davantage comme des ordres. Après tout, elle avait décidé d’assumer le poids de son nom. Peut-être qu’avec assez de conviction, le jeune homme ne s’opposerait pas à sa volonté. « Je risque d’en avoir pour plus long que toi. Dès que tu as fini rejoins moi à l’étage ». Ses sourcils se froncèrent pour appuyer sa dernière consigne et ses lèvres s’entrouvrirent une nouvelle fois avant de se clore aussitôt. Elle aurait voulu lui souhaiter bonne chance, mais elle en était incapable. Trop fière, trop peu habituée à marcher côte à côte de quelqu’un, elle se ravisa.

Ses doigts se desserrèrent à peine de sa prise que déjà elle bondit vers l’avant. Avançant à bonne allure, elle fixait l’horizon à la recherche de réponses. Grand frère, que penserais-tu à ma place ?. Il y avait tant de possibilité et pourtant celle qui lui revenait à la face avec toujours plus de vigueur était celle où elle se trompait. Ce pressentiment, pourtant, elle l’avait ressenti fort et distinctement durant l’interrogatoire. Et puis, il ne l’avait pas menacé pour son rapport, elle en était convaincue. Les choses s’assemblaient difficilement dans cette histoire et il était de son devoir de faire la lumière sur cette affaire. Non, il était de leur devoir de le faire. Une bref œillade à son partenaire la rassura. Elle n’était pas seule pour endosser la charge, plus seule pour avancer dans les ténèbres. L’aiderait-il à trouver sa place au sein du village ? Quel endroit lui conviendrait le mieux ? Et elle, que pouvait-elle apporter à ce garçon qui semblait se ficher de tout ?

L’auberge scintilla. Il s’échappait de la maisonnée une clameur d’hommes ivres, tandis qu’à l’étage brillaient les lumières tamisées. L’endroit était fréquenté, pas de doutes. Le cœur de la jeune Nara s’emballa. Avait-elle le cran suffisant pour faire ce qui devait être fait ? Oui, elle l’avait choisi, elle l’avait voulu. C’était elle qui avait décidé de sa voie et personne d’autre. Pas même ses illustres parents. Sans un mot, sans un dernier regard, elle s’enfonça dans la nuit, laissant derrière elle l’ombre du Maeda.

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 15 Sep - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 28

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeVen 2 Aoû - 22:52



Ryo

Maeda
Intérieurement, Ryo était fier de son numéro, il était fier d'avoir volé quelques objets à sa partenaire sans se faire remarquer, mais malheureusement, il semblait que cette dernière ait été plus décontenancée qu'autre chose. Elle devait certainement regretter d'avoir demandé au jeune Maeda de l'accompagner et surtout de l'avoir mis dans la confidence. Après tout, on ne pouvais guère lui en vouloir, son partenaire manquait cruellement de sérieux lorsque la situation l'exigeait ... Son manque était tel que la Genin était obligée de donner un ordre à son aînée. Ne pas en faire trop, rester discret, agir tel un ninja ... Intérieurement, notre héros soupira, Aïko ne savait pas quel type de clientèle, il y avait dans ce genre d'auberge, elle ne savait pas que pour passer inaperçu le mieux était d'être vu de tous ... Ce principe était assez paradoxal, mais après tout ... Plus c'est gros, plus ça passe !

Les deux ninjas partirent sans un mot, ils couraient de toit en toit dans le silence le plus total. La mission avait belle et bien démarrer, ils avançaient dans l'inconnu, il était impossible de prévoir ce qu'il allait se passer dans cette auberge. Cet homme était t'il dangereux ? Encore un peu de patience et le jeune Maeda allait avoir la réponse, il allait rentrer en première ligne, prendre tout les risques ... Tout en continuant son chemin vers ce lieu de perdition, le garçon repensa aux ordres que lui avait donner Aïko ...

*Ne pas en faire trop ... Tsss, je suis Ryo Maeda ! La vie, c'est comme le théâtre ... Mais je dis quoi moi ... Aller Ryo, elle à l'air toute stresser, à croire que c'est vraiment dangereux là-bas ... Ça me fait chier de me le dire, mais je pense que je devrais la jouer profil bas ... C'est sa mission et surtout, je ne veux pas la décevoir, je vais gagner sa confiance en étant aussi obéissant qu'un mignon chat ... EN tout cas pas comme ce chat qui s'amuse à s'enfuir là ... Rien que d'y penser, j'ai encore mal au visage .. Et voilà Ryo, bien jouer, tu pars encore dans tes divagations, aller mon pote concentre toi et défonce tout !*

Le jeune homme se secoua la tête, ils étaient maintenant tout les deux arrivé à destination. Aïko disparus rapidement, elle semblait presser, vraiment presser ... Le garçon de son coté commença à soupirer ...

Ryo Maeda – Tsss, même pas un mot d'encouragement ... Décidément Aïko, t'es vraiment nul pour les effets dramatiques ...

Tout en souriant, le fils de diplomate rangea son bandeau dans sa poche, après tout, il ne fallait pas éveiller les soupçons. Propre sur lui, souriant, Ryo entra sans difficulté dans l'auberge, il s'avança vers l'entrée caché pour descendre là où se jouait toutes les activités illégales. Il se retrouva dans une grande pièce, embrumé par la fumée de nombreux cigares encore allumé. Il y avait de la musique douce, des tables de jeu et de nombreuse filles très peu vêtue. L'endroit semblait être très accueillant pour tout amateur de ce genre ...

*Bien ... Il est temps de retrouver cet ... PUTAIN ! AIKO ... MAIS ... RAHHHHHH*

Ryo soupira de toutes ses forces, sa partenaire ne lui avait pas dis à quoi ressemblait l'homme recherché. Le garçon était dépité, il se tourna vers le mur et commença à cogner sa tête contre.

Ryo Maeda – C'est pas vrai ... c'est pas vrai ... c'est pas vrai ....

Soudain, une main amicale se posa sur l'épaule du garçon. Ce dernier se tourna et fit face à une ravissante jeune femme, plateau à la main sur lequel était posé quelques verres d'alcool. Très avenante et très souriante, elle adressa la parole au ninja.

Serveuse – Voyons, il ne faut pas vous mettre dans des états pareils ... Que vous arrive t'il ? Je peux peut-être faire quelque chose pour vous ? Désirez-vous un verre ? N'hésitez pas à aller vous installer au bar ... Je viendrais vous tenir compagnie dès que j'aurais servi ses rafraîchissements.

Ryo n'eu pas le temps de lui répondre que la serveuse parti dans la salle faire son travail. Elle était ravissante, sa petite jupe laissait entrevoir le début d'une magnifique paire de fesses, et le maigre bout de tissus qui lui servait de haut ne laissais guère place à l'imagination ... Le code vestimentaire de l'établissement était ... Particulier, ravissant, mais particulier. Quoi qu'il en soit, Ryo ne pouvait rejoindre Aïko, il ne pouvait risquer de griller sa couverture, le jeune décida alors de se rendre au bar, il se mit assis sur un tabouret avant de poser sa tête entre ses mains en étant de plus en plus dépité ... Quelques secondes après, la serveuse retourna voir notre héros, toujours en souriant à pleine dent, elle s'installa à ses côtés. Elle commença à caresser l'épaule du Genin tout en le fixant.

Serveuse – Je suis toute à vous maintenant, dite moi tout ... Qu'est-ce qui vous met dans des états pareils ?

Le jeune homme continua de soupirer puis il fixa la serveuse.

Ryo Maeda – C'est juste que ... C'est ma première fois ici et une amie m'avait dit de retrouver quelqu'un ici parce qu'elle avait des infos qui pourrait l'intéresser, mais presser par le temps elle à oublier de me décrire la personne ... Je ne connais même pas son nom ... Je ne veux pas décevoir mon amie, elle a confiance en moi, vous savez ...

Ryo jouait parfaitement la comédie, il faisait le garçon perdu, il avait tout de suite vu dans le regarde de la serveuse une tendresse que les autres n'avaient pas. Il allait se servir des connaissance de sa nouvelle amie pour trouver cette personne coûte que coûte.

Serveuse – Je peux peut-être vous aider ... Tous les clients sont des habitués, ils ne sont pas tous très recommandables, mais ... Dites moi ce que votre amie vous à dit sur cette personne ...

Ryo Maeda – Elle m'a dit qu'il était une sorte de marchant itinérant, il va de ville en ville, de régions en régions pour acheter et revendre des artefacts... Elle m'a aussi dit qu'il était en ville depuis peu et qu'il avait eu quelques différents avec un commerçant du coin. J'ai ... J'ai des infos qui pourrais lui être utile pour lui éviter des ennuis, mais je dois lui donner en personne vous comprenez ...

La serveuse commença à réfléchir, elle plongea son regard à travers la salle puis après quelques minutes et fixa de nouveau Ryo avec un sourire angélique.

Serveuse – Je vois oui, j'ai entendu parler de cette histoire d'altercation, justement je connais cet homme, il passe souvent ici après ses différentes tractations. Son nom, c'est Monsieur Tamura, c'est l'homme assis tout seul là-bas dans le coin. Faite très attention à vous, ce soir, il a l'air particulièrement de mauvaise humeur ...  

Ryo tourna lentement la tête vers l'homme désigné, effectivement il avait l'air tout sauf sympathique. Un physique impressionnant, une véritable armoire à glace, le visage renfermé. Cependant Ryo se mit à sourire, après tout il a peut-être l'air de sortir d'une prison il n'en demeure pas moins d'un marchant, s'il veut gagner sa vie il doit vendre et commercer ... Le Genin se mit à sourire puis il fixa la serveuse.

Ryo Maeda – Merci beaucoup, sans vous je n'aurais jamais réussi à le trouver ... Tenez, pour vous ... Ah et au fait ... Vous êtes ravissante ... Merci encore ...

Après avoir donné un généreux billet à la serveuse, cette dernière continua de sourire à Ryo avant de repartir travailler. Le garçon avait maintenant son objectif en ligne de mire, il fallait trouver une stratégie intelligente ...

* Je fais quoi maintenant ... J'essaye de le fouiller ? ... Non, il est dos au mur, il a une vision global sur toute la salle et les banquettes m'empêchent de passer derrière lui et de faire correctement mon travail ... On dirait que j'ai pas le choix ... Je vais devoir improviser quelque chose ... Hé Hé ... Que la fête commence *

Le jeune homme attrapa un verre qu'il avale d'un coup sec, il commanda une bouteille de Saké et il se dirigea avec deux verres vers Tamura, puis à mis chemin, il leva les bras, se mit à sourire et à hurler dans la salle.

Ryo Maeda – TAMURAAAAA ? Mais c'est pas vrai ! TAMURAAAAAAA ! Enfin, je te trouve mon pote ! On m'a tellement parlé de toi ! EN bien, je te rassure, cette carrure, ce visage d'assassin, pas de doute, c'est que je cherche !

Ryo se trouvait maintenant face à cette masse, il s'installa sur le siège en face de lui toujours en arborant un large sourire, il posa sa bouteille et remplis les deux verres avant d'en donner un au marchand ...

Ryo Maeda – Non non non ... Ne dis rien ... Trinquons mon ami ! Buvons ensemble et après, on pourra parler affaires toi et moi !

Le garçon tendit son verre droit vers Tamura, il attendait sa réaction avec une certaine anticipation. Il était prêt à se défendre au cas où, mais il était persuadé que ce breuvage offert allait aider au dialogue ...
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeVen 2 Aoû - 23:33


Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
Suivant >>

Accroupie sur le rebord d’une toiture, elle observait les ombres dansantes derrière les fenêtres teintées. La plupart étaient allumées, et s’échappaient çà et là râles et soupirs, cris et éclats de rire. Dans le silence de la nuit, elle détaillait les corps qui se projetaient à la lueur d’une lampe à huile, dans l’espoir de voir la silhouette qu’elle recherchait. S’il était ici, il avait à coup sûr une chambre où se reposer – et surtout un endroit pour entreposer ses affaires les plus intimes. La brise soulevait quelques mèches de ses cheveux, qu’elle noua finalement dans un geste sûr après avoir retiré son bandeau. Le deuxième étage de l’auberge semblait aussi animé que le bas. Et pourtant c’était par là qu’elle devait entrer. Sous ses pieds une porte s’ouvrit, laissant sortir le corps exténué d’une femme aux formes généreuses mais à l’air las. Elle était jolie, même vue du ciel, et ses yeux fatigués alors que ses doigts glissèrent sur l’allumage d’un briquet lui serra le cœur. Elle devait sans nul doute être une des hôtesse, exténuée par la vie qu’elle menait. Elle aurait aimé descendre de son perchoir et lui dire, lui parler. Ce n’est peut-être pas ta place, tu sais ?. Et avec un sourire bienveillant, elle remettrait de l’ordre dans ces cheveux blonds que l’effort indisciplinaient.

Mais au lieu de ça elle devait se contenter de l’observer en silence, sur son perchoir alors que ses poumons se gonflaient de fumée, et que ses lèvres écrasaient le filtre. Elle tirait avec son âme, comme pour chasser les démons, comme pour oublier qu’elle était seule et fatiguée. Et quand le bout incandescent eut fini de brûler, elle écrasa sous sa bottine les restes de son radeau, ouvrant le battant lourd qui menait à l’arrière salle. L’arrière salle ?! Si elle avait pu, la jeune Nara se serait bien volontiers fustigée. Voilà près de dix minutes qu’elle cherchait une solution qui se trouvait juste là, sous son nez. En passant par les escaliers de service, elle avait peu de chance de tomber sur Tamura, ou sur n’importe lequel des clients malhonnêtes qui peuplaient ce bar. Et si elle faisait assez attention, peut être parviendrait-elle à éviter également les employés. Avec l’affluence qui semblait y avoir ce soir-là, nul doute que la plupart des effectifs seraient occupés en salle. Pour le reste, elle commença à malaxer son chakra, tendant ses muscles, priant pour que ses entraînements payent enfin.

La ruelle derrière l’établissement était sale. Elle puait la pisse et un mélange ingrat de sueur, de tabac froid et de nourriture. La porte elle-même ne donnait guère envie : écaillée un peu partout, la poignée semblait luire sous la graisse des mains moites qui s’étaient succédées. Méfiante, aux aguets, elle tendit l’oreille d’abord pour s’assurer que personne ne venait. Elle dû abdiquer presque aussitôt ; il demeurait au-dedans un brouhaha tel qu’il lui était impossible de distinguer ce qui était loin de ce qui était près. Mais Aïko devait entrer, pour Konoha. N’écoutant plus que son courage, le sang battant à tout rompre dans ses tempes, elle entrouvrit la porte et s’y faufila aussi vite qu’elle le pu. L’arrière salle était pleine à craquée mais tous semblaient si occupés qu’ils n’avaient pas fait attention à la petite silhouette fluette qui se précipitait dans le recoin le plus proche. Les escaliers étaient à trois mètres et le vieux bois grinçait tant qu’il lui serait impossible de gravir les marches sans que l’on s’en aperçoive. Le cœur au bord des lèvres, elle réfléchissait à tout allure. Elle devait trouver une solution.

« Putain que quelqu’un monte ce putain de plateau de merde à l’étage ! J’vous paye pas à rien branler, alors magnez votre joli petit cul ! ». L’homme assis derrière une table, les yeux rivés sur un livre épais semblait compter des billets. Un tas de billets. Jamais la jeunette n’en avait vu autant au même endroit. Et aussi vite qu’elle avait repéré le tenancier, son regard se porta sur le plateau devant lui. Une bouteille et deux sachets qui semblaient pleins. La voilà ma chance !. Ses doigts se croisèrent et presque aussitôt, la silhouette de l’enfant disparut dans un nuage de fumée qui se dissipa assez vite pour laisser apparaître le corps de la jeune femme blonde. Bondissant en avant, elle manqua presque de se cogner au coin du mur pour attraper la commande en première. Ses mains se saisirent des rebords et elle souleva l’ensemble pour se diriger sans un mot vers les marches. Elle était tellement concentrée pour maintenir la métamorphose qu’elle n’arrivait même plus à penser à autre chose. « Haruki bordel qu’est-ce que tu fous ? Je t’avais dit d’aller t’occuper de notre client ! ». La voix tonitruante la tétanisa sur place. Si elle parlait, il comprendrait de suite le subterfuge. Elle était prise de nausée, mais s’obligeait à rester calme. Il ne faut pas avoir l’air bizarre, il ne faut p…. « Bon t’attends quoi là ? Le déluge ?! Monte-moi ce plateau à la 4 et va faire ce pourquoi j’te paye ». Si elle avait pu, la Nara aurait volontiers poussé un soupir de soulagement avant de monter les escaliers quatre à quatre. Moins elle croiserait de monde, et mieux se sera.

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 15 Sep - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 28

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeSam 3 Aoû - 1:21



Ryo

Maeda
La musique jouait de plus en plus fort, la fête battait son plein. Les gens riaient, dansaient, buvaient, fumaient et avaient aussi tout un tas d'autres occupations sans doute plus illégales les unes que les autres. Pendant ce temps, Ryo avait toujours sont verre lever vers Tamura, ce dernier était quelque peu décontenancé, il était sans doute surpris qu'un gamin comme le Genin ait oser interrompre son moment de tranquillité. Le marchand commença à plisser le nez en regardant notre héros. Il ne fait aucun doute que dans sa tête, il s'imaginait massacrer le fils Maeda pour avoir hurlé son prénom au milieu de toutes ses personnes peux recommandable, surtout lorsque vous faites l'objet d'une enquête. Tamura dévisageait le jeune homme, il ne voyait devant lui qu'un vulgaire enfant de riche arrogant et surtout inconscient, il n'avait pas totalement tord pour le coup ...

Tamura finit par prendre son verre après de très longues secondes, sans même trinquer avec Ryo, il avala cul-sec le contenu du verre, le jeune homme fit de même cependant il n'eu pas le temps de profiter de son breuvage que le marchand l'attrapa par sa chemise parfaitement repassée. En temps normal, Ryo se serait fait un malin plaisir de faire regretter très largement ce geste, mais il était en mission d'infiltration, il se devait de jouer le jeu. D'autant plus que cet homme semblait penser qu'il était totalement inoffensif, intérieurement le ninja se mit à sourire ... Sous-estimer son adversaire, grossière erreur. Tamura prit enfin la parole, toujours en rapprochant son visage de notre héros.

Tamura – Ne t'avise plus jamais à hurler mon nom fillette, ou je t'assure que tu le crieras pour de bonnes raisons ...

Tamura avait prononcé ses mots de manière à ce que seul Ryo puisse les entendres, ce dernier ne pus s'empêcher d'arborer un large sourire. Le fils du clan diplomate resta proche du visage de Tamura qui venait à peine de lâcher sa chemise.

Ryo Maeda – Écoute, je doute pas de ta beauté intérieur, mais très clairement t'es pas mon genre ... Je suis plus attiré par ... Un peu prêt toutes les filles ici, sans déconner, elles sont toutes magnifiques ...

Les deux se replacèrent ensuite confortablement sur leurs fauteuils, le jeune homme fixait droit dans les yeux Tamura, son sourire laissait apparaître ses dents blanches tandis que l'armoire à glace reprit la parole.

Tamura – Tu me veux quoi l'morpion ? C'est pas un endroit pour les gens comme toi ici ...

Cet homme mettait beaucoup d'effet dans sa voix, un ton très grave, il voulait sans doute utiliser sa corpulence naturelle pour installer un climat de crainte et avoir un avantage psychologique sur le jeune homme. De son coté, Ryo était de plus en plus amusé par la situation. Il garda son calme avant de remplir de nouveau les verres, puis tout en fixant le marchand, il reprit la parole de façon moqueur.

Ryo Maeda – Morpion ? C'est pas gentil ça ... Mais dis moi, t'entend quoi par les gens comme moi ?

Tamura – Une fillette qui a piqué le porte-monnaie de papa ...

La réaction du jeune ne se fit pas attendre, il éclata de rire tandis que Tamura vida son verre comme il avait fait précédemment.

Ryo Maeda – Tu es très perspicace, je dois l'avouer ... C'est vrai, tu as raison ... Tu sais avant de parler boulot, j'aimerais profiter un maximum de cet endroit ... J'ai besoin de tes services, je veux te mettre dans les meilleures conditions possibles. J'ai ... Enfin, mon père à beaucoup d'argent, ton prix sera le mien, mais avant dis moi ce qui te ferait plaisir ? Tout ce que tu souhaites ici, je peux te le payer tu n'as qu'a demander !

Petit à petit, la stratégie de Ryo se mettait en place, il espérait que ce gros balourd allait tomber dans le piège. Il était tellement persuadé d'avoir le dessus sur le Genin qu'il ne se doutait de rien. Cependant, la réponse de Tamura n'était pas exactement celle espérée, le négociant lâcha un petit rire avant de jeter un œil mauvais au jeune homme. Il semblerait qu'ils ne passeraient pas les vacances ensembles ...

Tamura – J'ai tout ce qui me faut, Dis-moi plutôt qui t'a parlé de moi hein ? J'ai pas l'habitude de traiter avec les petits bourges dans ton genre ... Il va falloir qu'tu joues cartes sur table fillette et que tu m'dises ce que tu m'veux avant que je perde patience et que j'éclate ta jolie petite gueule !

Ryo Maeda – Je savais que je te plaisais, grand fou va ... Encore une fois, je ne mange pas de ce pain-là. Je suis Ryo Maeda, fils d'Idate Maeda, diplomate de Konoha ... J'ai eu vent de ton arrestation parce que j'ai accès, de part mon nom, à tous les dossiers de ce village merdique. La vérité, c'est que si tu acceptes mon travail, je peux te payer avec une amnistie qui t'exempt de tout problème juridique vis-à-vis de Konoha ... Par conséquent, pour te simplifier la chose, fais ce que je te dis et tu es libre de faire ton commerce légalement dans ce village, et ce ... Peu importe ce que tu vends si tu vois ce que je veux dire ... Alors ? ... Toujours envie d'éclater ma jolie gueule princesse ?

Le plan était de plus en plus audacieux, révéler son identité était très dangereux, mais Ryo devait jouer de son nom, de son clan. Tandis que Tamura semblait plonger dans ses pensées, Ryo recommença à remplir les verres de saké. Tamura finit par hausser les épaules, le gamin avait de la réparti, l'argent, c'est de l'argent, peu importe qu'il vienne d'un gamin né avec une cuillère en argent dans la bouche. Tamura avait appris à se maîtriser face à des pucelles dans son genre, et même si ça lui demandait un sacré niveau d'énergie, il se contenta d'attraper la première minette qui passait par là.

Tamura – La fillette et moi on va reprendre une bouteille de saké ...

La serveuse repartie aussi tôt, Ryo gardait son calme, sa couverture était grillé, rien ne se passait comme prévu, mais c'est dans l'improvisation qu'il était le meilleur. De son coté, le marchand ne cessa de reluquer la serveuse avant de reprendre la parole.

Tamura – Primo ma jolie, tu vas arrêter de mettre ton nez dans mes affaires, deuzio j'ai pas b'soin de ton laissé passer. Ils ont rien sur moi là-haut, et c'est pas avec la p'tite salope qu'ils ont envoyé qu'ils vont trouver quelques choses ...

Il s'arrêta un instant pour glousser dans un sourire torve tandis que Ryo faisait son maximum pour ne pas massacrer ce gros tas. Il avala le contenu de son verre en tentant d'oublier les propos désobligeant envers sa partenaire.

Tamura – Elle était mignonne celle-là aussi, mais franchement pas fût-fût si tu vois c'que je veux dire. Si on fait affaire ... Et je dis pas que c'est gagné, j'veux du cash ! Alors dis-moi, tu me veux quoi fillette ?

Ryo bouillonnait en lui, il s'imaginait déjà en train de frapper de toutes ses forces cet homme répugnant. Il ne supportait pas qu'on puisse insulter comme ça sa partenaire, le jeune homme était tirailler entre l'envie de meurtre et se contenir. La serveuse retourna voir les deux garçons avec la bouteille de saké commandé, elle reparti rapidement tandis que Ryo commença à boire dans son verre une gorgé avant de recracher !

Ryo Maeda – Non mais ils sont sérieux ? Ce saké est dégueulasse, bouge pas, je vais nous chercher une nouvelle bouteille ... Quelle bande d'abrutis sérieux ...

Le ninja se leva puis il retourna au bar prendre une bouteille de saké, il retomba nez à nez face à la serveuse de tout à l'heure. Le jeune homme versa une poudre dans la bouteille sous le regard surpris de la demoiselle. Ryo lui fit un clin d'œil tout en lui glissant un billet dans la poche, la serveuse repartie sans poser plus de question. Une fois de retour à la table, il fixa Tamura tout en remplissant les deux verres, il en donna un à l'armoire à glace tandis qu'il leva son verre vers lui.

Ryo Maeda – Comme je te disais, l'argent n'est pas un problème, j'ai besoin que tu voles un vieux rouleau situer dans la chambre forte de mon clan. Nous ne sommes que des diplomates, tu n'auras aucune résistance ... À notre collaboration l'ami ...

Comme à son habitude, Tamura ne trinqua pas et avala cul-sec le verre tandis que Ryo posa à peine ses lèvres sur le verre, il ne fallut que quelques secondes pour que le marchand commence à avoir la tête qui tourne, ce dernier fini par tomber de tout son poids sur la table faisans un large bruit dans la pièce. Immédiatement, tout les regarde se tournèrent vers Ryo, alors que ce dernier se préparait à parler, un événement inattendu se passe. La serveuse qui avait indiqué l'homme à notre héros plutôt dans la soirée et qui n'avait pas poser de question au sujet de la poudre pris la parole en se rapprochant du garçon.

Serveuse – Ne vous en faite pas mes amis, lorsque vous buvez trop, c'est des choses qui arrive ...

Elle se mit à sourire comme à son habitude tandis que tout le monde dans la salle reprit ses activités. Ryo fixa cette magnifique serveuse avec un léger sourire charmeur.

Ryo Maeda – Pourquoi m'avoir aidé ?

Serveuse – Vous êtes plutôt mignon, propre sur vous, polis et vous donnez de généreux pourboire ... Et croyez moi ce genre de chose n'arrive pas aussi souvent qu'on pourrait le croire ...

Ryo se mit à sourire puis il donna un nouveau billet à cette femme avant de lui faire un bisou sur la joue.

Ryo Maeda – Je crois que je vais tomber amoureux ...

Serveuse – hum .. J'en prends bonne note ...

Puis elle repartie travailler, Ryo en profita pour faire les poches de ce cher Tamura, mais malheureusement il ne trouva rien sur lui si ce n'est les clés de sa chambre. Au moins, il avait le numéro et il pourrait retrouver Aïko pour accélérer les recherches, le somnifère administré devait tenir l'armoire à glace KO pendant un moment, mais avec une corpulence pareille, il était difficile de pronostiquer correctement ... Le temps pressait et le jeune parti en direction des chambres tout en laisse ce gros tas dormir sur le canapé.

*J'espère que tu seras fier de moi Aiko ... *
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500


Dernière édition par Maeda Ryo le Sam 3 Aoû - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeSam 3 Aoû - 22:46


Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
Suivant >>

Le couloir de l’étage était couvert d’une moquette surannée. On distinguait çà et là quelques tâches et des trous, tandis que le tissu semblait imprégné de l’odeur de la fumée. Les quelques lampes à huiles, dont certaines vacillaient, décoloraient le rouge cramoisi par la chaleur de la flamme. Il y avait ici une dizaine de portes, toutes savamment closes, qui laissaient toutefois quelques rayons se faufiler au-dessous des linteaux. Les gloussements des poules faisaient froid dans le dos. Qui donc pouvait bien croire qu’elles riaient vraiment ? Le son étouffé par les épais murs lui parvenait comme un bourdonnement acide. Elle comprenait le visage triste de l’hôtesse, la détresse de celles qui n’avaient su trouver leur place. Vous valez tellement mieux que cela, croyez-moi. Mais elle eut beau s’apitoyer, personne ne lui répondit ; seulement les claquements infâmes et les mots gras d’hommes. Et dans ce capharnaüm écœurant s’élevaient parfois des voix viriles, fortes et emportés. Toutes les tractations ne se passaient pas au mieux. Et le pas lent, peu assurée, elle s’avançait dans l’allée de l’Oubli. A pas feutrés, elle observait quelle pièce lui semblait vide. Si l’homme qu’elle cherchait était en bas, sa chambre serait vide. Elle ne savait pas vraiment le temps qu’il lui restait.

Une brève seconde la fit s’égarer. Ryo s’en sortait-il ? Même si elle craignait le pire, elle ne pouvait pas être à deux endroits à la fois. Bien obligée de faire confiance, la jeune Nara s’en remettait à l’impétueux jeune homme en priant silencieusement qu’il ne fasse rien de stupide. Bien malheureusement pour elle, il avait la propension à s’emporter et cela ne présageait rien de bon. Alors, en plus de son investigation, elle s’imaginait le meilleur moyen de s’en sortir indemne d’ici. Les possibilités se bousculaient à vitesse folle dans sa tête sans pour autant que la moindre issue la satisfasse pleinement : chaque scénario finissait avec une blessure – ou pire. Elle frissonna. Il n’y avait aucune chance que cela se finisse bien si, en bas, son compagnon décidait de ne plus suivre le plan. Ne se laissant guère le choix, elle tenta d’effacer les doutes de son esprit : il ferait ce qu’elle lui avait recommandé, ni plus ni moins. Elle passa devant une troisième pièce inoccupée. Cela prendrait un temps monstre de toutes les ouvrir une à une en espérant trouver des indices du passage de M. Tamura. Peut-être son ordre de libération avait-il été laissé, auquel cas elle n’aurait aucun mal à identifier ses biens.

A moitié penchée, les yeux fixés sous les battants fermés, elle n’avait même pas entendu qu’au-devant d’elle un passage s’était ouvert. La lueur s’échappant de là était douce, trop douce pour l’avoir interpellée à temps. « Eh toi ! Qu’est-ce que tu fous ? ». Aïko en sursauta presque, resserrant ses doigts sur le plateau qu’elle avait emprunté dans l’arrière salle avant de se retourner pour faire face à l’homme. La voilà dans de beaux draps.
« Je…hm… Je dois donner ce plateau à la 4 ». Le silence se creusa dans la pénombre. Il la regardait d’un œil mauvais. Etait-ce du mépris ? Une chose était sûre : jamais plus elle ne tolérerait que quiconque porte cette mine sur elle. Jamais.
« C’est pas trop tôt ! On vous paye à quoi bordel ?! Allez, magne-toi ! ». Elle se rapprocha rapidement et lui tendit son dû en s’inclinant respectueusement, comme l’aurait fait – pensait-elle – n’importe qu’elle serveuse ici. Son jeu d’acteur semblait aussi médiocre que celui de son acolyte finalement. Une autre fille récupéra la bouteille et les sachets. Elle était vêtue d’un simple komono de soie laissant apercevoir des épaules dénudées, parsemées de tâches violacées. La jeunette n’osa même pas croiser son regard. C’était donc cela la vraie vie ? Dès qu’elle fût débarrassée, elle fit mine de retourner près des escaliers, dans l’espoir sûrement qu’il ferme le battant avant qu’elle n’ait fini sa course. Mais, hélas, avant même d’avoir pu poser son pied sa lourde patte la retint. Elle déglutit. «[color=darkyellow] T’es nouvelle ici ?[/b] ».
C’est le moins que l’on pouvait dire. « Oui ». Elle avait répondu avec plus d’aplomb qu’elle ne se serait cru capable. Comme si ce macabre spectacle l’avait en fait d’avantage confortée. La rage au ventre, elle ne pouvait oublier qu’elle avait emprunté l’apparence de l’une d’elles.
« Huh. T’es plutôt mignonne ». Avec une fluidité et une rapidité navrante, il l’avait saisie à la taille et s’était rapproché d’elle. Elle sentait son corps contre celui de son emprunt. S’il la serrait de trop, l’illusion serait rompue. Puis, sous ses yeux effarés il glissa une mèche blonde derrière son oreille avant d’y collait sa bouche. A cette distance elle sentait les effluves d’alcool et son souffle chaud, trop chaud. « Tu te foutrais pas de moi un peu ma jolie ? Qu’est-ce que tu foutais à fouiner ? ».
Garder son calme. Ne pas trembler. C’était une mission, elle ne devait pas flancher. « Je ne fouinais pas ». Tu me dégoûtes. « Je cherchais votre chambre, Monsieur ». Un kunaï dans la poitrine. Ce serait si simple, si rapide. Il resta ainsi, immobile de longues secondes qui parurent éternité. Puis finalement s’écarta, un sourire aux lèvres et elle put enfin respirer. Elle ne s’était même pas rendue compte d’avoir fait de l’apnée.
« Je serais moins clément la prochaine fois ma jolie ».
Et dans une dernière œillade hautaine, il se glissa dans sa suite et referma la porte. Des bruits de pas pressés se firent entendre sur les marches toutes proches. Ses muscles n’eurent même pas le temps de se détendre que déjà elle se retrouvait dans une autre posture délicate. Elle ne pouvait plus se permettre de perdre du temps, là dans ce couloir. Puis, finalement, avant qu’elle n’ait eu l’occasion d’esquisser le moindre mouvement, la silhouette se marqua tout près d’elle. Aucun doute à présent.
« Ryo ? ».

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 15 Sep - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 28

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeDim 4 Aoû - 11:21



Ryo

Maeda
Le moins, que l'on puisse dire, c'est que l'arrière-boutique était à l'opposé de la salle principale. La luxure, les jeux, la fête et les rires laissaient place à une ambiance glauque, sale ... Les visages que le jeune croisait étaient remplis de tristesse, les corps des filles étaient souvent couvert d'hématome, il n'était pas rare de croiser des servantes dans un coin se forçant à ne pas pleurer. Plus il avançait dans ces lieus, plus il comprenait pourquoi son grand-père avait lutté si longtemps pour fermer ce genre d'endroit. Le fils Maeda ne comprenait pas comment elles pouvaient se laisser faire, comment ces filles ne se rebellaient pas ... Elles avaient tellement mieux à faire de leurs vies, tellement plus de potentiel inexploité ... Elles méritaient toutes plus, elles méritaient un travail qui ne leur faisait pas honte et surtout qui ne mettait pas en jeu leurs conditions physiques. Malgré la bonne soirée passé dans la pièce principale, cet endroit dégoûtait notre héros qui pensait de plus en plus à laisser son impulsivité régler le problème.

Maeda montait lentement les escaliers pour avoir accès aux chambres, il pouvait entendre toute la dépravation des lieux sans se forcer. Des râles de plaisirs, des bruits de fouets, des hurlements, des cris de douleur ... L'ambiance était tellement à des années-lumières de ce qu'il se passait en bas, l'odeur était répugnante, tout était dégueulasse, mal-entretenu, les quelques hommes que Ryo croisait était encore plus sale que ce lieu de perdition. Il était évident que ce genre d'endroit était fréquenté uniquement de repris de justice, de petite frappe et autres trafiquant ... Chaque regard furtif échangé avec les différents clients et les différentes femmes faisait monter en Ryo une envie de détruire définitivement cette auberge. Il passa à coté d'un type qui semblait trop occupé à compter ses billets que de remarquer la présence du jeune homme, nul doute qu'il devait être le gérant du bâtiment.

*Continue de profiter ... Crois-moi petite merde, je finirais ce que mon grand-père à commencer ici *

Une certaine forme de rage bouillonnait en notre héros, il continuait d'explorer ce lieu sans réellement se faire remarquer. Il faut dire que les rares clients qu'il croisait étaient plus occupés à maltraité le personnel de l'auberge et à boire jusqu'à ne plus savoir leurs propres noms. Ce n'était que des déchets, ils méritaient tous une bonne correction. Malheureusement pour ces demoiselles en détresse, la mission prenait le pas sur l'envi de notre héros de faire la justice. Il ne fallait pas agir dans la précipitation et surtout, il fallait retrouver Aiko, la pauvre devait avoir vu des choses qu'une enfant de son âge ne devrait pas même soupçonner l'existence.

Après quelques secondes de marche, notre héros fut stoppé net, une femme devant lui prononça son nom. Il ne l'avait jamais vu, de plus n'étant jamais venu réellement dans cette zone auparavant, il semblait étrange que cette inconnue sache l'identité du ninja. Il y avait peu de doute quant à l'identité de cette belle blonde ... Le fils du clan des diplomates avait enfin retrouvé sa partenaire, il se rapprocha d'elle avec un léger sourire.

Ryo Maeda – Tu sais ... Je ne suis pas très fan de cette apparence. Tu es plus jolie au naturel, enfin bref ... J'ai le numéro et la clé de la chambre de notre ami. D'ailleurs ... Pas très fair-play de ta part de ne pas m'avoir d'écrit cette armoire à glace ! J'ai dû improviser un truc, mais bon ... Je suis doué et ...

Soudain, les deux furent interrompus par un client bruyant et passablement ivre.

Client – Hé ! Mec ! Cette pute est à moi ! J'ai envie de passer du bon temps avec, promis, je te la rends pas trop amocher et un peu prêt propre, enfin t'sais ce que c'est pas vrai ...

L'homme se mit à rire aux éclats, Aïko ne pouvait rien dire pour ne pas tromper sa couverture. Ryo de son coté commença à rire avec l'homme tout en se rapprochant de lui, après avoir vérifié qu'ils étaient seuls dans le couloir, le Genin en profita pour mettre toute sa force dans un coup-de-poing fulgurant directement placer dans l'estomac. Le client alcoolisé tomba sur le sol, totalement inconscient. Psychologiquement parlant, Ryo ne supportait plus cet endroit, comment une ville où il fait si bon vivre comme Konoha pouvait tolérer ce genre d'endroit ! Comment de simple pots de vin pouvait suffire à fermer les yeux sur pareil spectacle ... Il devait avoir du changement et rapidement ... Maeda posa le corps de l'homme contre le mur en prenant soin de mettre en scène un simple homme qui a perdu connaissance à cause de l'alcool. Quelques secondes après il se retourna vers Aïko et lui prit la main pour l'emmener dans la chambre de Tamura.

Ryo Maeda – Ne perdont plus de temps, j'en ai marre de cet endroit ...

La voix de Ryo avait changé, il ne plaisantait plus, on pouvait facilement entendre dans ses propos une haine grandissante et une furieuse envie de réduire ses lieux en cendre, mais les choses n'étaient pas aussi simple ....

*Le problème c'est pas le bâtiment ... Il faut que je trouve des preuves de corruption pour faire tomber ce gérant ... Grand-père, t'avais raison encore une fois ... On peut pas laisser faire ça... *

Une fois arrivé dans la chambre, Ryo ferma la porte puis il fit face à Aiko, il la fixa dans les yeux, le regard déterminé.

Ryo Maeda – Aiko ... Écoute, je connais cet endroit grâce à mon grand-père. Il m'avait raconté qu'il cherchait à faire fermer ce lieu depuis des années, mais il a toujours échoué à cause de la corruption. Il n'a jamais réussi à avoir suffisamment de preuve pour faire fermer cet endroit ... Après avoir vu cet endroit, c'est pas possible ... Je peux pas fermer les yeux sur le traitement subit par ses femmes ! On est des ninjas, on doit faire quelques choses ... J'ai besoin de ma partenaire pour mettre un terme à ça ... Il nous faut des preuves écrites de corruption, avec ça, on va pouvoir faire fermer ce lieu, libérer ces femmes et leur donner une seconde chance. Tu es avec moi demi-portion ?
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Nara Aïko
Genin Aspirant de Konoha
Genin Aspirant de Konoha
Nara Aïko


Messages : 52
Date d'inscription : 28/06/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 28
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeDim 4 Aoû - 12:10


Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568564561-ploumrp
CHAMAILLERIE ET MARCHANDAGE
<< Précédemment
Suivant >>

La posture avait changé. Ses grands yeux verts brillaient d’une couleur qu’elle ne lui connaissait pas encore. Et le corps inerte, rendant une bile jaunâtre, pouvait bien être taiseux à présent ; le soiffard pouvait s’estimer heureux car, sans aucun doute, le jeune homme s’était contenu. Il lui semblait bouillir de l’intérieur, et les quelques mots soufflés entre ses dents ne soufrèrent d’aucun refus. Elle aussi en avait trop vu pour un seul endroit. La présence de son compagnon la rassurait en un sens ; c’était le signe que la mission qu’ils s’étaient donné arrivait à son terme. Plus vite ils iraient fouiller la piaule et plus vite ils en sortiraient. L’endroit lui mettait des frissons. Tout était si sale… Pas seulement le mobilier désuet et abimé, mais les gens eux-mêmes portaient la crasse. Sous leur regard imbibé, ils ne cherchaient plus à refreiner leurs accents libidineux, comme si tout cela était normal. Comme si ces femmes n’étaient que du bétail. Ah ! Qu’ils se croyaient forts ces porcs abjects, avec leurs mains grasses et puantes, leurs paroles-déchets et leurs corps viciés ! A soumettre des femmes déjà soumises, à se penser malin, à l’abri de tout danger.

Ses tripes se retournèrent, et sa colère montait alors que ses traits demeuraient placides. C’était donc ça, la vraie vie. Tout ici la dégoutait. Comment pouvait-on laisser de tels établissements perdurés ? Elle qui s’était toujours sentie protégée à l’intérieur des enceintes de bois, elle ouvrait les yeux sur une termitière. Les fondations de ses propres croyances de délitaient comme fondait la neige au soleil. Konoha n’était pas si paisible. Son village se laissait gangréner par quelques voyous, sous les sens d’un hokage aveugle, de dignitaires avides. Il n’y avait donc aucune gloire à servir un pays qui ne valait pas mieux que les autres. Brisées, les histoires et les illusions de l’enfance s’envolaient par-delà l’atroce odeur de sueur. Chisei lui avait mentit, ses parents l’avaient trahi et les anciens s’étaient bien gardés de lui révéler la cruauté du monde. Tout n’était pas aussi paisible et calme que le bois Nara. Les gens ne se respectaient pas comme une famille, comme un peuple, comme une patrie. Est-ce que ces mots avaient réellement un sens ? Elle avait choisi un jour de se battre pour toutes les âmes de la Feuille, prête à sacrifier sa propre existence pour quoi ? Pour ça, pour ces lieux bâtards et ces saoûlards.

Pouvait-elle seulement encore se bercer des mêmes illusions ? Et puis le visage de ses femmes lui revint ; de ces corps décharnés qui lui hurlaient de les aider. Ces tristesses marquées sur des bouilles humides, ces peines flagellées par une vie répudiée. Chaque chose a sa place. Et la sienne était d’être un ninja accompli, pour que ces enfants oubliées puissent sourire à nouveau. Pour que les histoires de la jeune Aïko prennent enfin vie. Pour qu’ici-bas plus personne ne souffre de l’avilissement ; car chacun était libre de choisir sa voie. Et enfin son corps se mouvait avec la même ambition que celui du Maeda. La rage transformée en motivation, elle était prête. Enfin elle comprenait ce que voulait dire « être ninja ». Elle ne se battait pas pour elle, pour une puissance. Non elle se battait pour des Haruki, des femmes-objets et surtout pour ceux qui bâtiraient le monde de demain.

La pièce était plongée dans le noir et pourtant, chaque mot du coéquipier la transperça comme des rayons de lumière. C’était donc cela qu’il voulait ? Cela qui le motivait ? Si elle en avait été capable, elle lui aurait sûrement sourit. Mais ses muscles refusaient de bouger. Son visage figé sous ce corps d’emprunt. Ses lèvres frémirent. Elle insista pour les décoller enfin l’une de l’autre. « Je t’aiderai, promis ». Ces trois mots avaient été prononcés avec solennité, sa voix fluette plus froide que la glace. Elle ne fermerait pas les yeux non plus. Elle ne se le permettrait pas. Puis, dans un nuage de fumée, elle quitta la métamorphose. Son corps retrouva sa taille, ses longs cheveux noirs noués et son front orphelin. Sans qu’elle s’en aperçoive réellement ses doigts se mirent à caresser le métal gravé dans sa poche. «… Mais la mission d’abord ». La grisaille de ses mirettes se plongèrent directement dans celles de son ami. Ils devaient venir à bout de cette histoire. Et puis il leur faudrait réfléchir davantage pour s’attaquer à un endroit pareil. Le Hokage était-il au courant ? Tournant les talons, elle regarda dans pièce. Le confort était sommaire, et le tout plutôt bien entretenu. « Combien de temps avons-nous ? ». Sans attendre plus longtemps, la Nara se mit à fouiller chaque recoin.

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] 1568482798-signaaikoko
Pour Ryo:
 


Dernière édition par Nara Aïko le Dim 15 Sep - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Maeda Ryo
Genin Supérieur de Konoha
Genin Supérieur de Konoha
Maeda Ryo


Messages : 523
Date d'inscription : 25/06/2019
Age : 28

Feuille de Personnage
Réputation: 72
Rang Ninja: C+
PE (Disponibles): 220

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitimeDim 4 Aoû - 14:43



Ryo

Maeda
Intérieurement, même si la situation ne s'y prêtait guère, Ryo était heureux de retrouver sa partenaire. Même s'il ne le montrait pas, il n'aimait pas l'idée d'avoir emmené une si jeune personne dans ce genre d'endroit, mais elle était ninja, elle était entraînée pour ça et malheureusement parfois un dur retour à la réalité est nécessaire pour grandir et avancer. Cette mission, qui partait de rien, était en train de se transformer en un objectif bien plus grand que de retrouver des preuves pour inculper ce Tamura. Cependant, Aiko avait totalement raison, même si l'envi de mettre un terme à ce business était grand, ils devaient se concentrer sur leur mission première et ensuite seulement envisager de continuer leurs investigation dans ce milieu. La fille du clan Nara savait garder les pieds sur terre, elle avait un objectif en tête et rien ne semblait la perturber et la faire dévier de son devoir, il fallait bien reconnaître qu'une mentalité pareille était impressionnante surtout pour quelqu'un de son âge, mais après tout, elle était une Nara ...

Ryo Maeda – Malheureusement j'ai pas vraiment réussi à rester patient avec Tamura, ce gros porc à manqué de respect à ma partenaire en la qualifiant de, je cite ... Petite salope ... J'aurais aimé le massacrer, mais j'ai choisi de l'endormir avec quelques drogues ninja. Au vu de sa corpulence, c'est difficile de juger combien de temps, il sera dans les vapes, autant ne pas traîner .... Ah et au fait Aïko, il te trouve mignonne, je ne sais pas, c'est quoi ton type d'hommes, mais clairement, tu as toutes tes chances avec Tamura ...

Ryo commença à retrouver son sourire, il était comme ça. En situation compliquée, il ne lui fallait pas longtemps pour trouver quelques blagues à sortir pour détendre l'atmosphère. À dire vrai, c'était plus pour l'amuser lui que les autres, il s'efforçait de ne pas laisser la dureté de la réalité prendre le dessus sur son moral. C'était un mécanisme de défense plutôt efficace pour le garçon. Tandis qu'Aïko commençait déjà à fouiller dans la chambre Ryo se gratta la tête tout en regardant autour de lui.

Ryo Maeda – Dis moi demi-portion, t'as une idée de ce qu'on cherche ? Document ? Des artefacts ? Preuves d'achats ? Armes ? Drogues ?

Aiko stoppa ses recherches, sans même regarder Ryo elle répondit d'une voix très calme.

Aiko Nara – J'en sais rien, mais si Tamura cache un truc pas clair, il aura forcément laissé un indice ici.

Voilà qui n'allait pas aider pour les recherches, le temps pressait et il fallait trouver quelque chose ... Quoi ? Notre héros ne savait pas, mais il était impératif de trouver quelques choses. Un indice, un fragment de piste ... Immédiatement, le jeune homme se mit à chercher à son tour dans cette petite chambre. Les affaires étaient rangées un peu partout, Ryo regardait méticuleusement chaque morceau de papier, chaque feuille susceptible de contenir des informations, les minutes passèrent et les recherches n'avançait pas. Rien de rien, c'était impossible qu'un type comme Tamura soit propre sur lui ! Il devait avoir forcement quelques chose, soudain des bruits de pas se faisait entendre, une personne s'approchait de la chambre. Une voix grave se fit entendre dans le couloir.

Gerant – Haruki ?! Bordel Haruki !? Tu fous quoi ? T'es où ?

Ryo tourna la tête vers sa partenaire, arborant un large sourire, il reprit la parole doucement pour ne pas être entendu.

Ryo Maeda – On dirait que le travail t'attend ... D'ailleurs, mademoiselle Haruki, vos talents n'ont d’égal que votre beauté. Je pense que cette merveilleuse nuit restera à jamais graver dans ma mémoire ...

Le jeune continuait de sourire, il continua ses recherches quand il tomba sur un petit morceau de papier. Un rendez-vous, enfin quelque chose pour avancer ! Il y avait une adresse et une heure, ça devenait enfin intéressant.

Ryo Maeda – Aïko, j'ai une adresse, une heure et un rendez-vous ... Tu veux continuer ici ou on se tire ?

La décision allait devoir être vite prise, le membre du clan Maeda ouvrit la fenêtre pour s'éclipser le plus vite possible tandis que les bruits de pas se rapprochaient de plus en plus de la chambre. La décision allait revenir à Aïko ... Cette dernière accepta et les deux ninjas quittèrent l'auberge avec ce précieux indice.  
:copyright:️ DABEILLE

_________________
Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Tumblr_nb60nsdeSW1s5zra5o1_500
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Vide
MessageSujet: Re: Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]   Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Chamaillerie et marchandage - Partie 2 [Ryo Maeda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Origin :: Monde Ninja :: Hi no Kuni :: Rues-