-17%
Le deal à ne pas rater :
Disque SSD Interne – 860 QVO – 1To à moins de 100€
99.66 € 119.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Le vent des sables de Suna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ken Daishi

avatar


Messages : 1
Date d'inscription : 23/04/2020

Le vent des sables de Suna Vide
MessageSujet: Le vent des sables de Suna   Le vent des sables de Suna Icon_minitimeLun 4 Mai - 18:50




Tanako calmée, referme le carnet de son élève, le range et commence a s’avancer vers eux, mais rapidement, son sourire s’efface de nouveau. Le jeune homme, ouvre son cœur et parle de son passé.




Histoire du Personnage :








MUSIQUE D'AMBIANCE:
 

***il est né le divine enfant... en enfer***

Mirai Daishi est une jeune fille pleine de vitalité qui mène une vie de rêve avec son époux Yajirobei Daishi. Le couple est épanouis. Elle à insisté pour venir avec son époux à Suna qui ne peu décidément rien lui refuser, la pauvre s’ennuie tellement sans lui. Le temps est idéal, un bon soleil avec une légère brise. Sur le chemin, l’atmosphère est joyeuse. Le couple de commerçant ninja avance à bonne allure avec leurs bœufs tractant leurs carriole.  Lui est vendeur en tout genre, un vrai simplet, rondouillard mais au grand cœur, si généreux. Elle, institutrice dans une école ninja, intelligente, romantique, belle et insouciante. Elle est depuis un petit moment en vacance car un heureux évènement à eu lieu depuis quelques semaines. Mirai ne put s’empêcher de porter le front de Ken à ses lèvres qu’elle embrasse avec passion, qui la regarde d’un air un peu niais.

- LAAA en plein sur le bandeau. Lui sourit t’elle, amusée de la tête qu’il fait.

Comme seul réponse, Ken se mit soudain à hurler faisant sursauter son père qui ne s’y attendait pas.

- Allons mon petit ninja, ne pleur pas comme ça, laaaa, maman va te changer mon chéri. Et on refera ton bandage. En effet, Ken avait subit une opération chirurgical complexe, son corps suinte un peu de sang.

-HAHAHAHA Si jeune et déjà à faire de vilaines farces, tout le portrait de son père se vilain garnement !

- j’avais trop chaud de toute façon, il y à pas à dire, sa rafraîchi….. rit Mirai en constatant l’urine sur son pantalon

Le couple éclate de rire . Madame chante en cherchant dans la carriole un linge propre, qu’elle n’eut aucun mal à trouver.

Ken bouge si fort qu’elle a l’impression qu’il danse au rythme de la musique que lui murmure sa mère. Il bouge tellement qu’elle eu un peu de mal à l’amicloter perdant quelques instant sa bonne humeur. Un regard, et un sourire de Ken suffit à lui rendre sa joie presque legendaire.  Yaji lui se concentre à la fois sur les bœufs et qu’elle bêtise il allait bien raconter à sa femme pour la faire rire. Il est comme ça Yajirobei, un homme qui pense à sa femme avant tout, peux être même pense t’il plus à elle, qu’a son fils. D’ailleurs en pensant à son fils, il peste intérieurement se demandant si la caissette de lait maternelle était suffisante pour étancher la soif de son bambin, c’est que le trajet vers Suna est long à environs deux jours avec son attelage et le soleil est assez violent. Elle a eu beau lui dire qu’il est fou, car bien que le soleil de Suna est réputé comme impitoyable elle n’est pas non plus en sucre qu’elle peut allaiter et que, de plus, elle est une ninja excellant dans l’art de la survie, qu’elle serait donc capable de subvenir aux besoins de Ken. Cette fois, il a réussi à avoir le dernier mot abandonnant l’une des deux caissettes qu’il avait prévus. Au pire, si le lait n’avait pas encore tourné, peut être qu’il en aurait un bon prix. Du lait maternel est un article pour le moins original et bien des pervers traîne à Suna qui seraient pourquoi pas, prêt à payer cher pour un lait de cet rareté.

Tout le trajet fut agréable, la nuit douce et paisible. Tellement tendre et si propice à l’amour que Ken à probablement eu , sans que personne ne se doute, un futur petit frère ou petite sœur. Le couple multiplie les témoignage d’amour, un amour si fort que même le lendemain ils continuent encore de s’embrasser, mais plus pudiquement. Il faut après tout aller à Suna et se câliner ici sans arrêt n’a aucun sens. Péniblement alors, le chariot se mit en route à nouveau.

***L’enfer est pavé de bonnes attention***

Arrivé à bon port, Yaji aide Mirai à descendre et à installer Ken dans son drap que Mirai porte en bandoulière. La famille Daishi est fin prête.

L’atmosphère de Suna donne toujours autant envie à la famille de faire la fête, mais en même temps, de plier bagage et de partir. Comment un clan ninja peut t’il dégager pareil sensation ? Le mystère de Suna. Le soleil hostile fait lui les lâches et tue les faibles, tendit que la gaieté extraordinaire des marchands beuglant

- PAYEZ PAS CHER, MANGEZ  KASHER ! L’homme à la barbe grise s’époumone avec une tel force qu’il frise le respect.

-REPARTEZ AVEC VOTRE SABLIER SOUVENIR GARANTI 100 % AVEC DU SABLE DE SUNA. Sur lequel, un œil attentif pouvait lire l’inscription « MADE IN KHONOA »

Soudain, une voix écœure Mirai la faisant agripper la bandoulière de Ken.

-Venez acheter Monfils, Monfils un gage de qualité !!!! L’homme lève un couteau de boucher de la marque Monfils qui rassure immédiatement Mirai.

Son mari n’est pas loin, trois commerçants en face de lui, il a prit la caissette de lait maternel avec lui. Les hommes fixe Mirai, les vendeurs semblent très intéressés alors que celle ci regarde paisiblement les fruits et légumes. La caissette à disparus avec rapidité.

-Ta femme tu nous la vend aussi ? Yajirobei écarquille les yeux.

- QUOI ?

-TA FEMME…. Tu en veux combien pour ta femme ? Yaji eu soudain les oreilles rouge de colère mais préfère garder le silence, le rapport du nombre n’étant pas équitable. Sa femme n’est pas en état de se battre, de plus, personne ne laisseraient une bagarre éclater à Suna.

-J...elle n’est pas à vendre….

-tu es sur ? J’avoue que je m’en servirais bien, les nuits sont fraîche a Suna, elle me tiendrais chaud HAHAHAHA ! Les trois hommes se félicitent pour cette humour. Yaji sert le poing de toute ses forces, crispe des dents quand soudain sa femme se mit à vaciller. Yaji se positionne à coté de Mirai la récupérant, elle fixe un carton en tremblant d’une peur a peine dissimulé. Son mari la regarde d’un air grave et lui arrache le carton des mains et se gratte la tête. Un symbole étrange y ai apposé écrit dessus « Les veilleurs sont là». Il voulait des explications mais elle n’arrive toujours pas à lui confier cette part de sa vie passé, il savait qu’elle ne dirait rien…

Mirai elle, son cerveau fuse à 200  pour cent. Que faire, aller voir le Kazekage ? Renrée au village cachée ? Le temps que le Kazekage accepte de la recevoir…. Mais deux jours de perdu si elle revenait à son village ? Le Kazekage ne connais sûrement pas cette société secrète…. Le temps qu’elle explique…. Mirai à perdu totalement sa joie de vivre. Yajirobei lui saisit les mains.

- Cherie, je sais pas c’est quoi cette histoire de veilleurs, mais rentrons…

Elle réfléchis quelques secondes, la puissance des veilleurs réside dans le fait qu’ils ne savent pas eux même qui sont les autres veilleurs sauf  le Kurikage et ses missionnaires. Si en allant voir le kazekage elle allait aux devant d’ un piege ? Yajirobei a raison, le mieux est de rentrée à   Tanigakure no Sato, il n’y a aucun traître la-bas…

***L’enfer en enfer***

Sur le chemin du retour la joie à totalement disparus, les bœufs renaclent sous les coups de bâtons de Yajirobei mais avance tout de même. Mirai Retire la bandoulière et met Ken dans un sac à dos tout en retirant les bandages de ses mains. Elle regarde les deux trous béants. Elle sort son bandeau frontale qu’elle utilise pour s’attacher les cheveux.  Soudain, deux Kunais  transpercent la gorge des boeufs. Tendit que deux autres transpercent deux roues du véhicule

La carriole n’avance plus tombant sur le coté, Yajirobei chute à terre, éjecté du véhicule. Un homme rit caché dans les feuillages d’un arbre dans la forêt.  

- HAHAHAHA tu aurais du accepter de me vendre ta femme imbécile !  Un Kunai vol vers son visage mais Mirai l’intercepte d’un des siens. Se tenant en face de Yajirobei.

-Fumier montre toi !  Mirai regarde également à l’opposé, en effet, un feuillage semble suspect, des branches secouées mais pas d’oiseaux qui en sort…. Un autre ninja veilleur ? Yajirobei se redresse.

-Ca va mon cheri ? Tu n’as rien ? Mirai inquiète, elle s’interdit de détourner le regard, sa voix trahis son inquiétude mais elle reste alerte. Main sur sa pochette a Kunai elle fait un rapide calcul de son arsenal du bout des doigts. Elle calcul environs le nombre d’ennemis

-Ca va mon coeur, j’ai été juste surpris. A force d’être commerçant, mes talents de ninja se sont un peu émoussés, j’aurais du t’écouter et continuer l’entraînement…Je pense que je ne suis plus bon à rien dans l’art nina. Voyant sa femme regarder dans les deux directions, il essaye de repérer d’autres menaces, sa détection de chakra repère de justesse un autre ninja qui a profité de la carriole renversé pour avancer de manière invisible.

Jajirobei attaque en premier par sa paume cinétique faisant volé le véhicule dans la figure du ninja qui saute pour l’évité, pris par surprise il n’a pas le temps de lancer une attaque. Usant de justesse d’une technique de substitution, le véhicule percute une branche et se fracasse arrachant deux arbres, deux ninjas en tombent. Les ninja tombent un genou à terre. Mirai en attaque un  avec un kunai. Aussitôt une information importante lui parvient, un suiton venu d’un endroit inattendu frappe le Kunai le renvoyant vers Mirai. Yajirobei se retourne, saute prés de sa femme créant une onde brisant le suiton déviant aussi le kunai de justesse. Personne ne réussi à prendre l’ascendant malgré l’avantage numérique des ennemis. Toute fois, Yajirobei donnait un peu de signe de fatigue. Ayant vécu trop en situation de paix, son corps s’est encrassés. Les ennemis ainsi que Mirai s’en sont rendu compte.

Aussitôt les ninjas lance des kunais dans leurs directions. Mirai n’aurais eu aucun mal a se substitué mais malheureusement, elle a des doutes concernant son mari. Se dernier frappe le sol créant comme une vague de poussière mouvante ne durant que quelques secondes. Suffisamment pour que les kunai se fasse dévier mais créée un mur de poussière que les ennemis utilisent pour faire du Taijutsuu. Ils sont six. Yajirobei pense à sa femme mais surtout à son fils dans le sac à dos.

- Sauve toi Mirai !  Yajirobei d’un air apeuré fixe sa femme d’un air grave en haletant. Cette dernière paume libéré des bandages,frappe l’air devant les ninjas à portés. un son sourd sort à chaque coup de paume. C’est comme une détonation, un mur du son si violent que le ninja par loin en arrière comme si il avait prit un coup de chevrotine. Elle refuse de le laisser seul

-MIRAI SAUVE TOI, sauve Ken ! Je…. Je vais essayer de les retenir, toi fuis avec le petit ! Quand elle entend, le petit, elle compris là ou il voulait en venir. Ken est en grand danger, il faut penser à lui. Ils ne peuvent pas se battre totalement libre. D’un mouvement de tête, elle acquiesce.

- Reste en vie mon cheri, je vais mettre Ken en sécurité je reviens. Aussitôt elle dissipait dans les feuillages, Ken dans son dos. Une quarantaine de kunai fonce vers elle. Usant de sa paume, elle en neutralise. Elle se rend compte que la plupart sont des faux. Main fermé vers les Kunai, yeux clos, index et majeur sur le front, elle se concentre.

- RUPTURE !  Réussite total, la plupart des Kunais disparaissent mais pas suffisement. Certain la frôle et l’un lui traverse le dos tranchant le sac à dos. Elle chute. Le kunai était sûrement recouvert de poison. Elle se rattrape in extremis en poussant un cri de douleur et continue la fuite. Non loin d’elle, une route. Elle y dépose son fils et continue son chemin sans un seul regard en arrière pour ne pas attirer l’attention. Soudain un suiton lui barre la route… Sa fuite prit fin à l’instant.

*** La relève***
Ken reprit son monologue. Tanako se lève soudain et s'approche de lui l'air compatissante

Je ne me rappelle pas de cette funeste journée où j’ai perdu mes parents. Je me rappelle juste que des personnes voulant faire un pique nique m’ont trouvé là. Gisant dans l’herbe en pleurant. Au d début ils étaient terrorisés. Forcement, imagine, un sac à dos qui pleur. Mon oreille en sang, Un kunai planté a un millimètre de mon crane me la sectionnant. Enfin je me rappelle….. c’est plutôt … Que mes parents adoptif m’ont tellement raconter comment je suis arrivé dans leurs vie que j’ai l’impression de m’en souvenir. Je vie aujourd’hui à Suna. Le seul souvenir de mes parents que je possède est cet instrument de musique, le morceau d’oreille qu’il me manque et peu être mon prénom. J’ai intégré depuis un petit moment l’académie ninja et bientôt on va me présenter au reste de ma futur équipe ainsi que mon sensei. J’espère juste que ça ne serais pas le senseï How. Il pue le café. Je n’aime pas mon « senseï» de Taijutsu. UNE FEMME HA ! Qu’elle bonne blague ! Bon il ne reste que le senseï…..

- Ken Qu’est ce que tu racontes encore ? ABRUTI ! Cri Tanako dans mon dos, sa voix tremble, elle commence à remonter ses manches. L'air compatissant du senseï à disparus en quelques instants.

- O...ou...oui Senseï ? Ho bon sang, elle a l’air fâchée….. Sans crier gare, elle se met en position de squat devant moi si rapidement que je ne l’ai pas vue s’approcher. Je commence à fuir mais elle me saisis le bras.

- Alors comme ça mon taijutsu c’est de la danse ?

- Non sensei laissez moi vous expliquer je…..

- Alors comme ça seule les chochottes peuvent maîtriser mon Taijutsu ? Sa voix devient alors celle d’un démon

- Non c’est pas ce que vous croyez…..

- Tu aimes les combats musclés ? C’est ça ? Un bon gros corps à corps ?

- Je…. AAAAAAAAAAARGH lachez moi !!! Sans me laisser le temps de souffler, elle me tir avec violence vers elle et m’allonge sur ses genoux.

- Pour manquement de respect à ton Jonin, goutte donc, au coup de soleil de Suna ! Sa main claque sur mon cul me faisant crier et fuir mes camarades, sa main repars en arrière pour revenir à mes fesses. Repars en arrière et viens se flanquer sur mon postérieur tout rouge. Soudain c’est fini. Enfin je crois, je regarde fébrilement le visage du Sensei qui ne décolère pas, je lui esquisse un sourire timide, tremblant et à moitié dans les vapes.

-J’ai une impression de déjà vue…. Lui dit je d’une voix presque mourante, la tête et les fesses fumantes. Je lève le pouce en l’air pour lui dire que je suis encore vivant. Je vois à son visage que j'aurais mieux faire de faire le mort

ça va chier pour moi. Je ferme les yeux et sert les fesses.


-KEN ESPÈCE DE CRÉTIN  INSOLENT!!!

   

BRÛLURE ÉTERNEL DE SUNA !

Sa main en l’air, non, son poing fonce vers mon postérieur et claque sur mon cul avec une tel violence que je décolle dans le ciel et deviens une minuscule étoile filante, mes larmes coule à flot en même temps que je caresse les nuages, croisant une famille d'Epervier.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH 

VOUS ETES...

trop cruel...

senseiiiiii!!!!...                      












. <- Ce point, vous le voyez? et bien.... heuuuu.... c'est Ken...


 


LE JOUEUR


Prénom : Eyden
Sexe : M
Comment avez vous connu le forum : Lydia (Hazama Mitsui )
Avatar : Personnel

Signature du Règlement : "Lu et Approuvé"


Dernière édition par Ken Daishi le Ven 8 Mai - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jigoku Kazuo
Genin Supérieur de Kiri
Genin Supérieur de Kiri
Jigoku Kazuo


Messages : 415
Date d'inscription : 09/05/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 74
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

Le vent des sables de Suna Vide
MessageSujet: Re: Le vent des sables de Suna   Le vent des sables de Suna Icon_minitimeVen 8 Mai - 9:45


Tout d'abord, bonjour et bienvenue sur Naruto Origin ! Présentation terminée ? J'imagine que oui, même si un petit up aurait été apprécié ou au moins un petit "Terminé" dans le titre, mais peu importe, il y a quelques points à revoir...

○ Beaucoup de choses et en même temps pas grand chose... tu étales énormément de détails, mais tu noies trop souvent l'essentiel et c'est dommage. Tu dépeins un Suna très cliché par exemple, alors que finalement le passage des deux protagonistes de la première partie est assez brève. Au fond on oubli presque l'histoire pour se perdre dans des passages souvent longs et pas toujours utiles... MAIS hormis quelques fautes et étrangetés dans le texte, ça reste correct au niveau de l'écriture.

Si je dis tout ça, c'est parce que je ne comprends pas tout ce que tu veux faire exactement avec ce personnage et c'est là tout le problème... Taijutsu ? Bukijutsu ? Et même Onkyoton ? Tu vas devoir te décider, tu es Genin donc ce sera une seule spécialité pour le moment. Sauf que c'est là que ça devient bizarre... tu dis avoir le Bukijutsu, mais ton sensei t'apprend le Taijutsu ? Étonnant, mais pourquoi pas. En revanche du côté de l'Onkyoton il va falloir revoir ça en priorité... ici c'est la capacité spécial d'un clan, donc soit tu es membre de ce clan, soit tu n'auras jamais l'Onkyoton – sachant que l'histoire ne colle pas vraiment au clan installé à Suna.
Pour que je puisse te valider, si cette présentation est bien terminée, tu vas devoir éclaircir un peu du côté des Spécialités et me confirmer que c'est bien Bukijutsu (Tu n'auras donc accès qu'aux Techniques Bukijutsu pour la Fiche Technique), ensuite il faudra revoir cette histoire d'Onkyoton et soit l'oublier, soit revoir un peu l'histoire et changer de nom au profit de celui du Clan Nami.


_________________
Le vent des sables de Suna 1557769955-jigoku-kazuo-signature
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
 

Le vent des sables de Suna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Origin :: Prélude :: Présentations :: Présentations en Cours-