Le Deal du moment : -48%
Xiaomi Redmi Airdots – Ecouteurs sans fils
Voir le deal
10.49 €

Partagez
 

 Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar



Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Vide
MessageSujet: Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]   Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Icon_minitimeMar 20 Aoû - 19:47


C’était il y a deux ans, un jour tranquille pour le village de Suna, mais un jour funeste pour le clan Muramasa. Azami était dans la cuisine des quartiers réservés à la famille proche de son oncle. Elle apprenait à cuisiner des okonomiyakis avec ses cousins, chacun octroyait à sa crêpe fraîchement cuite une garniture plus ou moins expérimentale.

- N’oubliez pas que quoi que vous mettiez sur votre pâte, vous devrez le manger après. Pas de gaspillage !

Rappela l'oncle Kenji en portant deux yeux inquisiteurs sur les jeunes enfants, non pas sans un demi-sourire amusé face à leur imagination culinaire candide. Tout ce beau monde s’amusait bien, jusqu’à ce que quelqu’un les interpelle en toquant doucement sur le bois de la porte coulissante. C’était un ninja étranger au clan, un garde du village à en croire ses habits.

- Kenji et Azami Muramasa ? Je dois vous voir un moment, je vous prie…

La jeune fille haussa des sourcils interrogateurs et alla chercher dans le regard de son oncle une éventuelle raison à cette convocation inattendue. Il se contenta de hausser doucement les épaules en se levant de table.

- Les enfants, arrêtez vos plaques de cuisson et mangez ce que vous avez préparé. Je reviens dans un instant et attention, même si c’est éteint mais ça reste brûlant un bon moment !

Sur cet avertissement il fit signe à Azami de lui emboîter le pas. Ils suivirent le garde jusque dans la cour du domaine Muramasa, celle qui présentait un chemin bordé de statues représentant d’anciens membres imminents du clan. C’est ici que le garde présenta de façon très factuelle la tragédie qui concernait les parents d’Azami, retrouvés morts dans l’exercice de leurs fonctions, alors qu’ils accomplissaient une mission de reconnaissance en bordure du Pays. Azami n’eut que de vagues souvenirs du reste de sa journée, elle était comme dans une espèce de flottement où les informations peinaient à parvenir jusqu’à son cerveau. Elle se souvient vaguement avoir été transportée dans sa chambre par son oncle, il lui avait prononcé quelques paroles accompagnés de gestes affables, il avait enlacé sa nièce hagarde avant de la laisser tranquille. La jeune fille s’était contentée de se glisser sous les couvertures et de sortir de sous son oreiller un petit coffret en bois qui contenait deux kunais, arborant chacun un petit motif floral à la base de leur manche. Ils lui avaient été offert ses parents lors de son dernier anniversaire comme "porte-bonheur" pour ses débuts en tant que genin du village. Elle les serra dans ses mains en sanglotant alors qu’elle réalisait pleinement son nouveau statut d’orpheline.



********************

Quelques jours plus tard, Azami accompagnait Kenji, fixant le sol en traînant des pieds Elle avait digéré la triste nouvelle en faisant montre d’une apathie aux antipodes de son enthousiasme habituel. Kenji émit un soupir en ébouriffant les cheveux de sa nièce alors qu’ils arrivaient aux abords d’une fontaine, celle qui se trouvait juste devant l’office d’adoption. Ils avaient rejoint une caravane la veille qui avait parcouru la majorité du chemin menant à cet établissement situé à la bordure du Pays du Vent.

- Je vais devoir signer quelques papiers, je ne pense pas que ce sera très long. Mange un morceau près de cette fontaine en attendant. Si tu as un problème, n’hésite pas à crier.

Elle acquiesça alors qu’il lui tendait une boite à déjeuner en métal contenant deux onigiris maladroitement modelés pour esquisser un visage souriant avec ses algues de nori.

- Tu me diras ce que tu en as pensé ? Tu sais bien que je cuisine rarement, ah ah ! À tout à l’heure ptite canaille.

Kenji lui fit signe en se dirigeant vers l’entrée de l’office sous le regard las de sa nièce qui croqua une bouchée du plat qu’il avait préparé, avant de pâlir légèrement.

* Sucré… très sucré….. TROP sucré ! *

Elle avala la bouchée en grimaçant avant de relever les yeux vers la fontaine, une figure féminine déversait l’eau dans le bassin par ses mains jointes comme si pour accomplir une quelconque prière.

* … Je me demande qui c’est sensé représenter ? *

La gamine contempla la statue en s’efforçant de manger le premier onigiri, non sans peine mais le gaspillage n’était pas dans sa nature. Puis elle n’avait pas mangé grand-chose ces derniers temps, la faim était plus forte que le dégoût cette fois-ci.


Tu ne seras jamais seule... petite canaille... 
Revenir en haut Aller en bas
Shizu Ruka
Chûnin Aspirant de Kiri
Chûnin Aspirant de Kiri
Shizu Ruka


Messages : 65
Date d'inscription : 09/07/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 105
Rang Ninja: B
PE (Disponibles): 400

Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Vide
MessageSujet: Re: Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]   Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Icon_minitimeMar 20 Aoû - 21:04

Relation
head
---


16 Fumizuki de l’an 721. Ruka servait le Daimyo en tant que dame d’accompagnement, mais surtout pour s’assurer de sa sécurité comme ses trois sœurs d’armes. Toutes les quatre accompagnaient leur gouvernant partout où il devait aller. Pour l’heure, il était convoqué par le Daimyo du vent pour traiter d’une envisageable entente de commerce. Les détails à ce sujet ne concernaient pas les demoiselles et donc celle-ci n’étaient pas admise lors des négociations. Voyageant en convoi sur protéger par les clans Shizu, mais aussi d’autres ninjas de la brume, les invités commençaient à entrer dans le désert. Les quatre demoiselles avaient leur couverture et leur point à surveiller. Peut-être par simple caprice, Ruka s’était informée sur l’endroit qu’elle aimerait bien être assignée. Un petit village civil en bordure du Pays du vent. Beaucoup de voyous y passaient, mais surtout, une institution l’intéressait.

Ayant elle-même passé ses trois premières années de vie dans une sorte de foyer pour les enfants de guerre, Ruka portait un immense respect aux femmes qui vouaient leur vie à s’assurer du bien être des jeunes sans parent. Son statut auprès du Daimyo et son avenir de kunoïchi l’empêchait d’être l’une de ces femmes aimantes qui s’occupent des orphelins, mais ses grands moyens financiers pouvaient les aider à apporter les soins nécessaires à ceux qui en auraient besoin. Depuis quelques années déjà Ruka apportait son aide dans ce genre de foyer dans le Pays de la brume et le Pays du feu. Mais c’était la première fois qu’elle avait la chance de se rendre au pays du vent et la jeune femme ne voulait pas manquer sa chance d’aider là-bas aussi. Peu importe la situation entre les villages, les enfants n’avaient pas à en souffrir.

Faisant donc sa demande pour y être affecté, le Daimyo acceptait et donnait également une lettre écrite à la main avec un solde qu’il aimerait remettre à cette institution, sans doute plus un coup de pub auprès des résident plutôt qu’une véritable bonne action, mais selon les rumeurs le désert n’avait pas simplement l’air cruelle et dure, les gens semblaient vraiment avoir besoin d’un petit coup de main pour y vivre adéquatement sans seulement se contenter d’y survivre. Ruka quittait donc le convoi pour s’enfoncer rapidement dans le village. Vêtue d’un kimono clair pour se fondre dans la masse, ses cheveux blonds étaient coiffés en hauteur ne tenant qu’avec deux baguettes. Son attitude de bourgeoise habituel ne la trahissait pas de sa couverture.

Intriguée par les petites boutiques de poteries et de bijoux, celle-ci perdait un peu de temps à observe le talent des artisans de cette partie du monde. Ce n’était en rien comme à Kiri, déjà le climat était totalement l’opposé, une chose que son corps avait du mal à gérer. C’était d’une chaleur étouffante et encore, le jour venait à peine de se lever. L’air était sec ce qui forçait Ruka à boire beaucoup d’eau pour ne pas s’irriter la gorge et passer son temps à tousser. L’humidité et la brume fraiche de Kiri lui convenaient parfaitement au final. Sur son chemin, la kunoïchi acheter un panier tressé pour y déposer ce qu’elle cachait et les couvrait avec un joli foulard de soie orange comme le soleil. S’arrêtant enfin à l’orphelinat pour se présenter à la doyenne dans son bureau.

« Bonjours, je m’appelle Ruka Shizu et j’ai en ma possession quelque chose qui vous revient. »

---

Les deux femmes avaient échangés un bon moment pour parler de son don personnel ainsi que le don de son Daimyo pour venir en aide aux enfants. Inutile de préciser la joie de la doyenne en apprenant la nouvelle. Celle-ci semblait même d’avantage reconnaissante comparé aux doyennes du pays du feu. La charité devait se faire rare dans ce Pays difficile. En apparence, on croirait que c’est du chacun pour soi. La kunoïchi sortait du bureau de la doyenne en croisant un homme dans le corridor. Les deux se frôlaient sans se regarder continuant leur chemin. Ruka sortait de l’institution pour y voir une magnifique fontaine de pierre ayant connue les tempêtes de sables au court des années. Ces gens étaient vraiment doués avec leurs mains. À son pied, une jeune fille assise bien trop concentré à essayer de terminer son repas.

« Si tu veux, on échange. »

Proposait-elle à la jeune fille après cette approchée. La femme sortait de son panier une boite de métal thermique en s’installait à une distance raisonnable de l’enfant pour ne pas l’effrayer. Ruka souriait en lui présentant la boite.

« Je n’en peux plus des Takoyakis. »

Peut-être que ce plat ne disait rien à la jeune fille vue son âge, mais aussi parce que c’était une spécialité de Mizu no kuni puisqu’il fallait de la pieuvre pour bien les faire. La jeune fille avait l’air épuisée, peut-être même affamée. Sans adulte autour d’elle devant un orphelinat, ce n’était pas un endroit pour laisser une enfant dans un village de frontière. La femme entre ouvrait la boite de son repas pour laisser sortir la vapeur encore chaude des boules cuites et de cette sauce sucrée si populaire. Cette odeur suffirait à lui mettre l’eau à la bouche.

« Au fait, je m’appelle Ruka Shizu. »



Fiche par Narja pour Never-Utopia

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Vide
MessageSujet: Re: Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]   Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Icon_minitimeVen 23 Aoû - 14:30


Sous leurs airs purement vitaux, les repas sont aussi une activité sociale à part entière. Quoi de plus fédérateur après tout que de remplir un besoin élémentaire auprès de ses semblables ? On peut se nourrir de bien de façon, mais qu’importe ses origines, on apprécie tous d’avoir le ventre plein. C’est d’autant plus vrai au Pays du Vent où l’on préfère les activités calmes en journée pour éviter de subir les affres de la chaleur. Ainsi, sous le soleil impérieux et le regard impassible de la statue de la fontaine, allait s’opérer une étrange rencontre. Deux horizons différents, deux générations ancrées dans leurs croyances propres.

- Si tu veux, on échange.

Une voix affable, presque mélodieuse, teintée d’un léger accent des îles, invitait Azami à partager sa nourriture. La jeune fille dévisagea l’étrangère avec suspicion. Lisse et élégante, cette dame ressemblait quelque peu à poupée de porcelaine. Une allure distinguée plutôt inhabituelle aux yeux de la gamine qui adopta une moue timorée, emprunte de méfiance. Elle dévisageait son interlocutrice souriante tandis qu’elle prenait place à proximité d’elle.

- Je n’en peux plus des Takoyakis.

Le regard d’Azami se reporta sur la boîte ouverte par l’étrangère d’où s’échappa un doux fumet envoûtant. Pour sûr, les takoyakis ne manquait pas d’allure avec leurs airs de délectables pâtisseries chaudes. Les petits yeux sombres remontèrent pour se plonger dans l’iris rayonnant de la dame.

- Au fait, je m’appelle Ruka Shizu.

Pour sûr, cette personne ne semblait pas méchante, mais Azami n’était pas naïve au point de prendre un à priori comme argent comptant. Toutefois, son éducation l’encourageait à rendre la civilité d’autrui. Une main tendue se doit d’être prise, même si cela doit se faire avec des gants.


- Enchantée Ruka, je m’appelle Azami…

Elle s’interrompit dans sa phrase, songeant soudainement qu’évoquer son nom de famille n’était peut-être pas raisonnable. Son père l’avait beaucoup mis en garde sur le prestige de son clan et de l’intérêt que pouvait avoir les nations étrangères pour leurs secrets de forge. D’un autre coté, son oncle à l’inverse lui avait fait remarquer que les Muramasa avaient perdus de leur superbe et que leur nom s’était noyé au milieu de tous les nobles clans ayant rejoint Suna. Si Kenji n’avait pas tort dans sa vision désinvolte, Azami préféra respecter la prudence de son défunt géniteur. Sans se rendre compte que ne pas parler de son nom de famille risquait d’alimenter un quiproquo avec Ruka. La gamine regarda la vapeur des takoyakis se perdre dans l’air et esquissa un sourire en coin alors tandis qu’elle notait la pâleur caractéristique de son interlocutrice.

- Je n’ai pas si faim… et vous devriez garder cette nourriture chaude pour vous. Cela aidera votre corps à s’adapter à la chaleur ambiante.

Son visage enfantin, un peu assombri par quelques cernes légers, se gratifia d’une expression mutine, presque insolente, alors qu’un léger gargouillement émana de son ventre, répondant aux odeurs appétissantes qui gagnaient ses narines. La gamine s’empourpra, prise nette dans son mensonge.

- … Pardon... mais je ne vous connais pas. Qui sait ce que la garniture de ces… jolies boulettes… fumantes… pourraient contenir… de bon.....

Elle fixa le plat étranger avec une bouille pétrie entre envie et doute, puis elle eut un geste qui aurait pu être très mal interprétée si Ruka n’avait pas beaucoup plus d’expérience qu’elle dans les arts ninjas. La gamine se rapprocha prudemment et sortit un kunai dissimulé à sa taille, difficilement visible initialement avec la pèlerine couleur sable qui lui couvrait les hanches. On aurait pu prendre ça pour une agression directe si le regard de la gamine n’était pas clairement rivé sur les takoyakis et non pas sur Ruka. Elle perça une boulette de la lame et la scinda en deux d’un mouvement fluide, témoignant d’un minimum d’apprentissage dans l’usage du kunai. Relevant un regard sérieux qui dénotait avec sa nature juvénile, elle redressa l’arme à l’extrémité de laquelle restait un demi takoyaki, à distance raisonnable de la bouche de Ruka.

- Mon plat n’est vraiment pas bon, à moins d'être une sacrée bouche à sucre. Mais on peut manger chacun un demi taki… toka… une demie boulette. Vous vous habituerez mieux à la chaleur et moi je serai sure que ça ne contient rien de dangereux. On fait comme ça ?

Azami aurait presque pu avoir l’air menaçante, si elle n’avait pas discrètement passé sa langue entre la commissure droite de ses lèvres en laissant échapper un autre gargouillement. On avait là l’étrange fruit de la rencontre entre l’innocence juvénile et de l’enseignement rigoureux des ninjas. Un mélange qui aurait pu être comique si il ne témoignait pas du caractère impitoyable du monde dans lequel cette jeune fille évoluait.


Pardon mais je ne vous connais pas. 
Revenir en haut Aller en bas
Shizu Ruka
Chûnin Aspirant de Kiri
Chûnin Aspirant de Kiri
Shizu Ruka


Messages : 65
Date d'inscription : 09/07/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 105
Rang Ninja: B
PE (Disponibles): 400

Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Vide
MessageSujet: Re: Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]   Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Icon_minitimeLun 26 Aoû - 12:25

Relation
head
---


Ruka continuait de regarder la jeune fille avec intérêt. « Azami, c’est un joli prénom. » Songeait-elle. Celle-ci affirmait ne pas avoir faim et en profitait même pour l’inviter à garder sa nourriture pour elle afin de mieux supporter l’aridité du désert. La kunoïchi gardait son sourire en haussant un sourcil. Il est vrai que les résident de Mizu no kuni n’était pas reconnus pour avoir un beau teint bronzé, disons que les rayons peinaient à traverser cette brume épaisse. Aussitôt, un petit gargouillement se faisait entendre, la jeune métisse avaient les joues teintes d’un petit rose de gêne. Ruka comprenait néanmoins son refus, on ne doit pas accepter n’importe quoi qui vient des inconnues, c’était une jeune fille méfiante et c’était tout à son honneur.

L’enfant se reprenait en s’excusant. Attentive à celle-ci, la chûnin remarquait le kunaï qu’attrapait la jeune fille. Ce geste attirait d’avantage l’attention de Ruka. « Une ninja ? » Ce n’était pas impossible. Les yeux de cette dernière étaient complètement rivés sur les takoyakis, sa lame se plantait dans le riz pour la couper en deux. La vapeur en sortait encore plus ainsi qu’une bonne odeur de fruits de mers. La petite demoiselle apportait le kunaï tranchant vis-à-vis la bouche de Ruka avec une moitié de Takoyaki fumant. La kunoïchi baissait un peu la tête en fermant les yeux en gardant son sourire. « C’est mignon. » La jeune femme relevait le menton pour regarder les yeux noirs de son interlocutrice.

« Takoyaki. Et tu as entièrement raison. Cela dit, il est vrai que je ne t’aie pas demandé si tu étais allergique aux fruits de mers. »

Ruka prenait sa demi-boulette entre son pouce et l’index en gardant son petit doigt levé. Celle-ci lui adressait un petit hochement de tête en guise de bon appétit et la mangeant en bouchées délicate pour ne pas se salir. Inutile de se presser, l’engloutir en une bouchée ne serait pas très élégant de sa part. Ruka regardait autour d’elle. Question de balayer du regard les risques potentiels, les rassemblements louches ou s’il y avait des regards rivés sur elle, après tout, il ne fallait pas trop se laisser distraire, elle avait une mission encore. Terminant son morceau, la jeune femme se retournait vers la petite demoiselle.

« Je suis désolée si ma question te semble indiscrète et sans toi libre de ne pas me répondre. Mais je me demandais ce que faisait une si jolie jeune fille comme toi, toute seule devant un orphelinat. »

La boite de takoyaki était toujours ouverte à la disposition de l’enfant et pour la mettre en confiance, la kirijin reprenait une boulette pour commencer à la manger tout en lui faisant un signe de la tête pour qu’elle se serve. Son petit séjour à Suna n’allait pas s’éterniser et elle pourrait se racheter de la nourriture locale sans problème. Consciente que sa question pouvait être, déplacée ou blessante, la chûnin n’avait pas l’intention de la brusquer ou lui manquer de respect, simplement, son instinct de mère poule voulait la savoir en sécurité.

« De plus, j’ai peu constaté que tu savais bien te défendre, c’est une très bonne chose de ne pas faire confiance aux inconnus. »

Ajouta-t-elle pour lui offrir une porte de sortie si jamais elle ne souhaitait pas parler de sa venue en ces lieux. Souvent, pas dans tous les cas, la raison est funeste et loin d’être celle qui ranime les meilleurs souvenirs.




Fiche par Narja pour Never-Utopia

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Vide
MessageSujet: Re: Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]   Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Icon_minitimeJeu 29 Aoû - 16:41



Prudence est mère de sûreté, cette leçon basique pouvait aider plus d’un ninja à creuser son trou dans le monde hostile dans lequel ils évoluent, à défaut de creuser leur propre tombe par excès de confiance. Ruka se montrait de bonne volonté avec son attitude conciliante, rassurant son interlocutrice en goûtant délicatement les pâtisseries si suspectes aux yeux d’Azami.

- Takoyaki. Et tu as entièrement raison. Cela dit, il est vrai que je ne t’aie pas demandé si tu étais allergique aux fruits de mers.

Azami plissa les yeux en entendant le terme "fruit de mer" qui était assez inhabituel pour des habitants du désert. Les fruits eux-même étaient des denrées plutôt rares  et les produits marins d’autant plus. Elle s’imaginait soudainement que la mer abritait quelques arbres fruitiers uniques en leur genre. Une drôle d’interprétation de son ignorance candide.

- Je suis désolée si ma question te semble indiscrète et sens toi libre de ne pas me répondre. Mais je me demandais ce que faisait une si jolie jeune fille comme toi, toute seule devant un orphelinat. … De plus, j’ai pu constaté que tu savais bien te défendre, c’est une très bonne chose de ne pas faire confiance aux inconnus.

La candeur laissait soudainement place à un dur retour à la réalité. Azami dévisagea Ruka de ses yeux sombres avec un air qui se voulait neutre mais qui ne pouvait s’empêcher de laisser deviner une certaine froideur. La jeune fille reporta son regard sur les takoyakis restant, elle se mit alors à tous les scinder en deux, avec un semblant de hargne dans le geste révélateur d’une colère qu’elle voulait garder silencieuse. Une fois qu’elle en eut terminé, elle sortit un tissu de sa poche qu’elle passa sur la lame, l’air mélancolique, d’autant plus que ses yeux s’attardaient sur la base du kunai, celle-la même qui présentait gravé dans le métal un petit motif floral.

-  Vous savez qu’Azami signifie "Fleur de Charbon" ?

Elle releva les yeux vers Ruka, se donnant un petit coté farouche à cause du kunai qu’elle nettoyait consciencieusement. Pourtant, la gamine avait comme un rictus nerveux dans la lèvre inférieure, qui laissait transparaître la peine douloureuse qu’elle s’évertuait à cacher sous ses airs de défis.

- Cette "fleur"… va devoir s’épanouir seule, dans les sables du désert...

À ces mots, Azami resserra sa main sur la garde fleurie du kunai en prenant une bonne inspiration, repoussant au plus profond d'elle même la tristesse que lui imposait cette récente blessure de coeur. Elle rangeait doucement l’arme dans son étui, alors que l'air accumulé dans ses poumons s'échappa en un discret soupir de soulagement, tandis qu’elle attrapait un demi takoyaki pour l’enfourner en un éclair.

- … J’exagère un peu. J’ai mon oncle et mes cousins qui me soutiennent. Même si oncle Kenji est un mauvais cuisinier.

Ses yeux considérèrent avec une petite expression de dégoût les malheureux onigiris laissés pour compte alors que le goût exotique agréable du takoyaki envahissait sa bouche. Lui donnant malgré elle un sourire plus franc.

- … C’est bon ! Ça a une drôle de texture au centre… c’est ça, le "fruit de mer"  ?

Conquise, elle prit une seconde demie bouchée… puis une troisième, sans vraiment attendre d’avoir fini la seconde, rattrapée par sa gourmandise naturelle. Revenir au concept simple de manger avec quelqu’un d’agréable redonnait un peu de baume au coeur de la petite fleur charbonneuse.


Cette fleur va devoir s’épanouir seule...
Revenir en haut Aller en bas
Shizu Ruka
Chûnin Aspirant de Kiri
Chûnin Aspirant de Kiri
Shizu Ruka


Messages : 65
Date d'inscription : 09/07/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 105
Rang Ninja: B
PE (Disponibles): 400

Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Vide
MessageSujet: Re: Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]   Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Icon_minitimeJeu 29 Aoû - 18:05

Relation
head
---


Ses précédentes paroles semblaient avoir affecté la jeune fille qui détournait le regard farouchement pour décapiter les boulettes fumantes. Le regard que lui avait lancer la jeune adolescente était froid et lui inspirait de la tristesse. La kunoïchi ne quittait pourtant pas son interlocutrice des yeux. Celle-ci nettoyait longuement son kunaï avant de répondre par la signification de son prénom. « Fleure de charbon, c’est bien trouvé. » Ses grands yeux noirs remontaient pour s’accrocher au regard doré de la kirijin. Le coin de ses lèvres tremblait subtilement trahissant l’image qu’elle faisait transparaître. Elle reprenait la parole. Utilisant une métaphore assez bien romancer pour décrire sa situation, Ruka était touchée par la profondeur de ses mots, quoi qu’elle s’attendît un peu à ce genre de situation sans dire qu’elle le savait vraiment. Mais on ne restait pas seul devant un tel établissement pour le plaisir.

Silencieusement, Ruka la regardait se battre contre les émotions qui voulaient remonter à la surface. Après quelques secondes, la jeune fille rangeait son arme avant de s’attaquer aux takoyakis. D’un air compatissant, la demoiselle la regardait faire. « La vie est injuste et on ne peut rien faire pour l’en empêcher… » Se disait-elle avant de détourner le regard un bref moment pour observer les alentours. De plus, la kunoïchi voulait lui laisser un peu d’intimité pendant qu’elle mâchait sa demi-boulette. La voix d’Azami ramenait Ruka à la regarder. Celle-ci mentionnait qu’elle n’était pas vraiment seul, que son oncle et ses cousins étaient là pour elle, sans oublier de mentionner les talents douteux de son oncle en cuisine. « Elle parle surement de l’homme que j’ai croisé en sortant de l’institut… »

Un petit sourire se dessinait à nouveau sur les lèvres de la kirijin en voyant à quel point la gamine était expressive. Ses yeux s’étaient presqu’illuminer. La nourriture bien chaude était toujours d’un bon réconfort, comme une étreinte chaleureuse. Azami semblait vraiment apprécier le plat et demandait même ce qui était à l’intérieur, sans vraiment même savoir ce que devait-être un fruit de mer. L’importation de ces aliments marins ne devaient pas se faire dans le désert, ce qui était vraiment dommage pour eux. La kunoïchi souriait en fermant les yeux et penchait la tête sur le côté.

« C’est de la pieuvre. Tu me permets ? »

Demandait-elle avant d’approcher sa main plus près d’Azami pour lui prendre un onigiri laissé dans sa boîte à repas. Celle-ci si le regardait en le tâtant doucement avant d’en prendre une bouchée. Ses sourcils se fronçaient.

« Ha mais ce n’est pas si pire que… Oh ! »

Le sucre venait vraiment de se laisser s’échapper sur la langue de Ruka après quelques secondes. Celle-ci ouvrait les yeux assez grands surprise de la quantité de sucre qui pouvait s’y cacher. Sa salive s’accumulait dans sa bouche pour calmer son traumatisme gustatif. Fixée sur l’onigiri, la jeune femme gloussait un coup avant de regarder à nouveau Azami en haussant les épaules.

« En effet, ce ne sont pas les meilleurs onigiris que j’ai peux goûter »

Celle-ci ne voulait pourtant pas gaspiller de la nourriture ce qui était très impolie, donc elle s’efforçait de terminer le repas qui était en fait un désert raté sans trop grimacer, du moins, elle y mettait beaucoup d’efforts. Pour changer le goût qu’elle avait en bouche, Ruka se prenait un demi-takoyakis. C’était apaisant de calmer cette sur dore de sucres, déjà que la kunoïchi n’était pas une personne qui aimait les sucreries. La jeune femme regardait le ciel en inspirant profondément avant de relâcher son air. Il n’y avait aucun nuage dans le ciel, seulement du bleu claire et ce grand soleil, c’était magnifique. Par le genre de vue que lui offrait son pays. Voyager auprès du daimyo avait ces avantages.

« Tu sais, si ça t’intéresse, je peux repasser à l’occasion et te ramener d’autres plats comme celui-ci avec des fruits de mers différents et du poisson. »

Offrait la kirijin sans quitter le ciel des yeux. Après quelques secondes, Ruka regardait à nouveau Azami avec un sourire aux lèvres et fermait les yeux en haussant les épaules.

« Ce serait un plaisir pour moi. »

Ajoutait-t-elle de sa voix aussi douce qu’une berceuse.



Fiche par Narja pour Never-Utopia

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Vide
MessageSujet: Re: Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]   Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Icon_minitimeJeu 5 Sep - 22:32


Un peu de convivialité endort toujours un peu la méfiance, pour le meilleur et pour le pire. Fort heureusement, Azami ne risquait pas grand-chose avec Ruka. Cette dernière en revanche, s’avéra quelque peu aventureuse en désirant goûter les fameuses boulettes de riz de l’oncle Kenji. Azami la dévisagea avec un air interdit qui évolua en sourire compatissant alors que le visage de Ruka se déformait alors qu’elle réalisait le goût de l’abomination culinaire en train d’attaquer son palais délicat.

- Je vous l’avais dit… oncle Kenji a la main lourde avec le sucre. Il adore ça et tend à penser que plus on est jeune, plus on aime les choses sucrées.

La jeune fille grimaçait pour marquer sa désapprobation alors que son interlocutrice gardait une certaine contenance élégante en l’approuvant avec une pointe d’ironie. La grimace d’Azami ne tarda pas à laisser place à un sourire amusé. Ruka ne prenait pas au sérieux la situation et c’était le mieux à faire. Azami avait plus d’une fois échangé un fou rire avec son oncle en plaisantant sur le caractère maladroit de sa cuisine.

* Après tout, peut-être que ça ne sera pas si mal… de grandir sous son aile. *

La jeune fille reporta son regard sur le ciel azur, s’amusant d’imaginer l’ombre de son oncle venir la protéger de ce soleil de plomb. Même ses parents lui avait enseigné la prudence, un modèle désinvolte ne serait pas de trop pour lui permettre de préserver un tant soit peu de candeur juvénile. Azami avait encore le temps et le droit… d’être une enfant, le monde ferait d’elle une adulte en temps voulu. Elle ferma les yeux et prit une profonde inspiration, l’air était chaud et avait quelque chose de vivifiant. D’une étrange manière, elle se sentait un peu plus… vivante.

- Tu sais, si ça t’intéresse, je peux repasser à l’occasion et te ramener d’autres plats comme celui-ci avec des fruits de mers différents et du poisson.

La jeune fille rouvrit les yeux et se tourna vers Rukia qui la gratifiait d’un doux sourire. Cette femme était d’une prévenance touchante. Qui n’était pas sans lui rappeler les considérations protectrices encouragées pour son clan. Azami laissa tremper sa main dans l’eau de la fontaine, l’air pensif.

- Si vous voulez. Ce sera avec plaisir.

Répondit t-elle simplement sortant la main de l’eau, la passant dans ses cheveux alors que quelques gouttelettes allaient se perdre dans le sol sablonneux. Elle tourna la tête vers Ruka pour lui adresser un sourire espiègle.

- Petite astuce d’habitante du désert, n’hésitez pas à vous mouiller les cheveux. Cela aide beaucoup à se rafraîchir. Enfin, surtout sur le haut du crâne.

Elle arqua un sourcil amusé en notant la longueur des cheveux de sa semblable, se demandant si ce style répondait à une mode étrangère. Toujours est-il que ça ne devait pas être facile à porter en évoluant dans un climat aride.

- Mais ne changez rien. Cela vous va bien, vos cheveux. 'Sont jolis.

Lâcha t-elle spontanément en allant quérir du pouce et de l’index deux demi-takoyakis qu’elle fusionna ensemble pour en reconstituer un complet qu’elle enfourna aussitôt. Elle sursauta soudainement alors qu’une voix familière l’interpellait derrière, sur patio de l’orphelinat.

- Je vois qu’on a délaissé le plat fait avec amour par son tonton, petite canaille va !

Oncle Kenji s’avança vers les demoiselles les mains dans les poches, roulant des yeux légèrement caché par sa frange mi-longue, tandis qu’il venait ébouriffer les cheveux humides de sa nièce, légèrement embarrassée. Il dévisagea Ruka avec une méfiance manifeste, pas forcément remarquable au premier coup d’oeil mais qui n’échapperait pas à une kunoichi d’expérience comme Ruka. Kenji ne la quittait pas des yeux, la jaugeant de la tête aux pieds, cherchant à identifier quelques détails dans son accoutrement. Des tics gestuels qui n’étaient pas sans évoquer l’attitude d’un senseur, ces ninjas à la perception prononcée souvent appréciés pour les missions de reconnaissance. Il finit par affiche un sourire qui n’était pas sans rappeler celui de sa nièce, mais avec un coté pincé quelque peu troublant.

- Mademoiselle… merci d’avoir rendu le temps moins long pour ma nièce. Mais nous allons devoir partir. J’espère que vous apprécierez votre… visite, au Pays du Vent.

Il inclina légèrement la tête en guise de respect et invita Azami à se lever alors qu’il ne quittait pas des yeux la chuunin.

- Au revoir, portez-vous bien.

Dit Azami en faisant un petit signe de main à Ruka que reproduisit son oncle en harmonie, ils étaient étrangement synchronisés dans leur gestuel. Les deux s’éloignèrent progressivement jusqu’à disparaître dans la foule où Kenji se contenta de glisser à sa nièce, avec un demi-sourire.

- Tu attires des gens peu ordinaires, Azami.

La gamine ne comprit pas vraiment où il venait en venir et l’oncle ne précisa pas vraiment ses paroles. Il était toutefois un peu plus au fait des mouvements diplomatiques en cours ici et avait vaguement idée du rôle de Ruka au milieu de tout ça, sans en être totalement sûr. Il était toutefois heureux que manifestement, le seul accident diplomatique notable dans ces échanges, fut un onigiri criminellement trop sucré.


Tu attires des gens peu ordinaires, Azami.
Revenir en haut Aller en bas
Shizu Ruka
Chûnin Aspirant de Kiri
Chûnin Aspirant de Kiri
Shizu Ruka


Messages : 65
Date d'inscription : 09/07/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 105
Rang Ninja: B
PE (Disponibles): 400

Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Vide
MessageSujet: Re: Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]   Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Icon_minitimeJeu 12 Sep - 1:43

Relation
head
---


La jeune fille avait bien pris sa proposition ce qui lui faisait chaud au cœur. Voir un sourire sur son visage et la voir rigoler. Ça devait lui faire du bien à elle aussi au vue de la situation qu’elle traversait. Ruka s’essuyait les doigts avec avoir terminé son takoyakis, c’est alors qu’Azami reprenait la parole en laissant de l’eau couler dans ses cheveux. Elle lui donnait un conseil avisé pour se rafraîchir. Ce n’était pas une mauvaise idée. Elle était toute mignonne dans sa façon de faire et de réagir face à la lourde tignasse blonde que portait la kirijin. La jeune fille en profitait pour la complimenter sur ses cheveux faisant sourire la kunoïchi. Mais avant de pouvoir répondre à celle-ci, une voix venait les interrompre.

L’homme qu’elle avait précédemment croisé dans l’orphelinat ce tenait là s’adressant à Azami. Il venait se glisser derrière la jeune fille en la décoiffant. Les deux se fixaient silencieusement. Ils s’observaient de bas à haut l’espace de quelques secondes. Il était normal de se méfier, après tout, une totale étrangère s’était invité à partager un repas avec sa nièce. Une enfant seule devant un orphelinat. Mais il en conclu avec un sourire que Ruka ne devait pas être une si grande menace pour Azami. Il prenait même le temps de la remercier avant d’amener la petite à se lever. Respectueusement, la kunoïchi inclinait la tête à son tour avant de baisser les yeux vers la demoiselle.

Souriante, comme à son habitude, la jeune femme rendait le signe de main à l’enfant qui la saluait. Ils partirent aussitôt hors de la vue de la kirijin. Cette dernière détournait le regard pour scruter l’horizon avant de ramasser sa boite et tout remettre dans son panier. Ruka glissait ses doigts dans l’eau de la fontaine et recueillait un peu d’eau dans le creux de sa main en retirant le voile qui lui protégeait la tête pour faire tomber les goûte sur son cuire chevelue. La jeune femme fermait les yeux en sentant le vent refroidir cette zone humide. Elle en profitait également pour se mouiller un peu la nuque avant de replacer ses habits.

La kunoïchi s’était attardé un peu trop longtemps avec Azami, il lui fallait retourner à sa tâche. La mizujin se relevait et disparaissait dans la bourrasque de vent pour se retrouver dans les ruelles du village. À la recherche de chuchotements ou de rassemblements suspects qui pourrait nuire à la sécurité du daimyo de l’eau. Ruka devait rester dans ce village jusqu’au retour de son équipe à moins d’avoir quelque chose à signaler, quelque chose qu’elle devait bien entendue vérifier pour s’assurer de ne pas tout faire capoter pour des suppositions. Mais les lieux étaient plutôt calmes, un voleurs s’était enfuie avec une miche de pain que la jeune femme s’était généreusement chargée de payer pour éviter les conflits en sa présence.




Fiche par Narja pour Never-Utopia

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Vide
MessageSujet: Re: Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]   Deuil et Construction [Flashback / Relationnel] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Deuil et Construction [Flashback / Relationnel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Origin :: Monde Ninja :: Kaze no Kuni :: Frontière du Pays-