-60%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS SHB3175BK/00 Casque Bluetooth
28.80 € 71.26 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Mission de Rang D] Un guide pas comme les autres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jigoku Kazuo
Genin Supérieur de Kiri
Genin Supérieur de Kiri
Jigoku Kazuo


Messages : 415
Date d'inscription : 09/05/2019

Feuille de Personnage
Réputation: 74
Rang Ninja: C
PE (Disponibles): 200

[Mission de Rang D] Un guide pas comme les autres. Vide
MessageSujet: [Mission de Rang D] Un guide pas comme les autres.   [Mission de Rang D] Un guide pas comme les autres. Icon_minitimeLun 20 Mai - 9:03

Le rendez-vous était fixé à neuf heures précise et pour sa première mission en tant que genin, hors de question d'être en retard. Kazuo était debout bien avant le soleil, trop excité par la journée à venir. Une simple quête d'escorte, voilà ce dont il avait hérité. Peu importe l'intitulé de la mission, c'était la première et ça comptait beaucoup pour lui. Le jeune loup voit les choses ainsi : aujourd'hui du baby-sitting, demain une chasse au nukenin. Un positivisme à toutes épreuves, sauf quand l'attente se fait insoutenable.
Plusieurs fois, il relit l'ordre de mission et aucun doute, Kazuo ne s'est pas trompé. C'est le bon endroit et la bonne heure, il est même arrivé dix minutes plutôt. Seulement, ça fait maintenant près de trois quarts d'heure qu'il attend et personne en vue. L'inquiétude le gagne, mais que peut-il bien faire si ce n'est attendre ? Trouver un Chunin ou un Jônin pour lui demander conseil et risquer de louper les touristes ? Certainement pas. Kazuo reste planté là, quitte à ne jamais voir personne venir. Au moins, il aura bonne conscience et il aura respecté sa part du contrat.
C'est seulement vers dix-heures, alors que Kazuo est allongé sur un banc, qu'il voit arriver un petit groupe de personnes. Là depuis peu, difficile de dire si ce sont ces touristes, mais un homme s'approche de lui. Un large sourire sur le visage, il apparait soulagé derrière ses traits fatigués.

Bonjour, vous devez êtres Kazuo, le genin chargé de la visite, dit-il avec un calme incertain.
Un genin ? C'est tout ce qu'a trouvé Kiri pour nous ? Peste l'un des touristes qui se plaint auprès de ses camarades pour ce séjour.
Ne faites pas attention, Monsieur Wakajima a raté le réveil et du coup, tout le groupe est un peu grincheux, tente d'expliquer le responsable du groupe sans convaincre.
Les pannes de réveil, je connais ça, soupir Kazuo qui n'est pas en reste de ce côté-là, bien et si nous commencions ?

Au moins, Kazuo ne manque pas d'enthousiasme et c'est à mettre à son crédit. Malgré le retard et les remarques, il affiche son plus beau sourire lorsque le responsable le présente au groupe. Constitué de quatre personnes, celui-ci vient d'un village situé sur les îles du Pays de l'eau. Un endroit qui a fait fortune grâce à ses sources thermales et ses stations balnéaires. Autrement dit, ce sont de riches touristes et d'après Tarou, le responsable du groupe, ils sont plutôt exigeants.
Pour ce genre de mission, on a indirectement conseillé à Kazuo de prendre l'initiative et de se faire respecter. Plus facile à dire qu'à faire pour ce jeune loup qui a tendance à être trop gentil. Pas cette fois-ci, il prend les rênes de ce groupe avec détermination – ignorant les murmures déplacés à chaque arrêt. Vu l'heure, il a été obligé de revoir son programme, mais celui-ci a le mérite de plaire au groupe. Kazuo ne connait pas aussi bien le village que ceux qui ont grandi dans ces rues, mais il a révisé assidument.
Durant les derniers jours, il a sillonné les rues de Kiri pour élaborer le parcours idéal. Certains lui ont dit qu'il prenait ça trop à cœur, d'autres que c'était bien de voir un jeune s'investir autant. Kazuo n'est pas de ceux qui se laissent influencer par ce genre de remarques. Il a encore tant à prouver, alors que son parcours commence à peine. Chaque occasion est bonne pour briller, celle-ci autant que les autres. Puis surtout, il ne veut pas avoir fait tout ça pour rien – certainement pas après s'être perdu au moins dix fois dans les rues de la ville.
Les point d'intérêt ne manque pas dans ce village chargé d'histoire. Personne n'a oublié la réputation de Kiri et de sa brume sanglante. Bien qu'on essaie de les dissimuler habilement, les stigmates sont encore présents. Cela a au moins le mérite de mettre fin aux murmures. Apprendre que jadis, les plus jeunes shinobis de ce village s'entretuaient pour leur diplôme, laisse sans voix le groupe. La première partie de ce périple s'arrête devant un restaurant. Rien à voir avec le luxe dont ces touristes sont habitués et l'un d'eux, Monsieur Kosa, expose les réticences du groupe.

Vous pensez vraiment qu'on va entrer là-dedans ? Vous l'ignorez peut-être mon garçon, mais on nous a promis les meilleurs restaurants.
— Dans ce cas, Monsieur Kosa, pouvez-vous me dire ce qui fait un bon restaurant pour vous ?
Demande Kazuo avec audace.
La qualité du service et des plats bien entendu, répond-t-il faussement vexé.
Et le prix ? Est-ce que le prix influe sur ces qualités d'après vous ? Reprend le genin avec la même confiance.
Le prix demandé est toujours à la hauteur du service proposé, ça va de soi.

La réponse de Monsieur Kosa ne manque pas d'assurance et cela illumine le visage de Kazuo, qui affiche un large sourire. Certes, il a vécu une grande partie de sa vie dans un village qui vivait de chasse et de cueillette. Les repas, c'était autour du feu, entouré des habitants et dans une convivialité exemplaire. Une ambiance qu'il tenait à retrouver, alors qu'il cherchait un restaurant où manger avec sa sœur. Kazuo n'a pas mis longtemps à trouver cet endroit.
Monsieur Kosa a raison lorsqu'il exige une certaine qualité dans le service et dans la cuisine elle-même. Persuadé de répondre à tous les critères, sans avoir à vider sa bourse pour un pauvre sandwich, il conduit le groupe à l'intérieur. Tout de suite, les remarques fusent. L'intérieur est chargé de décorations, vestiges du passé de Kiri pour la plupart. Une salle remplie d'histoires, accueillante et chaleureuse. D'ailleurs, une jeune serveuse ne tarde pas à se présenter. Large sourire sur le visage, elle ne tarde pas à séduire ses nouveaux clients. La fille du cuisinier a un charme fou – Kazuo lui-même n'a pu passer à côté.
Sur les conseils de Kiyoko, le groupe de touristes fait son choix et rapidement, les odeurs qui émanent de la cuisine coupent court aux remarques. Seulement quinze minutes après leur commande, les plats débarquent sur la table. Ici, les clients aiment le service rapide, car certains n'ont pas le temps de rester à cause du travail. Les touristes eux ont tout le temps, mais ils aiment être servis aussi rapidement. Seul Monsieur Kosa trouve encore à redire sur ce restaurant, jusqu'à la première bouchée de son poisson cuit sous une croûte de sel. Fraichement pêché ce matin, il n'a rien à envier aux mets les plus raffinés de la ville.
Le repas se passe bien, mais Kazuo n'a pas douté une seconde que ces touristes trouveraient leur compte dans ce modeste restaurant. Tarou est quelque peu surpris, il doit bien l'admettre. Le jeune homme ne savait pas à quoi s'attendre quand on lui a promis un guide. Non pas qu'il n'avait pas confiance dans ce genin, plutôt par ce que ses clients le font tourner en bourrique. Il avait même de la peine pour ce garçon, mais il a su relever le défi. Un exploit salué par Monsieur Kosa, rassasié et tous sourires.

Mon garçon, je n'avoue pas souvent que j'ai tort, mais vous m'avez donné une sacrée leçon, avoue-t-il en se curant les dents une main sur son ventre rond.
Les apparences peuvent être trompeuses, croyez-moi j'en sais quelque chose.

L'immense sourire qui se cache derrière cette réplique laisse les touristes dubitatifs. Curieux même, intrigué par ce garçon qui n'a rien à voir avec ce qu'ils se sont fait de Kiri. Les questions seront pour plus tard, l'addition arrive et il est temps de reprendre la route. Kazuo tient à conduire les touristes aux bains après pareil repas. Histoire de se détendre et de digérer tranquillement.
Rassasiés et souriants, les quatre hommes sont bien plus faciles à guider maintenant. Plus aucune remarque ne semble sortir de leur bouche, ils n'ont que des compliments à faire à Kiri. Grâce à Kazuo ? Il ne l'admettra pas, mais oui. Modeste, il est persuadé que c'est sur le choix du restaurant que tout s'est joué. Un lieu peu commun, surtout ici. Trouver pareille convivialité et chaleur, c'est déjà rare hors du pays caché de la brume. Le patron est un ancien ninja, qui a renoncé à cette voie pour assurer un avec plus serein à sa famille. Kiyoko, sa petite-fille, en est la première ravie, elle qui ne comptait pas devenir ninja. Une histoire que le genin révèle avec inspiration, jusqu'à ce qu'il soit interrompu…

Eh bien, eh bien, qu'avons-nous là, lance un type louche qui sort de l'ombre d'une ruelle, vous m'avez l'air bien chargé, on peut vous délester de quelques Ryôs si vous voulez.
— Pour en faire quoi, vous acheter des bonnes manières ?
S'empresse de répondre Monsieur Kosa qui fait front devant ces voyous.
Je crois qu'on a un gagnant, rétorque son interlocuteur qui siffle pour faire venir plus de voyous, et comme ça, c'est plus clair pour vous ?

Petite frappe qui joue les durs dans les ruelles sombres de la ville, Otaro a été recalé trois fois à l'examen finale de l'académie. Suite à ça, il a réuni quelques traîne-savates pour grossir ses rangs et s'en prendre aux pauvres touristes qui passent par-là. Sauf que ce n'est pas son secteur, il est sur celui d'un plus gros poisson. Choix risqué, mais payant vu ce qu'on murmure sur ces touristes en ville. Monsieur Kosa ne manque d'ailleurs pas de donner raison aux rumeurs.

Savez-vous seulement qui nous sommes jeune homme ?
— Kosa, ce n'est peut-être pas le moment pour ça,
murmure l'un des touristes bien moins confiant que son camarade.
Je ne suis pas arrivé là où je suis en me laissant marcher sur les pieds, surenchérit Monsieur Kosa, alors ce n'est pas cette bande de minables qui va m'impressionner.

La réplique ne manque pas de faire perdre ses moyens à Otaro, les paroles laissent place aux gestes, il lance un kunai. Kazuo sort lui aussi un kunai et dévie sans mal celui du voyou, qui glisse sur le mur pour finir par terre. À chaque échec, on a reproché à Otaro son impatience et sa précipitation. Cela pouvait le mettre en danger lui, mais aussi ses camarades. Pourtant cette fois-ci, il est sûr de son coup et ce n'est pas un genin fraichement nommé qui va le faire reculer.

Tu n'es pas de taille, gamin, on est six et tu es tout seul, alors ne joue pas les héros et peut-être que tu finiras sur tes deux jambes, menace Otaro qui sort un nouveau kunai.
Écoute, on veut seulement aller aux bains, répond Kazuo avec un calme à toutes épreuves, je n'ai pas envie de me battre, alors s'il te plait, laisse-nous passer.
— Non, mais vous entendez ça les gars ? Le petit nous demande gentiment de le laisser passer.


Bien sûr tous les voyous ricanent. Pour leur défense, Kazuo n'est pas crédible avec ce kunai. C'est bien pour ça qu'il soupir, s'il doit faire fuir Otaro et ses sbires, il va devoir sortir le grand jeu. D'ailleurs, ce dernier ne tarde pas à envoyer deux de ses camarades pour donner une leçon au jeune loup. Plus grand et plus aguerrit, ils sont persuadés de leur victoire avant même de commencer. Seulement, Kazuo a été élevé à la dure. Entre les attaques des brigands au village et les animaux qui rodaient dans la forêt, il n'avait pas de quoi s'ennuyer. Une période qui paraissait si loin encore ce matin.
Plus agile et surtout entraîné, Kazuo esquive habilement les premiers coups, avant de passer à l'offensive. Quelques coups bien placés et les voilà déjà en train de reculer d'un pas. Les réprimandes de leur chef ne manquent pas de leur redonner du courage, mais le résultat est le même. Kazuo se joue de leur précipitation, l'un des deux frappe son camarade et le met K.O. sans mal. Sans tarder, il rejoint et se retrouve lui aussi au sol. Tout le monde est impressionné par la technique de Kazuo, mais rapidement, la situation dégénère. Trois voyous se sont glissés derrière les touristes, kunai à la main. Otaro jubile, mais ce coup dans le dos ne lui suffit pas.

C'est ça les genins de Kiri ? Hurle-t-il avec colère, rien à voir avec ceux de la brume sanglante, on ne laissait pas de place à l'équipe ou aux risques à cette époque !
— L'individualisme est une faiblesse, tu l'as dit toi-même, seul je n'ai aucune chance,
réplique Kazuo qui se mord le doigt, alors je vais faire venir un ami si tu permets.

Posant sa main sur le sol, un nuage de fumée trompe tout le monde. Lorsque celui-ci se dissipe, on peut voir une forme bestiale au milieu. Un loup aussi haut que large. Malgré son air simple sur le visage, l'animal impressionne par sa carrure.

C'est déjà l'heure du dîner ? Grogne la bête qui se lèche les babines.
Je ne sais pas Kyojin, c'est à lui qu'il faut demander ça, réplique Kazuo avec légèreté.

La démonstration fait son office et malgré la colère de leur chef, les voyous se dispersent. Rapidement, il ne reste plus qu'Otaro, qui n'a rien perdu de sa détermination malgré les genoux qui tremblent. À vrai dire, Kazuo n'en attendait pas moins. Seulement, la déception est grande. Kyojin charge, surpris par la vélocité de l'animal, Otaro se prend les pieds dans une boite de conserve et tombe les fesses par terre. Le loup s'interrompt à quelques centimètres de son visage crispé par la peur pour le renifler.

Désolé Kazuo, mais ce n'est pas un repas digne de ce nom, dit Kyojin avec déception.
Navré Kyojin, répond l'intéressé qui passe une main dans l'épaisse fourrure grise de l'animal, je pense qu'il a eu son compte.

Kazuo fouille dans sa besace pour en sortir sachet de boulettes, celle-là même qu'on trouve sur les brochettes Yakitori. Les préférés de Kyojin, qui a les yeux qui brille et la bave au coin de la gueule. Satisfait, il disparait avec sa précieuse récompense. Le plus surprenant est à venir quand, avec un large sourire, Kazuo tend la main à ce pauvre Otaro.

Je me suis trompé sur ton compte, dit-il en ricanant, tenir tête à Kyojin, c'est quelque chose !
— Quoi ? Qu'est-ce que… j'ai voulu m'en prendre à toi et toi, tu m'aides à me relever ? Ma parole, mais qui tu es au juste.
— Jigoku Kazuo et un jour, mon nom sera parmi les plus grands de ce monde,
répond le genin avec un immense sourire, en attendant, je ne suis que genin, alors je vais te laisser la vie sauve.

Un clin d'œil de Kazuo décrédibilise totalement le sérieux de sa remarque, ce qui fait finalement ricaner Otaro. Saisissant la main du garçon, il se relève et essuie son pantalon. Il croise les yeux rougeoyant de ce jeune genin, pensant y trouver une réponse, mais non. Tout ce qu'il voit, c'est un garçon foncièrement bon. Pourtant, quand cette bête a chargée, il était persuadé que son heure était venue. Un genin de l'époque de la brume sanglante ne l'aura pas laissé en vie. Finalement, ce n'est pas plus mal que cet air ait pris fin. Maintenant, Otaro sait que la relève, en plus d'être assurée, sera à la hauteur.
Le jeune genin envoyé par le Mizukage a définitivement conquis le cœur des touristes et aux bains, ils ne cessent de vanter les qualités du garçon. Seul Monsieur Kosa affiche une mine boudeuse et se fait étonnant silencieux.

Alors Kosa, tu as perdu ta langue ? S'amuse l'un des touristes au détriment de son camarade.
C'est quoi ce village qui laisse filer les voyous, hein ? Peste Monsieur Kosa qui fixe le genin.
Là d'où je viens, confesse Kazuo avec douceur et nostalgie, la guerre a fait des ravages et partout où l'on pose le regard, on voit les restes de la guerre.
— Quelle endroit terrible,
laisse timidement échapper Tarou.
Peut-être, mais c'est chez moi, répond le jeune loup avec entrain, j'aurais pu conduire Otaro en prison ou même le tuer, mais à quoi ça aurait servi ? Il faut apprendre des erreurs de nos ancêtre et évoluer, là où ils ont échoué, c'est ce que fait Kiri, lorsqu'elle essaie de faire oublier la brume sanglante.

Un discours qui ne manque pas d'imposer le silence dans les bains. Monsieur Kosa comprend un peu mieux les actes de Kazuo maintenant, mais il n'en démord pas. Tôt ou tard, il s'en mordra les doigts.

La vie n'a pas dû être facile pour vous mon garçon, mais vous ne devriez pas accorder une telle chance à ce voyou, personne ne change, c'est inscrit dans nos gênes, reprend Monsieur Kosa avec froideur.
Laisse-le Kosa, ça a dû bon de voir pareille innocence et qui sait, peut-être qu'il a raison, réplique un autre touriste.
Pour éviter que ce monde ne sombre à nouveau dans le chaos, on doit tous agir, reprend Kazuo qui se rappelle ces quelques mots qu'on lui a prodigué par le passé.
Bien, dans ce cas ma part c'est de te faire confiance, conclu finalement Monsieur Kosa qui se résigne, après tout grâce à toi, on a vu à l'œuvre la jeunesse de Kiri.
— Et quelle jeunesse !
Surenchérit un touriste qui rit de bon cœur.

Kazuo s'efforce de devenir le parfait ninja, celui qui sait pardonner quand il le faut, mais aussi sévir quand la situation l'exige. Certes, ce n'est pas facile et il est encore jeune, mais il apprendra de ses erreurs et de ses échecs. Aujourd'hui, il a prouvé que les apparences étaient souvent trompeuses. Une fin heureuse pour cette virée en ville, mais la prochaine ne sera peut-être pas aussi facile. Pour l'heure, il a hâte de terminer cette mission pour rentrer chez lui. Marcher à travers la ville lui donne des courbatures, pire qu'à l'entrainement.
Les bains avaient eu le don de revigorer tout le monde, surtout après les aventures précédentes. Le reste de la visite était tout de suite plus calme. Certains venaient même à le déplorer. Un peu d'action ne fait jamais de mal et ça a le mérite de les ramener à la réalité. Entre l'histoire de Kazuo et les événements dans les rues de Kiri, impossible d'oublier dans quel monde ils vivent. La vie est beaucoup plus calme sur les îles où ils résident. Néanmoins, le calme de cette fin journée était appréciable et c'est devant le bureau du Mizukage que s'arrêtait celle-ci. Kazuo n'était pas peu fier de présenter cet endroit. Lui qui y mettait les pieds pour la première fois ce matin.
Doucement, le soleil se couche sur le village caché de la brume. Proposant une atmosphère particulière. Les touristes ont apprécié cette journée, alors qu'il pensait s'ennuyer ferme. Monsieur Kosa en tête de file. C'est même le premier à proposer à Kazuo de se joindre à eux pour le dîner. Sauf que celui-ci décline poliment. La mission accomplie, il doit encore faire son rapport à la première heure demain maint. Puis ensuite, direction l'entrainement pour lui. Déçus, les touristes comprennent ce refus et remercie une dernière fois le genin. Persuadé qu'il ira loin avec une telle fougue, tant que celle-ci n'est pas rongée par les épreuves qui l'attendent.

_________________
[Mission de Rang D] Un guide pas comme les autres. 1557769955-jigoku-kazuo-signature
Revenir en haut Aller en bas
https://naruto-origin.forumactif.com/
 

[Mission de Rang D] Un guide pas comme les autres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Origin :: Monde Ninja :: Mizu no Kuni :: Autres Lieux-